Cluses : Le lifting de l’immobilisme

Tribune du Groupe des Élus.

L’exécutif de notre ville a changé par la force des choses, mais avec les mêmes défauts. Qu’on en juge.

La carpe et le lapin

Une fusion de listes improbable avait en 2014 empêché de justesse la victoire de la liste conduite par Dominique Martin. Cette alliance a éclaté, les amis d’hier se prétendent désormais opposants. Pour trouver une majorité, il a fallu séduire parmi l’opposition la moins solide des condamnés à jouer les faire-valoir. Au moins, les choses sont claires, les Clusiens sauront sur qui compter pour vraiment changer la ville !

Le poids de l’héritage

Malgré ce lifting, Cluses reste plombée par les choix des prédécesseurs-héritiers. Parmi de nombreux exemples, la réfection du parvis de la Mairie, pour plusieurs millions en détruisant l’arbre de la paix planté avec les Maires de Trossingen et Beaverton. Résultat ? Toujours autant de béton et des pédiluves qui n’ont pas beaucoup fonctionné.

Cluses devait être fière de projets menés par d’autres et devant nous apporter un cinéma multiplex et des divertissements. Qu’en sera-t-il ? Quand on ne dirige pas un projet, on est condamné à en subir les affres.

Ceci, noyé dans un PLU, où une accumulation de sigles abscons doit transformer Cluses en « Cœur de territoire ». Pour trouver quoi ? De moins en moins de commerces, qui se meurent, des HLM délabrés à retaper pour être de nouveau dégradés, et des logements nouveaux qui diminueront la valeur du foncier existant. Maigre PLU, dont la principale nouveauté est la hausse du nombre de logements sociaux !

Des marges de manœuvre inexistantes

Suite à la hausse du Franc suisse en 2015, les emprunts toxiques souscrits en notre nom nous menaçaient d’une catastrophe. Malgré les avertissements des élus FN, les 2 emprunts de 2,5 et 2,8 millions signés en 2007 et 2008 (en ajoutant 5,8 M€ au passage) coûteront au final 24 millions à payer jusqu’en 2041, suite à une renégociation soumise au diktat des banksters. Notons que le Franc suisse est revenu à son niveau antérieur…

Moralité, en 2017, sur 33,5 M€ de budget, l’investissement n’est plus que de 1,5M€. Et il y a visiblement des difficultés pour présenter un budget pour 2018.

Nous souhaitons bon courage aux Clusiens pour l’évolution de la Ville dans ces conditions. Comme toujours, pour notre part, nous veillerons à contrer les projets néfastes, et à soutenir ceux qui sont bons pour notre commune.

Nota : Cette tribune a été rédigée en janvier, pour le journal municipal prévu début février, et finalement paru en ce début avril.

Congrès de la refondation

Rapport financier, tables-rondes thématiques, intervention de l’américain Steve Bannon : je participais ce week-end aux travaux du Front National réuni en Congrès.

« Le mondialisme et l’islamisme veulent dominer le monde. L’un par le tout commerce, l’autre par le tout religieux. Ce sont deux totalitarismes sans limite. Or il n’y a de société viable, sans limite. », Marine Le Pen, 

Le combat continue derrière notre Présidente !

Interrogé par la Radio FranceBleu, j’explique que le changement de nom était une nécessité :

Je vous remercie pour votre confiance et vos votes au Conseil National,

Amitiés,

D. Martin

Dominique Martin, entre Marine Le Pen et Steve Bannon, Directeur de campagne de Donald Trump.

Dominique Martin, en train de voter au Congrès de la refondation.

Visite en Haute-Savoie de l’ambassadeur spécial de Marine Le Pen

Dominique Martin et Vincent Lecaillon reçoivent en Haute-Savoie l’ambassadeur spécial de Marine Le Pen.

Cluses : les élus FN défendent la liberté

Lors de la réunion du Conseil municipal de Cluses du 30 janvier, Dominique Martin, Catherine Dardenne et Lucie Hugard ont réaffirmé haut et fort la liberté.

