La Commission européenne est-elle compétente ?

Communiqué de presse de Dominique Martin

La Commission européenne démontre sans cesse son incompétence. Début novembre, elle répond à Dominique Martin, Responsable RN pour la Commission de lutte contre le terrorisme, qu’elle « ne dispose pas de données concernant des meurtres commis par des demandeurs d’asile dans l’UE ». D’un côté, certains Commissaires comme M. Avramopoulos déclarent souhaiter atteindre « 50 millions de migrants à l’horizon 2060 »[1] et que « les migrants sont là pour rester et qu’il faut accepter l’immigration comme une nouvelle norme ». En revanche, elle est capable de dire précisément le nombre de tonnes de crabes que l’on peut pêcher en Mauritanie : 300 tonnes[2], démontrant ainsi ses priorités…

 

Or, qui décide aujourd’hui ce que vous mangerez demain (importation), à quel prix (traité de libre-échange), de combien d’emplois vous vous ferez défausser (travailleurs détachés), comment sera votre retraite (harmonisation européenne) ?

Ce n’est pas le Parlement, aujourd’hui simple chambre d’enregistrement. Ce n’est pas le Conseil qui ne fait qu’insuffler les grandes lignes ! C’est la Commission de technocrates qui rédige les textes et les impose aux Peuples.

 

L’UE doit se recentrer sur les priorités des européens : la sécurité, l’emploi et le pouvoir d’achat. La Commission ne devrait rien imposer sans avoir fait de sérieux constats et de profondes recherches. Enfin, il faut renégocier les traités afin de redonner le pouvoir aux Peuples, c’est à dire aux députés élus par ces Peuples, plutôt qu’aux technocrates.

[1] Déclaration du 8 juin 2015.

[2] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=OJ:JOL_2006_343_R_0001_01&from=fr

 

Explications de votes des 23-25 octobre 2018

Mardi 23 octobre

 

JURI : Consultation sur l’immunité d’Alfonso Luigi Marra

Rapporteur : Gilles Lebreton (RN, France)

A8-0325/2018

 

J’ai voté POUR ce texte.

Monsieur Marra a été entendu par la Commission JURI. Il ressort de son audition, des documents fournis et des faits que les propos tenus en Italie en 1996, alors qu’il était député européen n’ont aucun lien direct ou évident avec ses activités parlementaires. Le contexte des poursuites dont il a été et est encore l’objet est purement italien (opération « mains propres »). Les deux magistrats italiens qui ont porté plainte contre lui l’ont fait dans un contexte national sans lien avec ses fonctions de député européen. Par conséquent, les privilèges et immunités au sens de l’article 8 du protocole nº 7 ne couvrent pas les opinions exprimées par M. Marra en 1996.

Lire la suite

Le budget sécuritaire n’est pas une priorité pour l’Union européenne

PROPOSITION DE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN 

Le Parlement européen

 

– Vu l’article 133 du règlement ;

A – Considérant que le budget du Parlement est estimé à 190 milliards d’euros par an et à 1 100 milliards sur 6 ans[1];

B – Considérant que le budget 2021-2027 propose de répartir le budget en allouant 2.2 milliards[2] à la sécurité intérieure et 100 milliards[3] à la politique de voisinage !

C – Considérant, pour le dire autrement, que l’Union européenne semble avoir pour priorité les bonnes relations avec l’Ukraine plutôt que la sécurité des Français et des Européens, malgré un risque terroriste omniprésent ;

D – Considérant que des exemples ubuesques ne manquent pas comme les 200 millions versés au Maroc alors même que le Roi dispose d’une fortune personnelle estimée à 6 milliards ;

 

  1. Demande à la Commission de rééquilibrer cette répartition des fonds de manière à ce que le budget alloué à la sécurité intérieure soit plus élevé.

 

  1. Demande à la Commission que les budgets alloués à la sécurité et aux frontières extérieures soient supérieurs aux budgets alloués à la politique de voisinage[4].

