Les ex-salariés d’Alstom énergie sont-ils secrètement sacrifiés par Macron et Bruxelles ?

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député français FN / ENL au Parlement européen, Commission Emploi et Affaires Sociales :

Emmanuel Macron, le Président des très riches, est-il incompétent en matière industrielle ?

En tout cas, il est co-responsable avec la Commission de Bruxelles de l’avenir des employés de feu Alstom énergie. En 2014 déjà, il poussait la vente à GE (General Electric) plutôt qu’à Siemens[1] , vente autorisée par la Commission en 2015 à condition qu’un grand nombre d’ingénieurs R&D et les activités les plus avancées sur le plan technologique d’Alstom soient vendues au groupe Ansaldo prétendument italien[2]  mais détenu à 40% par Shangaï Electric[3]  depuis… 2014.

 

Aujourd’hui, Ansaldo energia est en difficulté avec un free cash-flow[4]  négatif de 180 millions[5]  d’euros en 2017. Rothschild aurait été mandaté pour une vente en 2018 des parts de l’État italien[6] . Quant à GE, son cours de bourse[7]  a été divisé par 4 depuis l’an 2000 et
12 000 emplois sont menacés dont ceux des ex-Alstom, de Grenoble[8]  à Belfort. La solution des requins de la finance pour relancer un cours de bourse est appliquée avec un plan de restructuration massif (1 milliard pour la France1) et une vente à la découpe de l’entreprise[9] .

 

Le PDG de GE suit bien le logiciel de l’ex-banquier Macron : transformer des géants industriels en fumée financière. Un profit rapide pour certains initiés contre des employés sur le carreau et des pays privés d’avenir.

 

Ni la Commission[10] , ni Macron n’ont eu de vision d’autonomie stratégique pour l’Europe dans ce dossier. Si le Président osait, il rachèterait les activités stratégiques d’Alstom vendues aux Américains, et même celles de General Electric. Les Américains n’en veulent plus ! Alors que chaque année nous donnons 8 milliards d’euros nets aux autres pays européens en pure perte[11] , Alstom fut abandonné pour seulement 7 milliards [12] .

 

 

 

 

[1]  goo.gl/HVGoCS

[2]  http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-5606_fr.htm

[3]  goo.gl/sGaZjL

[4]  flux de trésorerie libre ou disponible

[5]  Page 8 du rapport annuel 2017 goo.gl/mW3S8k

[6]  goo.gl/WxPWHz

[7]  Le cours a été divisé par 4 depuis 2000 : goo.gl/7bQCo7

[8]  goo.gl/H611WD; https://www.hydro-grenoble.info/le-pse-dates-et-chiffres/

[9]  goo.gl/42FxZJ

[10]  Mme Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, a déclaré à ce propos: «Je suis heureuse que cette opération puisse être autorisée, ce qui démontre que l’Europe est ouverte au monde de l’entreprise et qu’une technologie d’origine européenne peut prospérer et attirer des investissements étrangers.

[11]  Source Commission européenne. Politico 3 mai 2018 page 5

[12]  https://deontofi.com/ce-quon-vous-a-cache-sur-le-controle-dalstom-par-general-electric/

https://deontofi.com/alstom-general-electric-chronologie-dun-accord-tres-opaque/

Lutter contre les populismes

« Lutter contre les populismes » : la priorité de la Commission budget.

Dominique Martin est intervenu en Commission Emploi et affaires sociales sur le budget 2019.

Il constate que l’Union européenne fait le même constat chaque année depuis 2015 : le chômage augmente, les PMI-PME sont étouffées, la masse de migrants à intégrer ne diminue pas, la pauvreté augmente, etc.

Pire, au lieu de traiter les causes, l’UE traite les effets par des budgets perfusions qui sortent de la poche de nos concitoyens.

 

Air France vous mène en bateau… Mais pas autant que nos gouvernements successifs !

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député français FN / ENL au Parlement européen, Commission Emploi et Affaires Sociales :

Air France a licencié 2000 personnes [1] en 2017, en plus des 4000 salariés [2] que l’entreprise a remerciés en 2013. Un chiffre scandaleux car on constate un bilan très positif : 1,5 milliard d’euros (+42%) de résultat opérationnel [3] ! Pour preuve ? Les bonus versés ont augmenté de 176 millions d’euros par rapport à 2016, et le PDG s’est versé une confortable rémunération de 1,1 million d’euros [4]. Peut-on blâmer directement la France pour ces licenciements ? Difficile car elle ne dispose plus que de 14% du capital ! En comparaison, les Chinois et les Américains détiennent 18% !

