Lyon-Turin : vers l’échec annoncé

La France et l’Italie doivent signer demain un protocole additionnel pour la liaison Lyon-Turin. Ce protocole est notamment consacré à l’inflation du coût du chantier, qui est loin d’être terminé. Le coût de ce projet pharaonique rejaillira sur l’ensemble de la population, par le biais notamment de la taxe qui sera imposée aux transporteurs routiers, déjà en crise.

Depuis 1998, le Front National s’oppose à ce projet, pour des raisons de respect des populations, de l’environnement, et de non-rentabilité.

On nous a promis un TGV ; c’est une ligne de fret ferroviaire.

On nous vante un projet franco-italien ; c’est un morceau du projet européiste Lisbonne-Kiev.

On nous parle d’environnement ; les habitants de la Vallée du Rhône ou du Val de Suze sont charmés de la perspective de trains exceptionnellement longs passant sans arrêt sous leurs fenêtres.

On nous parle d’économie : ce sera une voie royale ouvrant notre marché au déferlement de produits agricoles et industriels venant de pays à bas coût de main-d’œuvre.

On nous parle de hausse du trafic : les dernières études montrent un effondrement depuis plusieurs années.

Face à ce projet mortifère, le Front National a toujours soutenu des projets alternatifs correspondant à de réels besoins économiques et environnementaux : désengorgement de la vallée de l’Arve et remise aux normes du canal Rhin-Rhône.

Suisse : hors de l’UE, donc libre !

Les transports publics genevois réjouissent leur gouvernement et leur peuple en annonçant donner la préférence aux genevois pour leurs recrutements. C’est très concrètement la mise en œuvre de la préférence nationale, que le Front National réclame depuis 40 ans.

Notons que la Suisse n’est pas pour autant mise au ban des Nations. Ce n’est pas un État fascisant, rétrograde et refermé sur lui-même. Au contraire !

Mais, n’étant pas vassale de Bruxelles, la Suisse peut appliquer librement des mesures simples et de bon sens pour assurer du travail à ses propres citoyens, avant d’importer des travailleurs étrangers.

Le Front National félicite le courageux peuple suisse de son esprit d’indépendance nationale à l’égard des diktats du mondialisme apatride.

Le Front National renégociera les traités européens dans l’intérêt de la France, comme la Grande-Bretagne et d’autres grandes nations peuvent le faire, afin de retrouver notre liberté de défendre la France et les français d’abord, dans tous les domaines, à commencer par le travail, les aides à la famille et le logement.

Reprise dans le Dauphiné Libéré du 25 février :

politiqueexpress

Cluses : Une politique culturelle stupéfiante

Le Dauphiné Libéré de ce jour nous apprend la descente de gendarmerie pour saisir 32 plans de cannabis cultivés dans une tranquille maison d’un quartier sans histoire.

Nous sommes confrontés à la réalité de la pénétration de la délinquance et des trafics au cœur même des quartiers que l’on pensait épargnés. C’est une preuve supplémentaire que la lâcheté politique et les discours ambigus sur les « drogues douces » conduisent à la diffusion de la culture de mort dans toute la société.

Le Front National félicite la « source » qui a eu le courage de dénoncer cette activité, et les forces de l’ordre qui sont intervenues.

Il rappelle que, sans un discours ferme au sujet des stupéfiants et des condamnations exemplaires par la Justice, il est vain de prétendre lutter contre l’insécurité et les trafics qui minent la société.

Stupeur et tremblement au Lycée Charles Poncet de Cluses

Le Dauphiné Libéré du jour nous informe de la raison de la grève déclenchée hier par le personnel du Lycée Charles Poncet de Cluses. Il s’agirait du caractère autoritaire et hautain du proviseur que, comme l’empereur du Japon selon la légende, on devrait aborder avec stupeur et tremblement. Même le journal n’aurait réussi à interroger ce monsieur.

Je ne suis personnellement pas étonné, dans la mesure où, on s’en souvient, j’avais en vain demandé à le rencontrer pour inviter une classe à découvrir le Parlement Européen. Il n’avait jamais trouvé le temps de le faire, avant de reprendre l’idée, aux frais des parents d’élèves.

Si un fonctionnaire d’État peut ainsi manquer de considération envers un élu de la République, il n’est guère étonnant qu’il n’ait aucun égard envers ses collègues et subordonnés.

Je souhaite assurer l’ensemble du personnel du Lycée de mon total soutien.

J’espère que les autorités de tutelle sauront remettre dans la bonne voie un homme par ailleurs forcément compétent, et que le Lycée de l’Horlogerie et du Décolletage ne devra pas se trouver décolleté.

Insécurité des Français : gare au retour de bâton !

Avec une régularité qui devient lassante, le Dauphiné Libéré de ce jour fait à nouveau état de deux attaques à main armée touchant des commerces à Saint-Julien-en-Genevois et à La Balme de Sillingy.

