75 millions d’européens sont victimes de crimes sérieux chaque année

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

Dans son rapport du 11 mars 2019 sur l’indemnisation des victimes du terrorisme, la Commission affirme qu’en Europe : « 75 millions d’européens sont victimes de « crimes graves » chaque année. Cela représente 15% de la population, soit 200 000 victimes par jour (p.19)[1]. En 2016, environ 5 200 homicides volontaires et plus de 1,3 million de cambriolages ont été signalés. »

 

  1. Quel était le nombre de victimes de crimes graves en 2000 ?
  1. Combien de non-européens sont condamnés pour des crimes effectués en Europe après une récidive ?
  1. Combien de criminels non européens ont été définitivement expulsés de l’Union européenne par les États membres après avoir purgé leur peine ?

 

 

[1]https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/strengthening_victims_rights_-_from_compensation_to_reparation_rev.pdf

 

100 km d’autoroute en Moldavie pour 1 milliard d’euros

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

Les corridors transeuropéens sont des axes prioritaires d’investissements autoroutiers ou ferroviaires en Europe pour la Commission. La Commission a même identifié des zones d’extension de ces corridors en Israel ou en Azerbaidjan, territoires non européens . Pourtant, en Moldavie, une portion de 100 kilomètres d’autoroute a été identifiée par l’organisme moldave IDEP pour 1 milliard d’euro environ .

1. La Commission envisage-t-elle de subventionner l’extension du corridor A8 en Moldavie vers Odessa via Odessa-Chisinau-Ungheni ?

2. Quel montant est investi par l’Union européenne au nom de la politique de voisinage ou d’une autre politique dans ces investissements routiers ou ferroviaires situés hors des 28 États membres ?

3. Quel impact sur la création d’emploi pour les travailleurs européens ?

Réfugiés : les troubles sexuels seraient un critère d’après la Commission

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

 

Lors de l’afflux désordonné de 2,4 millions de demandeurs d’asile 2015-2016[1], la Commission a vanté l’arrivée de personnes diplômées pouvant relancer la croissance de l’Europe. Rapidement, les employeurs ont déchanté : la plupart avaient peu de compétences[2].

La Commission a alors annoncé en 2017 la création de l’outil européen de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers[3], pour « permettre aux ressortissants de pays tiers de présenter leurs compétences, qualifications et expérience d’une manière qui puisse être bien comprise par les employeurs ». En 2019, c’est sa mesure phare de sa nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe[4].

 

En consultant cet outil, on découvre des compétences curieuses ou incompréhensible:

– troubles sexuels,

– abattre des animaux à fourrure,

– déterminer le sexe d’un animal,

– procurer de l’intimité sexuelle,

– types de spa,

– promeut la mise en œuvre des droits de l’homme,

– dépendance aux drogues

– obésité,

– eaux locales d’un port,

– utiliser des techniques de peinture de genre,

– se comporte bien au lit[5].

 

  1. Comment la Commission a sélectionné ces compétences ?
  2. Quel est le budget utilisé pour cet outil et sa promotion ?
  3. Combien d’utilisateurs sont inscrits dans cette base de données ?

 

 

 

 

[1] https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Asylum_statistics; D’après la Commission, 90% des réfugiés ont utilisé des réseaux criminels pour traverser les frontières européennes. http://ec.europa.eu/social/BlobServlet?docId=15616&langId=en

[2] http://ec.europa.eu/social/BlobServlet?docId=15616&langId=en

[3] https://ec.europa.eu/migrantskills/#/profile/skills-identification/professional

[4] http://europa.eu/rapid/press-release_IP-18-364_fr.htm

[5] have good bedside manner

 

Brexit : l’immigration en baisse fait monter les salaires au Royaume-Uni

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

 

Le nombre de travailleurs européens migrant vers le Royaume-Uni a diminué de 141 000 et est devenue quasi nul[1]. Le CIPD, l’organisation des professionels des ressources humaines au Royaume-Uni a publié une étude indiquant que « plus de la moitié [56%] des employeurs trouvent qu’il est plus difficile de recruter et qu’ils ont dû booster les salaires pour attirer des recrues adéquates[2].» Alex Fleming, directeur des ressources d’Adecco, le leader mondial du travail temporaire confirme que « le manque de candidats met la pression sur les employeurs et les pousse non seulement à offrir des salaires attractifs mais aussi des avantages en plus ». Un tiers des employeurs déclare avoir du mal à retenir ses employés et 50% anticipent devoir augmenter les salaires en 2019.

 

A l’approche de la date théorique de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), la situation se montre avantageuse pour le Royaume-Uni : l’Office national des statistiques britannique rapporte que le taux de chômage du pays a atteint son plus bas niveau depuis 1975, reculant à 3,9% en janvier 2019[3]. Les salaires, primes comprises, ont nettement progressé de 3,4% sur un an, renforçant le pouvoir d’achat des ménages[4].

 

  1. La Commission considère-t-elle que les flux d’immigration vers l’Europe feront monter ou baisser les salaires en Europe ?

