Rencontre au Parlement européen de la Région Centre

Je rencontrais ce matin, aux côtés des Députés Philippe Loiseau et Mylène Troszczynski, nos amis du #Centre. J’ai pu expliquer l’enfumage des travailleurs détachés. Libre circulation (quatre libertés de l’Union européenne), intérêts financiers, etc. : cette directive ne sera pas modifiée en substance pendant ce trilogue. Plusieurs promesses ont d’ailleurs été bafouées ! J’ai pu également dénoncer le vocabulaire #européen. Réformes structurelles, flexisécurité, et harmonisation : il faut comprendre austérité, précarité et nivellement vers le bas !

 

 

80km/h sur nos routes ou sauver 2200 emplois français chez Peugeot PSA ? Il n’y a qu’une seule priorité !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Une de nos grandes entreprises du secteur de l’automobile, le Groupe Peugeot Citroën (PSA) est en discussion avec les syndicats pour licencier 2200 personnes sans même invoquer de difficultés économiques[1] ! Rappelons qu’en 2016, PSA est tout simplement la première entreprise automobile en France avec 27.14 % de parts de marché.

Comment ce licenciement de masse (« rupture conventionnelle collective ») est-il possible ? Cette procédure est prévue par la réforme de la loi travail que nous dénoncions il y a quelques mois ! Macron semble savoir vendre nos fleurons français à l’étranger, « copiner » avec la Chine ou encore prendre des mesures contre nos automobilistes mais ne se préoccupe pas de sauver nos emplois.

Il faut absolument endiguer le chômage, et la première mesure consiste à éviter les licenciements de masse. Malheureusement, plusieurs entreprises vont essayer de profiter des réformes macronistes, comme par exemple l’enseigne Pimkie ![2] L’État doit aider aujourd’hui à ce que ces employés ne soient pas les chômeurs de demain. La banque BpiFrance, actionnaire à 13.68 % de PSA doit tout faire pour éviter ce sinistre.

 

[1] https://mobile.francetvinfo.fr/economie/emploi/plans-sociaux/psa-la-direction-veut-supprimer-2150-emplois-dont-1250-en-rupture-conventionnelle-collective_2552745.amp

 

[2] http://www.leparisien.fr/economie/ordonnances-macron-chez-pimkie-les-syndicats-refusent-de-signer-09-01-2018-7490184.php

 

« Le parti pris de Dominique Martin » n°19

« La Roumanie et la Pologne achètent pour 14 milliards de missiles aux Etats-Unis : pourquoi ? »

Dominique Martin pose la question au Commissaire Moscovici !

Malgré les annonces du Président Macron vantant « l’Europe de la Défense », le gouvernement roumain a acheté des missiles américains pour 4 milliards de dollars, et le gouvernement polonais pour 10 milliards de dollars, ces deux pays profitant respectivement d’environ 4 et 10 milliards d’euros, par an, de contributions nettes de l’Union européenne : contributions, il faut le rappeler, financées par les contribuables français, entre autres !

Libre à ces pays de se protéger, mais pourquoi alimenter l’industrie américaine et ses travailleurs plutôt que l’industrie européenne de l’armement et ses travailleurs européens ? Sans gêne, le Commissaire Moscovici avoue que beaucoup d’autres États membres le font….

Il est clair que nos dirigeants Bruxellois ne défendent pas l’emploi des européens : les 400 000 travailleurs du secteur de la défense en France doivent en être conscients.

 

Explications de votes du 11 au 14 décembre 2017

PECH : Gestion durable des flottes de pêche externes
Rapporteur : Linnéa Engström (Verts)
A8-0374/2017

J’ai voté pour ce texte.
La proposition comprend quelques points délicats : un registre de pêche transparent sera institué et mis à jour par la Commission. Les espèces ciblées et les zones de pêche seront rendus publiques, ce qui peut profiter à des concurrents. Lire la suite

Dominique Martin défend les intérêts des 176 000 travailleurs frontaliers (Suisse)

Intervention de Dominique Martin en commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Dominique Martin est intervenu au Parlement européen dans le débat sur « la coordination des régimes de sécurité sociale », nouveau projet de l’Union Européenne. Chômage, retraites, maladie sont autant de droits essentiels pour les Français que cette réforme tirera immanquablement vers le bas afin de s’aligner sur les autres États membres.
Il a rappelé au rapporteur, l’élu socialiste Guillaume Balas, que les 176 000 Français qui travaillent en Suisse ne doivent pas être les oubliés de cette discussion au niveau européen. C’est près de 77000 hauts-savoyards (74) qui sont concernés.

Très « fair-play », Monsieur Balas a rappelé que dans ces échanges au niveau européen, la France perd 600 millions d’euros en prestations non couvertes par des cotisations sociales de nos partenaires européens présents en France.

 

À Prague, pour une Europe des nations souveraines, avec le Président du SPD, Tomio Okamura

J’étais présent ce week-end, à Prague, pour réfléchir sur un modèle de coopération pour un meilleur futur pour les peuples d’Europe.

Les leaders nationaux, ainsi que plusieurs membres du Mouvement pour une Europe des Nations et des libertés (MENL) ont pu échanger et s’exprimer sur notre avenir. Ils se sont également engagés à développer la coopération en dehors des structures de l’Union européenne (UE).

