Articles

Ces « mineurs » qui minent nos finances

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller régional honoraire, membre du Bureau politique du Front National

Le Front National l’affirmait sous les moqueries et critiques générales, mais aujourd’hui même la presse l’annonce avec surprise et regrets : certains clandestins, « mineurs isolés », seraient en fait des adultes profitant du système. Quelle surprise !

Rappelons que l’accueil des « mineurs isolés » est imposé aux Départements par l’État qui les répartit à discrétion. La responsabilité des contrôles et leur faillite incombent donc évidemment à l’État, dont c’est un nouvel échec.

Convaincu de tricherie, le fautif ne devra rien rembourser, mais quitter le territoire sous 30 jours, puisqu’on l’a laissé libre. Que croyez-vous qu’il fera ?

Au passage, on apprend qu’un mineur isolé peut percevoir 150 000€ d’aides en 4 ans et demi, soit plus de 2 777€ par mois. Il s’agit de générosité publique avec notre argent, sans travailler naturellement. Bien entendu, cela ne comprend pas les dépenses annexes : coûts administratifs, déplacements, hébergement, examens et soins de santé… Nos compatriotes SMICards ou en fin de droit apprécieront.

Dominique Martin dénonce l’incurie de l’État, dont la promesse de contrôles est une nouvelle fois prise en défaut. Il rappelle les propositions du Front National en matière d’immigration : contrôle a priori, suppression de ces aides qui sont un appel d’air à l’immigration clandestine, et reconduction à la frontière immédiate. Plus que jamais, être Français, ça s‘hérite ou ça se mérite ; les clandestins qui violent nos lois et nous trompent ne méritent rien.

 

Réfugiés : de la poudre aux yeux

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller régional honoraire, membre du Bureau Politique du Front National

Le Tribunal d’Annecy a condamné toute une bande de gros trafiquants de drogue à des peines variant entre 18 mois à 7 ans de prison, avec interdiction définitive du territoire.

En effet, fait stupéfiant, l’ensemble du réseau prétendait à l’asile politique en tant que réfugiés, avec toutes les aides que cela suppose (AME, CMU, RSA, etc.)

Ainsi donc, malgré ce que prétendent à longueur du temps la presse et nos dirigeants, la réalité donne une fois de plus raison au Front National : de nombreux clandestins, réfugiés, demandeurs d’asile et autres profiteurs des filières d’entrée en France sont des délinquants et des criminels.

Ainsi donc, des mafias se servent des faiblesses de notre système et de la générosité des Français pour importer drogue, trafics en tout genre et criminalité dans notre pays.

Dominique MARTIN s’étonne de la faiblesse de certaines peines prononcées, certains condamnés étant évidemment multirécidivistes. Il demande la plus grande fermeté dans l’application de ces sanctions, sans application d’éventuelles remises de peine malheureusement largement automatiques.

Il rappelle que l’interdiction du territoire ne doit pas seulement être prononcée, mais également appliquée, avec raccompagnement effectif à la frontière.

Il appelle enfin l’État à la plus grande fermeté dans l’examen et le traitement des dossiers de clandestins, réfugiés et autres demandeurs d’asile, afin d’éliminer rapidement les cas abusifs et douteux, et n’accueillir chez nous que ceux qui le méritent vraiment.

 

 

Clandestins : les Français pris pour des gogos

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller régional honoraire

Le Dauphiné de ce jour larmoie sur le sort de malheureux clandestins qui, venus chez nous, réalisent qu’il va faire froid. Et de détailler les milliers d’euro dépensés par ces démunis pour violer nos frontières, ainsi que les voyages en Allemagne ou les billets de TGV qu’ils peuvent se payer. Après avoir reconnu que les SDF sont chassés par ces nouveaux arrivants, le journal détaille comment de braves citoyens naïfs aident ces gens qui ont tant dépensé.

Le FN dénonce l’appel d’air de l’aide massive des associations à l’immigration clandestine, par le soutien objectif que cela apporte aux filières de passeurs.

Le FN appelle les braves gens qui aident de bonne foi ces « réfugiés » à ouvrir les yeux et diriger leur générosité d’abord vers nos concitoyens dans la misère.

Le FN rappelle que ces clandestins, jeunes hommes seuls assez fortunés pour payer leur voyage, sont arrivés en violant nos frontières et nos lois. Ils doivent donc être considérés comme des délinquants.

Dominique MARTIN exige que l’État rétablisse son autorité et applique nos lois en plaçant en détention les clandestins divagant sur la voie publique avant de les expulser de notre territoire

 

Quand la France ne peut plus loger ses enfants…

Communiqué de Dominique Martin, Député français au Parlement européen

Depuis 2012, la France multiplie les efforts budgétaires pour respecter au mieux l’un de ses droits fondamentaux[1]: le droit au logement décent. Les crédits du programme « hébergement et logement adapté » augmente chaque année pour atteindre 1.44 milliards d’euros en 2016[2], les places en centre ont augmenté de 48%, le logement accompagné a progressé de 67%  et les dortoirs ont été supprimés ! De nombreuses mesures dont nous nous félicitions !

Mais le nombre de demandeurs d’asile a lui aussi considérablement augmenté depuis 2012[3] ! Il y a normalement deux filières d’accueil distinctes : la filière généraliste destinée aux personnes sans domicile, et la filière pour les réfugiés et demandeurs d’asile. Or, un rapport de la Cour des comptes soulève que 40%[4] des réfugiés logent dans des emplacements réservés aux français mal-logés !

Il faut donc stopper l’immigration clandestine, réguler l’immigration légale[5] et surtout, « réserver prioritairement aux Français l’attribution du logement social, sans effet rétroactif et le mobiliser vers les publics qui en ont le plus besoin » ! Vous retrouverez cette proposition au point 142 du projet présidentiel :

http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/

[1] Le droit au logement est l’objet principal de la loi du 31 mai 1990 visant à la mise en œuvre du droit au logement, dite loi « Besson ». Cette loi affirme que « garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l’ensemble de la nation ». Dans sa décision du 19 janvier 1995, le Conseil constitutionnel a considéré que « la possibilité de disposer d’un logement décent est un objectif à valeur constitutionnelle ».

[2] « Hébergement, une offre saturée et inadaptée », dans Le Monde, 09/02/2017 : « 1.09 milliards en 2012, jusqu’à 1.44 milliards en 2016 (+32%) ».

[3] Difficile de trouver les chiffres. Le monde annonce 80 000 personnes en 2016, Nicolas Bay annonce 200 000 personnes dans un communiqué daté de septembre.

[4] Cour des comptes, Référé, l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile. Juillet 2015, 10 p., disponible sur www.ccomptes.fr

[5] « Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10 000 », point 26 du projet présidentiel.

« Inclure les « migrants » sur le marché de l’emploi ou les renvoyer ? » | Intervention au Parlement européen :

Inclusion des réfugiés sur le marché de l’emploi

Je m’étonne de la volonté d’accueillir toujours plus de migrants en leur promettant un travail dans les 6 mois, alors que nous ne sommes même pas capables de faire cette promesse à nos propres jeunes!

 

« Pourquoi l’Union européenne est seule à accueillir des “migrants” ? » | Ma question à Gabriele Zimmer

« Inclusion sociale et intégration des réfugiés sur le marché du travail » | Intervention en commission de l’emploi et des affaires sociales

Les réfugiés : quels réfugiés ?

Ces réfugiés savent-ils reconnaître que l’Europe est généreuse ?

Les premières victimes de l’immigration sont les immigrés eux-mêmes !