 

 

 

[1] https://www.independent.co.uk/news/business/news/brexit-skills-shortage-wages-rise-net-migration-falls-cipd-report-a8489366.html

https://francais.rt.com/economie/60210-royaume-uni-chomage-plus-bas-hausse-salaires-approche-brexit

[2] https://www.cipd.co.uk/knowledge/work/trends/labour-market-outlook

[3] https://www.ons.gov.uk/employmentandlabourmarket/peoplenotinwork/unemployment/timeseries/mgsx/lms

[4] https://francais.rt.com/economie/60210-royaume-uni-chomage-plus-bas-hausse-salaires-approche-brexit

https://fr.euronews.com/2018/12/11/brexit-les-salaires-en-hausse-au-royaume-uni

30 000 kidnappeur nigérians pourraient bénéficier de l’asile en Europe

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

 

En janvier 2019, il y avait 450 675 demandes d’asile en attente d’une décision judiciaire dans l’Union européenne. Chaque mois, seulement 10% reçoivent une décision. Chaque mois, 2000 nigérians supplémentaires déposent une première demande d’asile dans un Etat membre de l’Union européenne[1]. Le bureau européen de support à l’asile (EASO) a publié en février 2019 un guide concernant les demandes d’asiles déposées par des nigerians[2].

 

EASO recommande notamment de tenir compte de certains types de crimes comme le terrorisme dont les auteurs ne devraient pas bénéficier de l’asile. Les nigérians impliqués dans le coup d’état de 1966 sont également concernés (p.110).

La France, opposée jusqu’ici au retour de ces 680 adultes djihadistes français détenus en Syrie organise désormais leur rapatriement par charter[3]. Au contraire le Danemark a décidé de déchoir de leur nationalité les enfants de djihadistes nés en Syrie « car ils ont tourné le dos à leur pays »[4].

 

  1. Pourquoi EASO recommande qu’un acte « constituant un danger pour la communauté ou la sécurité de l’État membre dans lequel le demandeur se trouve » n’empêche pas l’octroi du statut de réfugié2 (p.32) ?
  2. Pourquoi EASO estime que les 30 000 miliciens nigérians impliqués dans les kidnapping et autres crimes récents du Delta du Niger pourraient bénéficier de l’asile ? A contrario, EASO estime que les nigérians impliqués dans un coup d’état vieux de soixante ans (1966) n’y auraient pas droit.

 

 

[1] https://www.easo.europa.eu/latest-asylum-trends

[2] https://www.easo.europa.eu/country-guidance

[3] https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_rapatriement-des-djihadistes-de-syrie-l-europe-divisee?id=10148706; https://www.ouest-france.fr/terrorisme/etat-islamique/les-djihadistes-rapatries-au-cas-par-cas-assure-nicole-belloubet-6227996

[4] LCI 28 mars 2019 17:02

Changer son nom pour s’assimiler ?

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

D’après une étude du Parlement européen, seulement 5% des migrants arrivés en Allemagne en 2015 travaillent à plein temps . D’après certaines études, il est plus difficile de trouver un emploi quand on porte un nom étranger . Aujourd’hui Mohammed est le premier prénom à Bruxelles tous âges confondus .

Même Manuel Valls, ancien Premier Ministre de la France et proche du Président Macron explique que son parachutage à la mairie de Barcelone en 2019 est facilité par son nom catalan : « vous savez, je peux comprendre ceux qui disaient il y a quelques mois : mais que vient-il faire ici (…) » ? Ces questions étaient légitimes. Mais aujourd’hui, cet anathème de l’intrus ou de l’étranger à qui l’on dit « dehors » est très marginal (…) parce que je m’appelle Valls, qui est un nom totalement catalan (…) » .

1. La Commission considère-t-elle que les citoyens d’origine non-européenne devrait être incité par les États membres à choisir un nom totalement européen pour eux et leurs enfants, afin de faciliter leur assimilation sur leur lieu de travail et d’affirmer leur attachement à la culture européenne ?

Dogme du changement climatique : 575 milliards pour peu d’emplois sous-qualifiés

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Dogme du changement climatique : 575 milliards pour peu d’emplois sous-qualifiés

Pour achever la transition nécessaire aux accords de Paris sur le climat, l’Europe devrait investir des sommes considérables : « pour contribuer à une économie à zéro émission nette de gaz à effet de serre, ce taux devrait passer de 2 à 2,8 % du PIB, soit environ 520 à 575 milliards d’euros[1],[2] par an, hors investissements liés au parc automobile ».

 

Bruxelles « consacre actuellement environ 20 % (soit plus de 206 milliards d’euros) de son budget global pour la période 2014-2020 au climat. La Commission a proposé d’augmenter ce pourcentage à 25 % pour la période 2021-2027 » et affirme que sa « stratégie » pour le climat d’ici à 2050 permettra de créer des emplois.

 

Or ,d’après Eurofound, une Agence européenne de l’amélioration des conditions de travail, le nombre d’emplois augmenterait de 0,1% par an en Europe, soit 97 000[3], pour ce scenario à 575 milliards d’investissements. Pire, « Ces emplois seront occupés par des employés à faible qualification et impliquent la performance de tâches moins avancées ».