À force de vendre nos fleurons français aux sociétés étrangères, Macron et ses alliés politiques ne sont plus en mesure de sauver vos emplois, sans compter les bénéfices qui s’envolent vers la Chine au lieu de gonfler le patrimoine français.

Par ailleurs, comme en décembre 2014, Macron se contente de demander des fonds à la Commission de Bruxelles au nom de « l’adaptation à la mondialisation ». Les « mesurettes » envisagées pour la reconversion du personnel d’Air France (2 000 euros ([5]par personne pour devenir apiculteur ou Professeur de français pour étrangers) sont un affront fait à nos concitoyens. Les migrants, eux, bénéficient de 10 000 euros [6]

par personne pour prendre des cours de cuisine ethnique ! …

Il faut arrêter de vendre nos biens (terres, sociétés, savoir-faire) aux plus offrants, au risque de perdre notre souveraineté ! Enfin, la préférence nationale doit être la norme dans l’allocation des fonds de reconversion. Bruxelles nous promettait le miel ? Pas de convertir des pilotes en apiculteurs !

[1] 1858 personnes dont 1086 entre avril et juillet 2017. Le trafic aérien est en croissance de 5,3% au niveau mondial et de 3,4% au départ de l’Europe entre 2008 et 2015.
http://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/1/2018/EN/COM-2018-230-F1-EN-MAIN-PART-1.PDF
[2] Nombre de licenciements durant la période de référence : 1 019. Nombre de licenciements avant/après la période de référence : 4 194.
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52014PC0701&from=FR
[3] http://www.airfranceklm.com/sites/default/files/1234_q4_2017_press_release_fr_def.pdf
[4] p.60 http://www.airfranceklm.com/sites/default/files/publications/ddr_air_france-klm_2017_0.pdf
[5] p.9 http://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/1/2018/EN/COM-2018-230-F1-EN-MAIN-PART-1.PDF
[6] http://ec.europa.eu/esf/main.jsp?catId=67&langId=en&newsId=2833

Explications de votes de la mini session plénière du jeudi 3 mai

AFET : Protocole à l’accord de partenariat et de coopération UE-Ouzbékistan (adhésion de la Croatie)

Rapporteur : Jozo Radoš (ALDE, Croatie)

A8-0104/2018

PB

 

J’ai voté contre ce texte.

Le rapport UE-Ouzbékistan relève de la même logique mortifère d’ingérence dans des zones géographiques troublées qui nous a impliqués dans la guerre d’Ukraine. Cette logique transposée dans la zone géopolitique la plus complexe au monde, l’Asie centrale, est potentiellement désastreuse. S’ingérer dans une zone travaillée par des intérêts de grandes puissances (Russie, USA, Inde, Chine) et de puissances régionales (Iran, Turquie) présente des risques sous-estimés par la Commission.

Lire la suite

« Le parti pris de Dominique Martin » n°22

Une énième dérive du Parlement européen !

Accueil des migrants, théorie du genre, réformes structurelles et autres dérives et utopies européistes : le Parlement européen fait encore une démonstration de son inefficacité à traiter un sujet essentiel.
Ici, les technocrates de Bruxelles dénaturent un projet de modernisation de l’éducation en y insérant les litanies politiques habituelles : quel dommage !

Essence, péage, cigarettes, gaz : les prix augmentent ! Bruxelles et Macron vous mentent !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Fer de lance de sa campagne, Macron avait promis une augmentation du pouvoir d’achat, notamment par la baisse des cotisations sociales. Pourtant, vous le constatez, il est de plus en plus difficile de joindre les deux bouts(1).

 

L’augmentation des salaires(2) est trop faible, notamment en raison des recommandations de la Commission européenne(3), comparée aux trop nombreuses augmentations des dépenses ! Plus de 7 hausses de tarifs au total !

Nous déplorons ainsi l’augmentation de la CSG (+1.7%), du gasoil(4), des péages autoroutiers (+1.33%) (5), du prix des cigarettes (+1.10 euro par paquet), de l’envoi postal (+4.7%) et du gaz (+6.7%) (6) ! Rien que cela !