 

 

 

[1] 1 134 583 millions d’euros d’engagements et 1 104 805 millions d’euros de paiements sur 6 ans.

[2] http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/IDAN/2018/625148/EPRS_IDA(2018)625148_EN.pdf

[3] Nous ne comptons pas les aides humanitaires pour lesquelles nous sommes favorables (principe de solidarité).

[4] Contrairement aux pourcentages actuels : 2.1% à la défense et à la sécurité, 2.7% à la protection des frontières et 9.6% à la politique de voisinage !

Emploi et politiques sociales de la zone euro

Déclaration écrite de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen.

Le débat du 22/10/2018 sur l’emploi et les politiques sociales de la zone euro au Parlement européen brosse un tableau optimiste et tronqué de l’emploi. Il oublie de rappeler que le chômage est deux fois plus élevé dans l’eurozone (8,3%) que dans les autres pays (4,2%). Il met en exergue l’Allemagne, mais peut-on croire ses statistiques du chômage (3,4%) en juin 2018 vu que seulement 5% des 1,2 millions de réfugiés arrivés en 2015-2016 travaillent à plein temps en 2017. Ce qui signifie que plus d’un million de personnes sont retirés des chiffres du chômage. Pendant ce temps, dans la zone euro 1 chômeur sur 2 est au chômage depuis plus d’un an et 10% des travailleurs sont pauvres.

Comme solution, ce rapport exhorte à toujours plus de réformes structurelles et « d’inclusion ». L’intégration au marché du travail des migrants et des réfugiés serait ainsi une des 3 solutions au maintien des systèmes de retraites. Pire, les partis de la majorité (PPE, ALDE, SD) ont refusé nos amendements de priorité à l’emploi pour les citoyens et chômeurs européens. Ce qui confirme que Bruxelles ne veut pas construire une grande Europe mais un monde en petit.

Formation des marins : la Commission ne tient pas le cap !

Formation des marins : la Commission ne tient pas le cap !

Dominique Martin est intervenu en commission et affaires sociales sur le niveau minimal de formation des gens de mer souhaitant garantir tout à la fois la sécurité sur les navires et la lutte contre les fraudes.

Il s’étonne que la Commission présente une directive sans étude d’impact sur l’emploi des marins européens !

 

 

5,6 milliards d’euros engloutis dans la Méditerranée en 10 ans

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

5,6 milliards d’euros engloutis dans la Méditerranée en 10 ans

 

Imaginée par Nicolas Sarkozy et fondée en 2008 lors d’une cérémonie mémorable qui aura coûté 17 millions d’euros au contribuable français[1], l’Union pour la Méditerranée (UpM) (en arabe : الاتحاد من أجل المتوسط) est une organisation intergouvernementale rassemblant les 28 membres de l’Union européenne (UE) et 15 pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient (Turquie, Jordanie, Israel…) et la ligue Arabe.

 

En 10 ans, l’Union pour la Méditerranée (UpM) a subventionné 54 projets de coopération d’une valeur de 5,6 milliards d’euros, allant d’initiatives de développement durable et des projets d’infrastructures urbaines à des programmes favorisant l’égalité des sexes, l’entrepreneuriat ou la création d’emplois. Deux universités euro-méditerranéennes ont été créées.

 

  1. Safadi, co-président jordanien a reconnu lors de la conférence anniversaire (08/10/2018) que la situation en Méditerranée avait empiré depuis la création de l’UpM[2].

 

Quelle est la contribution nette versée par la France et les autres contributeurs nets au budget de l’UpM ?

 

Quel est le nombre d’emploi créés dans l’UE et hors UE, rapportés au budget investi ?

 

Pourquoi Bruxelles continue de financer l’UpM au détriment de la création de l’emploi en Europe ?

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_pour_la_M%C3%A9diterran%C3%A9e

 

[2] Agence Europe (08/10/2018)

Bruxelles subventionne 2 millions d’euros l’étude réalisée par un chercheur basé en Australie d’une langue aborigène parlée par seulement 2 500 personnes.