 

 

  1. Un coût proche de 6 million d’euros par emploi créé est-il raisonnable ?
  2. Quel est le coût estimé par la Commission  de chaque création d’emploi lié à ce dogme?

 

[1] http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-18-6545_fr.htm?locale=FR

[2] D’après Eurostat, le PIB de l’Union européenne en 2018 est de 15 869 milliards d’euros. 2,8% de ce chiffre correspond à 444 milliards d’euros. Il est difficile de retrouver le chiffre calculé par la Commission.

http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=namq_10_gdp&lang=fr

[3] Eurofound Energy scenario : employment implications of the Paris climate agreement (2030)
p15 : +0,5%/an vs 0,4%/an  (13,338 millions d’emplois créés en 2030/2018 contre 12,176 millions sans ce scenario de changement de stratégique énergétique soit 96 800 emplois par an) ; p17 scenario de salaires

Les 4 stagiaires ouzbeks des institutions européennes et les 25 000 « Thomas et Léa, diplômés de Sciences Po » qui n’ont pas été pris comme stagiaires

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Les 4 stagiaires ouzbeks des institutions européennes et les 25 000 « Thomas et Léa, diplômés de Sciences Po » qui n’ont pas été pris comme stagiaires

 

De octobre 2018 à février 2019, le Parlement européen accueille un total de 387 stagiaires[1]. Parmi 6058 candidats, l’administration du Parlement a sélectionné 26 stagiaires français contre 60 Italiens, 54 Espagnols et 21 Belges. Le Parlement européen a refusé 5871 candidatures.

 

Plus curieux, parmi les stagiaires recrutés, on trouve :

– un Algérien,

– deux Albanais,

– deux Bosniaques,

– deux Géorgiens,

– un Kosovar (indépendance non reconnue par 4 États membres de l’Union européenne),

– un Libanais,

– deux Indiens,

– un Marocain,

– un Syrien,

– un Tunisien,

– un Turc,

– trois Américains,

– un Russe et deux Biélorusses,

– deux Ukrainiens,

– quatre Ouzbeks, soit 27 stagiaires venant de pays étrangers. L’administration du Parlement européen aurait donc pu accueillir deux fois plus de stagiaires français.

 

 

  1. Pourquoi la Commission recrute-t-elle des stagiaires non-européens alors que des milliers de jeunes européens volontaires ne sont pas recrutés ?

 

  1. En 2017, combien de candidats européens à un stage dans la Commission européenne ont-ils été recalés par l’administration de la Commission sachant qu’elle a refusé
    18 636 candidats[2] en 2016 ?

 

[1]http://www.newshound.ep.parl.union.eu/newshnd/cms/lang/fr/edition_579/people/trainees_autumn_2018

[2] http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-8-2017-007217-ASW_FR.html

Le protectionnisme intelligent du Président américain Trump pousse Airbus à ouvrir une usine aux États-Unis

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Le protectionnisme intelligent du Président américain Trump pousse Airbus à ouvrir une usine aux États-Unis

 

Airbus a franchi une nouvelle étape dans le développement de ses sites de production aux États-Unis avec le lancement officiel le 20 janvier 2019 de la construction de sa chaîne d’assemblage d’avions A220 à Mobile en Alabama[1].

Cette chaîne d’assemblage permettra de répondre à la demande élevée et croissante des États-Unis pour les appareils de la famille A220. Cette nouvelle chaîne d’assemblage est le second site de production d’avions civils de l’entreprise aux États-Unis. La production des avions doit démarrer au 3e trimestre 2019 et la livraison du premier A220 assemblé à Mobile est prévue en 2020. Le communiqué de presse d’Airbus indique que « ce site sera dédié à l’assemblage des avions destinés aux clients américains ».

 

  1. L’administration de la Commission condamne-t-elle cette décision d’Airbus ?

 

  1. Est-ce une preuve que la stratégie de protectionnisme intelligent peut générer des emplois aux Etats-Unis ?

 

  1. Pourquoi la Commission ne suit pas le modèle de protectionnisme intelligent qui a été adopté par tous les pays performants pour nous doubler : les États-Unis, la Chine ou le Japon ?

[1] http://aujourdhui.ma/monde/debut-des-travaux-de-construction-de-la-chaine-dassemblage-a220-dairbus-aux-etats-unis

 

Les conseillers très spéciaux de la Commission de Bruxelles

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Les conseillers très spéciaux de la Commission de Bruxelles

 

 

La belge Mme Joëlle Milquet, ex-vice Premier Ministre CDH (parti belge qui s’est félicité de l’élection d’E. Macron)[1] a été nommée, en octobre 2017, conseillère spéciale du Président de la Commission européenne concernant l’indemnisation des victimes de la criminalité, y compris des victimes du terrorisme.

 

  1. Pouvez-vous m’indiquer son contact car son nom apparaît dans l’annuaire de la Commission sans adresse ni numéro de téléphone ?

 

  1. Combien de conseillers « spéciaux » sont employés par la Commission sans que leur contact ne figurent dans l’annuaire ?

 

  1. Quel est le montant total des salaires versés pour ces conseillers « spéciaux » en 2018 ?

 

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%ABlle_Milquet