 

Par ailleurs, les villes ont moins de subventions et se voient obligées d’augmenter de nombreux tarifs (comme les cantines ou les piscines), ce qui représente en moyenne 235 euros(7) par ménage et par an ! La réforme alimentaire de Macron (l’augmentation du seuil de revente à perte) coûterait 5 milliards(8) aux consommateurs, soit 177 euros par ménage(9) !

 

Ces augmentations sont scandaleuses et insupportables pour les ménages !

Il aurait mieux fallu stabiliser ces coûts, revaloriser les salaires et le minimum vieillesse (ASPA) et créer une Prime de Pouvoir d’Achat (PPA) à destination des bas revenus. Enfin, instaurer un patriotisme économique national permettrait une nette amélioration du pouvoir d’achat ! Macron vous a menti, partagez l’information !

 

 

 

 

 

(1) L’observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) fait ce triste constat.

(2) Cette augmentation représente 10.06 euros sur un salaire médian de 2200 euros.

(3) « Une augmentation du salaire minimum entraîne des augmentations salariales pour la plupart des catégories de travailleurs et comporte le risque de compresser les salaires vers le haut ».

https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/2017-european-semester-country-specific-recommendations-commission-recommendations_-_france-fr.pdf

 

(4) Gasoil : +7,6 centimes par litre pour le gazole et 3,84 centimes pour l’essence.

(5) https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/autoroutes-sept-questions-sur-la-nouvelle-hausse-des-tarifs-des-peages_2588906.html

(6) http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/12/31/2018-ce-qui-va-changer-pour-les-francais-a-partir-du-1er-janvier_5236224_823448.html#huit-anchor-hausse-du-prix-du-ta

(7) La baisse des subventions aux villes représente 6 à 7 milliards d’euros en tout.

(8) http://www.lefigaro.fr/conso/2018/02/05/20010-20180205ARTFIG00172-alimentation-le-plan-du-gouvernement-couterait-jusqu-a-5-milliards-aux-consommateurs.php

(9) En effet, les produits devront être vendus par les magasins au moins 10% au-dessus de leur prix d’achat : une grosse différence pour les Français.

« Le parti pris de Dominique Martin » n°21

À partir de 2019, 258 terroristes auront purgé leur peine et se retrouveront dans nos rues

Découvrez le constat sécuritaire que dresse Dominique Martin au Parlement européen.
En 2017, il y a eu un évènement terroriste tous les 6 jours en Europe. Sur 50 000 à 70 000 radicalisés sur notre continent, 20 000 sont en France ! Pourquoi ? Quelles solutions propose-t- il ? Pourquoi les alliés de Macron ont-ils scandaleusement refusé la création d’un mémorial pour les victimes du terrorisme ? Les réponses dans ce 21 ème parti pris !

 

À partir de 2019, 258 terroristes auront purgé leur peine et se retrouveront dans nos rues

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député français FN / ENL au Parlement européen, Commission Emploi et Affaires Sociales, Commission de lutte contre le terrorisme :

258 djihadistes partis en Syrie et en Irak afin de s’entraîner sont revenus en France depuis 2012. 70% ont été arrêtés et emprisonnés à 7 ans de prison (en moyenne). Il y en a donc 30% qui sont toujours dans la nature… et 70% qui auront bientôt purgé leur peine et qui se retrouveront dans nos rues. Un constat alarmant quand on sait que la France est le pays le plus touché en Europe, continent qui a subi un évènement terroriste tous les 6 jours en 2017[1]

Les services de renseignements ont fait un travail formidable en pistant ces radicalisés. La police a fait un travail formidable en les arrêtant et la justice en appliquant la loi… Alors quel est le problème ? L’absence de volonté politique de changer nos lois laxistes et inadaptées à la menace terroriste. Impossible de les expulser au motif que ce serait une double peine. Refus de légiférer sur la déchéance de nationalité : un non-sens.

Il est urgent de prendre les mesures adéquates. Sur 50 000 à 70 000 radicalisés en Europe, 20 000 sont en France[2] ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre les prochains attentats et de rallumer des bougies, ou de changer à nouveau notre « statut » sur les réseaux sociaux. La loi Macron du 30 octobre 2017 « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme » n’est qu’un pâle reflet de l’état d’urgence : il faut des mesures plus sévères comme la fermeture des mosquées radicalisées, l’expulsion des imams prêchant le djihad armé, l’augmentation du budget du renseignement, la formation d’acteurs locaux pour prévenir la radicalisation, la mise en place de cellule de déradicalisation dans les écoles, dans les clubs de sport, etc… Il reste beaucoup à faire et c’est urgent.