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Bruxelles subventionne 2 millions d’euros l’étude réalisée par un chercheur basé en Australie d’une langue aborigène parlée par seulement 2 500 personnes.

Les entreprises basées en France sont de plus en plus nombreuses à rechercher des collaborateurs capables de travailler en anglais. Mal maîtriser cette langue peut donc être un frein à l’insertion professionnelle, en particulier pour les plus de 40 ans. La France occupe l’avant-dernière place en Europe, seule l’Italie, faisant un peu moins bien[1]. 74% des étudiants français voudraient améliorer leur anglais[2].

 

Pourtant Bruxelles a préféré allouer 2 millions d’euro à un chercheur né en Australie pour l’étude de langues inconnues[3] (Murrinh-Patha[4], Siwu[5], Lao[6], Kri[7], Cha’palaa[8], Duna[9] et la langue argentine des signes). Cette étude a notamment permis de montrer que lorsqu’un Argentin montre un visage sidéré[10], son interlocuteur répète la phrase précédente car il a compris que l’autre n’avait pas compris[11]. Cette étude a même obtenu un prix Nobel parodique en 2015[12].

 

Suite à cet investissement, quels ont été les résultats concrets pour les chômeurs européens ?

 

Le 28 août 2018, le Parlement européen a interdit que les eurodéputés français présentent des amendements en français sur le rapport « Emploi et politiques sociales de la zone euro ». De nombreux documents parlementaires ne sont reçus qu’en anglais. Quand la Commission utilisera ces fonds pour traduire les documents qu’elle envoie au Parlement européen ?

[1] http://focuscampus.blog.lemonde.fr/2017/11/09/maitrise-de-langlais-la-france-stagne-a-un-niveau-mediocre/

[2]https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=2ahUKEwiX2J6TmIjeAhVHZ1AKHRgsC3YQFjAAegQICRAC&url=http%3A%2F%2Fec.europa.eu%2Fcommfrontoffice%2Fpublicopinion%2Findex.cfm%2FResultDoc%2Fdownload%2FDocumentKy%2F82898&usg=AOvVaw2mpNj33ySIQSrE1QaO13Hd

[3] https://www.mpi.nl/institute/research-departments-groups/sociality-and-language-use

[4] Langue aborigène parlée par 2500 personnes.

[5] Langue de l’Est du Ghana

[6] Langue du Laos

[7] Langue du Laos

[8] Langue du Nord de l’Équateur parlée par 10 000 personnes

[9] Langue de Papouasie

[10] Freeze look

[11] Manrique, E., & Enfield, N. J. (2015). Suspending the next turn as a form of repair initiation: Evidence from Argentine Sign Language. Frontiers in Psychology, 6: 1326. doi:10.3389/fpsyg.2015.01326. more >

[12] http://nickenfield.org/huh/ Ig Nobel Prizes

 

Mission parlementaire à Bordeaux : bilan de 4 ans de mandat européen

Explications de votes des 1-4 octobre 2018

 

Mardi 2 octobre

JURI : Demande de levée de l’immunité de Georgios Kyrtsos

Rapporteur : Laura Ferrara (EFDD, Italie)

A8-0291/2018

 

J’ai voté pour ce texte.

La Cour suprême de la République hellénique a demandé la levée de l’immunité de Monsieur Kyrtsos député grec d’un parti allié au PPE (les Républicains) pour défaut de paiement des sommes dues à l’État. En tant que représentant légal d’une entreprise de presse avant son élection au Parlement européen, il est accusé de ne pas avoir payé 627 000 euros à l’État.

Considérant que l’infraction n’a manifestement pas de lien direct avec les fonctions de Georgios Kyrtsos en tant que député au Parlement européen, que l’acte de poursuite ne concerne pas une opinion ou un vote émis par lui en tant que député et qu’il n’y a pas lieu de croire que l’intention sous-jacente de la procédure pénale est de nuire à l’activité politique du député (fumus persecutionis), nous recommandons la levée de son immunité.

 

Lire la suite