Les travailleurs frontaliers victimes du racket fiscal et du flicage de l’Union européenne

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Tandis que l’Union européenne laisse ses portes ouvertes à tous les courants migratoires au mépris de l’intérêt des peuples, elle ne rechigne pas à s’en prendre désormais aux travailleurs frontaliers.

En effet, dès le premier mai prochain, ceux-ci devront désormais payer 20% de TVA et 10 % de taxe à l’importation pour tout véhicule de société suisse confié par leur employeur s’il advenait que ce moyen de transport soit aussi utilisé dans le cadre privé. De plus, il sera exigé la production de leur contrat de travail à chaque réquisition des douaniers.

Outre que ce dernier point constitue une atteinte grave à la vie privée, le Front National note que l’Union européenne, si prompte à attaquer Marine Le Pen lorsque celle-ci réclame la mise en place de taxes à l’importation pour les produits issus de  pays usant d’une concurrence déloyale, n’hésite pas appliquer ces mêmes taxes sans discernement à nos compatriotes.