 

Achats de missiles américaines par la Roumanie et la Pologne et les 400 000 emplois menacés du secteur de la défense en France

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

 

Le 26/09/2017, Emmanuel Macron avait annoncé des « progrès historiques intervenus ces derniers mois » dans l’Europe de la Défense[1]. La Commission européenne a même communiqué sur le lancement d’un Fonds doté d’un budget annuel d’environ 500 millions d’euros par an[2].

 

Deux mois après, le gouvernement roumain a acheté des missiles américains pour 4 milliards de dollars[3], et le gouvernement polonais pour 10 milliards de dollars[4], ces deux pays profitant respectivement d’environ 4 et 10 milliards d’euros[5], par an, de contributions nettes de l’Union européenne : contributions financées par les contribuables français, entre autres ! Pourtant, avec Thalès et MBDA, l’Europe[6] fabrique des missiles ! Libre à ces pays de se protéger mais pourquoi alimenter l’industrie américaine et ses travailleurs américains au détriment des nôtres et avec nos impôts ?

 

La Commission a-t-elle été prévenue de ces achats avant leur exécution ?

Quelles actions la Commission engage pour inciter les États membres à se fournir auprès de fournisseurs européens ?

[1] http://www.elysee.fr/declarations/article/initiative-pour-l-europe-discours-d-emmanuel-macron-pour-une-europe-souveraine-unie-democratique/

[2] https://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/1/2017/FR/COM-2017-295-F1-FR-MAIN-PART-1.PDF

[3] http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/defense-la-roumanie-offre-4-milliards-de-dollars-aux-etats-unis-pour-le-systeme-patriot-758777.html

[4] http://www.zonebourse.com/RAYTHEON-14299/actualite/Raytheon-Vers-la-vente-de-missiles-Patriot-a-la-Pologne-25528767/

[5] http://www.europarl.europa.eu/external/html/budgetataglance/default_fr.html#romania

[6] http://www.opex360.com/2017/07/12/la-roumanie-opte-pour-le-systeme-americain-patriot-pour-sa-defense-aerienne/#tszQQDJkAJqZYP3Y.99

 

Importations en provenance de Nouvelle-Zélande et conséquences pour l’emploi en Europe

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Le 13 septembre 2017, la Commission a annoncé le projet d’un traité d’échange avec la Nouvelle-Zélande.

 

  • D’après une étude du Parlement européen, 5% des importations agricoles en provenance de Nouvelle-Zélande concernent des « charognes et des graisses animales »[1], pour en faire quoi ?
  • La principale activité de service néo-zélandaise exportée vers l’Europe concerne des « autres services de voyage »[2], de quels services parle-t-on ?
  • Non-sens écologique de bateaux qui transportent du vin de qualité médiocre, du cidre ou du vinaigre sur 30 000 kilomètres et 60 jours de mer vers l’Europe, alors que nos bateaux européens font le trajet inverse avec nos excellentes productions vinicoles1.
  • Mise en concurrence déloyale de nos exploitations agricoles de taille historiquement traditionnelle face aux très grandes propriétés néo-zélandaises[3] issues de la colonisation.

 

La Commission a-t-elle évalué combien d’emplois seront détruits dans l’agriculture en Europe si cet accord est ratifié ?

 

 

[1]Page 3

http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2017/608755/EPRS_BRI%282017%29608755_EN.pdf

[2]http://www.stats.govt.nz/browse_for_stats/industry_sectors/imports_and_exports/GoodsServicesTradeCountry_HOTPYeDec16/Tables.aspx

[3] http://history-nz.org/french/qui.html

Coordination des régimes de sécurité sociale et les 600 millions d’euros perdus par la France

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Le débat sur « la coordination des régimes de sécurité sociale », a eu lieu au Parlement européen le 28 novembre 2017 sur ce nouveau projet de l’Union Européenne. Chômage, retraites, maladie sont autant de droits essentiels pour les Français que cette réforme tirera immanquablement vers le bas afin de s’aligner sur les autres États membres.

 

– Quel impact aura ce projet sur les 176 000 Français[1] qui travaillent en Suisse ?

– Le règlement « Rome I »[2] pourrait-t-il s’appliquer à ces frontaliers, notamment concernant l’assurance chômage ? En clair, il s’agit de permettre aux salariés de choisir le régime le plus favorable. C’est près de 77000 français qui sont concernés en Haute-Savoie (74)[3].

 

Le rapporteur Monsieur Balas a rappelé que dans ces échanges au niveau européen, la France perd 600 millions d’euros en prestations non couvertes par des cotisations sociales de nos partenaires européens.

– Quelle est la répartition de cette perte (géographique, type de droit social) ?

 

[1]https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/catalogues-banques-donnees/communiques-presse.assetdetail.2005544.html;

https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/travailleurs-frontaliers-la-suisse-devra-elle-payer-leurs-prestations-chomage-667109.html

[2] Traité assurant la non-dégradation de rémunérations des travailleurs transfrontaliers

[3] https://www.tdg.ch/geneve/cap-100-000-frontaliers-franchi-2016/story/28625204