Le dossier phare de ce conseil était la demande d’approbation du PLU. Pour rappel, le Plan Local d’Urbanisme est un document qui remplace le Plan d’Occupation des Sols (POS) pour permettre de gérer le développement immobilier d’une commune. Ce document pourrait être simplement l’expression de la volonté propre de la commune de maîtriser le foncier sur son emprise. Malheureusement, de nos jours, un PLU s’insère dans un « projet de territoire », et doit respecter la loi ALUR, des trames vertes, trames bleues, ZNIEFF, PADD, SCOT, OAP, RNU et nombre d’autres sigles abscons*. Tous ces documents et toutes ces démarches aboutissent à enlever toute initiative et toute liberté aux communes. Le PLU doit renforcer la mixité fonctionnelle et sociale, lutter contre l’étalement urbain, et préserver et mettre en valeur le patrimoine environnemental, paysager et architectural. Le tout, en liaison avec les communes et communautés de communes autour, dans l’optique de supprimer les communes au profit de métropoles inhumaines.

Cela signifie que la hauteur des bâtiments, l’orientation des rues, la couleur des volets et la composition des haies et séparation entre propriétés sont dictées aux communes qui n’ont plus leur mot à dire. Cela signifie aussi que les communes sont sommées de construire de plus en plus de logements sociaux.

Dominique Martin a dénoncé la violence faite aux communes en leur ôtant toute liberté dans leur développement. Il a aussi dénoncé la violence faite aux propriétaires, dont les terrains deviendront inconstructibles, voire, qui ont hérité des terrains constructibles pour lesquels ils ont payé des droits de succession élevés, et se retrouvent avec un patrimoine de valeur moindre.

Les élus FN, qui ont toujours mené le combat contre ce PLU, ont bien entendu voté contre ce dossier mortifère.

 

* tous ces sigles existent vraiment et sont manipulés avec dextérité et sérieux par nos gouvernants !

Agression d’un collégien à Sallanches : banalisation de la violence

Communiqué de Dominique Martin, membre du Bureau politique du Front National, Conseiller régional honoraire

La presse nous apprend ce jour la lâche agression de trois « jeunes » contre un collégien jeudi dernier à Sallanches. Cette attaque, filmée par les agresseurs, serait « aux allures banales », si ce n’était l’usage, non confirmé officiellement, d’armes.

Ainsi donc, il est normal, banal, qu’un collégien soit agressé par 3 « jeunes » dans nos rues. Il n’y aurait qu’à s’habituer, faire avec la fatalité. Il n’y aurait qu’à partager les vidéos sur les réseaux sociaux.

Dominique Martin et le Front National dénoncent l’augmentation des violences et de l’insécurité. Ils condamnent la prolifération des bandes que les forces de l’ordre et la justice laissent pour « acheter la paix sociale ». Ils soulignent que, une fois de plus, la soit-disant vidéo-protection ne protège en rien nos concitoyens.

Ils adressent enfin tout leur soutien à la victime et à sa famille.

Conférence de presse à Thonon avant la traditionnelle galette des rois de la Fédération

Avec Vincent Lecaillon, pour défendre la Tradition française avec les patriotes du FN74 réunis pour partager la traditionnelle galette. Je soutiens Vincent Lecaillon au point presse pour dénoncer la gestion de la Région.

La jeunesse varoise du Front National rencontre Dominique Martin, député français au Parlement européen

Ouest-Var.net se fait écho de la visite du Député européen :
La Seyne Politique

La jeunesse varoise du Front National rencontre Dominique Martin, député du parlement européen

Samedi en milieu d’après-midi, Frédéric Boccaletti recevait dans les locaux de sa permanence une trentaine de jeunes gens membres du Front National ainsi que Dominique Martin, député européen et Dorian Munoz, secrétaire départemental du FNJ.

Ils ont répondu à l’appel.

Vers 15h, en plein coeur de La Seyne-sur-mer, la permanence ouvre ses portes et les jeunes gens prennent place. Collégiens, lycéens et étudiants: les profils sont variés mais la cause bien commune.

« Mettre la jeunesse en avant est un devoir sacré. »

Derrière le pupitre, Dominique Martin commence : « Il y a 35 ans, j’étais à votre place. Au Front National, nous sommes sans cesse en quête de nouveaux talents et nous souhaitons offrir à ceux qui rejoignent le mouvement et qui désirent s’investir pour la cause une longue carrière. Nous voulons vous voir mûrir comme le bon vin. » Il reprend :  » Je suis devant vous aujourd’hui pour vous témoigner que le combat n’est pas aisé mais qu’il est gratifiant. Notre parti est en constante progression dans les sondages et dans les votes, les dernières élections le prouvent.  »

« Témoigner de ce qu’est réellement
la vie politique et l’Union Européenne. »

Frédéric Boccaletti, Président du groupe FN au Conseil régional PACA explique : « Nous avons également décidé de convier les membres de la jeunesse de notre parti aujourd’hui pour qu’ils puissent échanger avec un député européen. Qu’ils puissent prendre conscience que le travail est ardu lorsqu’on ne fait pas que se coucher devant les décisions qui sont proposées. Enfin, nous souhaitons rompre avec l’image que les médias nous donnent à tord en nous caricaturant. »

« Rendre la Souveraineté aux Nations », un leitmotiv.