 

[1] Centre d’analyse du terrorisme (CAT), http://cat-int.org/wp-content/uploads/2018/01/BILAN-2017.pdf
[2] Idem

Les salaires nets sont plus faibles à la campagne mais l’Auvergne n’intéresse pas Bruxelles

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

En France, le salaire moyen net varie du simple au double selon que l’on travaille à Saint-Flour dans le Cantal ou en région parisienne (10,4 contre 19,5 euros par heure à Saint-Quentin-en Yvelynes).[1]


Toutes les catégories professsionnelles sont touchées :

– Cadres (20 euros contre 29)

– Employés (9 euros contre 12 euros)

– Ouvriers (10 contre 13 euros)

Les salaires les plus bas en France ne sont pas situées dans des zones accueillant des immigrés mais dans certaines communes rurales.

Pourquoi la Commission ne mentionne jamais cette pauvreté et ces inégalités de la ruralité dans ses rapports mais toujours l’inclusion des migrants ? Ainsi dans les 55 pages du programme de l’Union européenne pour l’emploi et l’innovation sociale (“EaSI”) pour 2018, le mot « migrants » est mentionné 8 fois alors que la ruralité n’est pas mentionnée. [2]

[1] http://www.strategie.gouv.fr/publications/dou-viennent-ecarts-de-salaire-entre-territoires
[2] Programme de travail annuel en matière de subventions et de marchés publics pour le Programme de l’Union européenne pour l’emploi et l’innovation sociale (“EaSI”) pour 2018.
http://ec.europa.eu/social/main.jsp?advSearchKey=annualprogtenderproposals&mode=advancedSubmit&catId=22&policyArea=0&policyAreaSub=0&country=0&year=0&langId=fr

Des pasteurs nomades d’Éthiopie et du Tibet relancent la recherche et l’emploi en Europe. 
Coût de la plaisanterie : 2,5 millions d’euros

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Pour sortir l’Europe du déclin et relancer l’emploi, la Commission proclame la nécessité de financer depuis Bruxelles des projets de recherches innovants basés en Europe. Les subventions du Conseil Européen de la Recherche (ERC) sont censées soutenir d’excellents chercheurs déjà reconnus depuis plus de 10 ans. Ces chercheurs doivent démontrer la nature novatrice, l’ambition et la faisabilité de leur proposition scientifique pour recevoir ces fonds européens[1] .

Dès lors, il est désolant de découvrir le projet ubuesque (PASTEURS) PASTRES[2]  : 2,5 millions d’euros financeront les voyages d’un anglais au Tibet, en Éthiopie et en Sardaigne. En étudiant les éleveurs nomades de yacks, de chèvres et de dromadaires, ce dernier espère trouver des réponses au monde qui change[3] .

Ce projet a développé une activité internet pour « jouer au fermier africain[4] ». Le développement de ce jeu va-t-il relancer l’industrie en Europe ?

Les critères « direction reconnue en matière d’innovation industrielle ou dépôt de 5 brevets » sont aujourd’hui optionnels dans l’évaluation du candidat à la subvention. Quand la Commission imposera à l’ERC de rendre ces critères obligatoires ? Cela aurait évité cette plaisanterie.

 

 

[1] https://ec.europa.eu/research/participants/portal/desktop/en/opportunities/h2020/topics/erc-2016-adg.html
[2] https://twitter.com/PASTRES_erc
https://erc.europa.eu/projects-figures/erc-funded-projects/results?search_api_views_fulltext=pastres&=Apply
[3] « Nous engagerons un dialogue avec des débats plus larges dans cinq domaines – environnement et changement climatique, finance et marchés des produits de base, conception des infrastructures, politique migratoire et conflits et sécurité – sur la manière de répondre aux risques et incertitudes et de renforcer la résilience, en offrant à la fois de nouvelles théories et des réponses pratiques. La recherche prolongera de manière significative le travail du passé grâce à une reconceptualisation transdisciplinaire et novatrice de l’incertitude et de la résilience, reliant les expériences des pasteurs marginaux à des défis plus larges et globaux de résilience ».
[4] https://steps-centre.org/african-farmer-game/