Modernisation des systèmes d’éducation au sein de l’Union Européenne et apprentissages

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Dans le cadre de la modernisation des systèmes d’éducation au sein de l’UE, les apprentissages informels et non-formels sont à l’honneur.

Contrairement à l’apprentissage formel dispensé dans un contexte organisé et structuré, comprenant notamment des objectifs précis, les apprentissages informels et non-formels manquent, de par leurs natures, d’objectifs concrets.

En effet, l’apprentissage informel n’est ni organisé ni structuré (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources). Il possède la plupart du temps un caractère non intentionnel de la part de l’apprenant.

L’apprentissage non-formel est intégré dans des activités planifiées qui ne sont pas explicitement désignées comme activités d’apprentissage (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources) mais qui comportent un important élément d’apprentissage. Il est intentionnel de la part de l’apprenant.

– Dans ces conditions, comment évaluer les conséquences positives des apprentissages informels et non-formels ?

– Le savoir dit « traditionnel » des jeunes (orthographe, grammaire, mathématique) ne risque-t-il pas d’être niveler vers le bas si l’éducation y consacre moins de temps ?