Durant deux heures, le député Dominique Martin va témoigner de son quotidien, s’arrêter sur des sujets controversés comme la directive des travailleurs détachés, l’économie collaborative ou encore la directive des transports et s’épancher sur ses ressentis qualifiant l’organisation parlementaire européenne de « machine à fabriquer les mégots », de « Théâtre de guignol » ou encore « d’escroquerie démocratique majeure ». Il explique :  » Ce ne sont pas les députés européens qui tiennent entre leurs mains l’avenir des citoyens mais bel et bien les Lobbyistes ». Il conclut : « L’Europe des Nations et des Libertés souhaite rendre la souveraineté aux Nations. La France doit pouvoir retrouver ses frontières; sa souveraineté législative, budgétaire, financière et monétaire ».

C.G, le 08 janvier 2018

Silencieux, ils prennent des notes.
Frederic Boccaletti, Dominique Martin et Dorian Munoz.

Réunion publique à Marnaz

Vendredi 17 novembre, Dominique Martin a participé à une réunion publique à Marnaz (Haute-Savoie), avec une nombreuse assemblée, en compagnie de notre nouvelle conseillère municipale FN d’Annemasse, Magalie Luho !

Communauté de communes : le contribuable paiera de toute façon !

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal de Cluses, Conseiller communautaire 2CCAM

Un candidat déclaré, d’autres en embuscade : la 2CCAM est l’enjeu de toutes les ambitions. Mais pourquoi se battent-ils ?

On nous avait promis d’optimiser les moyens financiers et humains (personnel) : c’est « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf » ;

On nous avait promis une gestion saine : ils se sont jetés sur toutes les compétences, sans en avoir les moyens, au point qu’il manquerait 1,5 million pour finir l’année ;

On nous avait promis un rapprochement harmonieux des communes : les batailles d’ego l’emportent.

La seule certitude, au final, c’est que la 2CCAM, c’est plus de dépenses, plus d’occasions de s’endetter et donc plus d’impôts : quoi qu’il en soit, comme d’habitude, les contribuables paieront !

Mais pourquoi se battent-ils : pour défendre leurs indemnités, comme à l’habitude…

 

Ces « mineurs » qui minent nos finances

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller régional honoraire, membre du Bureau politique du Front National

Le Front National l’affirmait sous les moqueries et critiques générales, mais aujourd’hui même la presse l’annonce avec surprise et regrets : certains clandestins, « mineurs isolés », seraient en fait des adultes profitant du système. Quelle surprise !

Rappelons que l’accueil des « mineurs isolés » est imposé aux Départements par l’État qui les répartit à discrétion. La responsabilité des contrôles et leur faillite incombent donc évidemment à l’État, dont c’est un nouvel échec.

Convaincu de tricherie, le fautif ne devra rien rembourser, mais quitter le territoire sous 30 jours, puisqu’on l’a laissé libre. Que croyez-vous qu’il fera ?

Au passage, on apprend qu’un mineur isolé peut percevoir 150 000€ d’aides en 4 ans et demi, soit plus de 2 777€ par mois. Il s’agit de générosité publique avec notre argent, sans travailler naturellement. Bien entendu, cela ne comprend pas les dépenses annexes : coûts administratifs, déplacements, hébergement, examens et soins de santé… Nos compatriotes SMICards ou en fin de droit apprécieront.

Dominique Martin dénonce l’incurie de l’État, dont la promesse de contrôles est une nouvelle fois prise en défaut. Il rappelle les propositions du Front National en matière d’immigration : contrôle a priori, suppression de ces aides qui sont un appel d’air à l’immigration clandestine, et reconduction à la frontière immédiate. Plus que jamais, être Français, ça s‘hérite ou ça se mérite ; les clandestins qui violent nos lois et nous trompent ne méritent rien.