Clusiens : Bonne et Heureuse Année 2015

Article paru dans le « pl+s de Cluses », bulletin municipal de janvier/février 2015

Dans un magnifique élan de démocratie (dite participative) Jean-Louis Mivel, le nouveau « Maire par hasard », a sollicité ses oppositions municipales pour rédiger un second article dans le présent bulletin municipal. Rappelons ici que ces oppositions représentent 59% des clusiens, et que « Pl+s de Cluses » n’est pas paru depuis près de six mois !… Il a même eu la courtoisie de nous en imposer le thème : « présenter vos vœux à la population » !…

Cette belle politesse ne nous surprend guère quand on sait que les principales décisions de cette nouvelle municipalité ont été de réduire encore plus la parole des représentants des 59% de clusiens qui ne l’ont pas choisie : deux bulletins municipaux en 9 mois, un nouveau Règlement Intérieur du Conseil municipal qui supprime le procès verbal des réunions du Conseil (chut : les clusiens ne doivent pas savoir ce qui se dit en Conseil…), des invitations qui ne nous parviennent jamais (comme le repas des anciens), un budget formation qui empêche toute formation, des directeurs de service que l’on ne peut pas solliciter directement, des moyens de fonctionnement inexistants, etc.

On finit par regretter l’illustre Jean-Claude Léger, « le Maire malgré lui », triste fossoyeur de la Ville de Cluses durant 31 ans.

Question : comment présenter ses bons vœux aux habitants d’une cité qui perd de la population alors que le département en gagne (signe du « bien vivre » à Cluses…), d’une cité où les boulangeries ferment (deux en un an), d’une cité où les bars disparaissent (5 en 6 mois), d’une cité où le commerce se meurt (les grandes enseignes préférant s’installer sur les communes voisines), d’une cité où les panneaux « À vendre » fleurissent à chaque coin de rue, d’une cité où les grues de chantier sont absentes alors qu’elles poussent tout alentour, d’une cité où le désert médical s’installe (de moins en moins de médecins et une clinique à l’agonie), d’une cité où les friches industrielles mitent le territoire communal, d’une cité où le chômage est le plus élevé de Haute-Savoie, d’une cité où le deal de drogue se pratique en toute impunité, où le racket devient une activité courante, où l’agression, le cambriolage et l’attaque à main armée ne font même plus la une de la presse locale (tant c’est devenu banal)…

Mais soyons fair play et acceptons de jouer à cette démocratie totalitaire, sous la houlette de Jean-Louis Mivel, « Maire par hasard et par alliance » :

Alors, chers Clusiens, Bonne et Heureuse Année 2015, malgré tout…

Dominique Martin