Tous les effets de manche au sujet d’un renforcement de la sécurité autour de la prolongation de l’état d’urgence, toutes les annonces grandiloquentes paraissent donc pour ce qu’elles sont vraiment : un discours destiné à endormir les Français.

Que nos gouvernants n’oublient pas la réalité : l’État est au service du peuple, pour le Bien commun. Aujourd’hui, les Français n’en peuvent mais.
Jamais dans l’Histoire on n’a vu un serviteur longuement déficient ne pas être repris, le plus souvent brutalement, par son maître !

Qu’on en prenne conscience en haut lieu, faute de quoi le réveil sera difficile !

Braquages à Cluses : la série continue

Après Annemasse et Annecy ces derniers jours, c’est à Cluses que des braqueurs ont à nouveau frappé. S’attaquant au bureau de Poste de la Sardagne, ils démontrent à nouveau l’impunité dont ils bénéficient.

Jean-Louis Mivel, Maire de Cluses, persiste à compter sur la vidéo-surveillance. On a une nouvelle fois la preuve que ce système coûteux ne prévient pas les crimes et délits. Personne ne surveille en effet les images en temps réel pour alerter les forces de l’ordre. Les caméras ne servent qu’à visionner la scène après-coup, donnant un faux sentiment de sécurité à la population.

Le Front National demande à nouveau une présence policière accrue, un îlotage régulier, des forces de l’ordre autorisées à faire respecter la loi par tous les moyens et une Justice efficace autant que sévère.

Insécurité, braquages : fausses solutions et impéritie

Communiqué de Dominique Martin, Secrétaire départemental du FN 74

La série d’incendies criminels et de braquages en Haute-Savoir est la preuve de l’inefficacité de l’ État. Le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a certes pu venir en sécurité la semaine dernière, accompagné de ses propres forces de sécurité., aussitôt reparties avec lui.

Les savoyards se retrouvent à nouveau seuls pour faire face à cette vague de criminalité.

La seule solution avancée pour diminuer le nombre de braquages frappant les commerçants est l’installation de caisses automatiques. Le coût en serait bien entendu intégralement supporté par les commerçants, qui verraient également leur commerce perdre de son âme.

Le Front National demande une présence policière accrue, un îlotage régulier, une police autorisée à faire respecter la loi par tous les moyens et une justice efficace autant que sévère.

La sécurité des français ne peut être sacrifiée sur l’autel des économies d’un État en faillite et d’un gouvernement uniquement préoccupé de dissoudre le peuple par l’accueil de migrants supplémentaires.

La « Caravane Boudot 2015 » parcourt la Haute-Savoie

Communiqué de Pauline Farges, Conseiller municipal FN d’Annecy

La caravane Boudot 2015 sillonne les villes et villages de notre département depuis lundi matin. Les élus et militants qui se déplacent avec elle vont à la rencontre des habitants en s’arrêtant notamment sur les marchés et foires de leur itinéraire. Elle suscite de l’étonnement mais rencontre surtout un grand succès tout au long de sa route auprès des haut-savoyards. Vous trouverez en P.J quelques photos de ces trois derniers jours.

Ce jeudi 12 novembre, la caravane Boudot 2015 ira de Cruseilles à Taninges en passant par Reignier et la Roche-sur-Foron. Elle sera ensuite vendredi sur le bassin annemassien et à Saint-Julien-en-Genevois.

Lundi 9 novembre sur la Bassin annécien

Mardi 10 novembre en Vallée d’Arve

caravane1

caravane2

caravane3

caravane4

Un proviseur allergique aux élus de la République

Le 7 septembre dernier, dès la rentrée, j’ai chargé un de mes collaborateurs de proposer au Proviseur du lycée Charles Poncet de Cluses d’inviter une classe à visiter le Parlement Européen à Strasbourg (Visite sur deux jours, hébergement et repas pris en charge). J’y voyais une démarche pédagogique et civique intéressante pour les élèves, et un moyen pour le Parlement, qui souffre d’un déficit d’image, d’être ainsi plus visible.

N’ayant aucune réponse, courriel après courriel, mes collaborateurs et moi-même avons entrepris de joindre directement ce Proviseur par téléphone, laissant même mes coordonnées téléphoniques afin qu’il puisse me rappeler à un moment qui lui conviendrait mieux.

À ce jour, presque deux mois plus tard, je n’ai toujours pas pu joindre ce cher Monsieur, son secrétariat m’ayant indiqué qu’il devait débattre de mon invitation avec ses professeurs, avant même que je lui en présente les détails !

Mieux, Cluses étant une petite ville, j’ai appris que ce grand homme avait depuis organisé un déplacement au Parlement de Strasbourg, mais aux frais des parents d’élèves : deux ou trois cents euros par élève, je crois. Riche idée, les parents vont ainsi payer deux fois : une fois par leur impôt qui finance l’Europe, une seconde fois avec leur porte monnaie, alors qu’avec ma proposition, c’était pour les parents le moyen de récupérer un peu de leur impôt.

Quelles sont donc les motivations de ce Proviseur ? Est-il allergique aux élus de la République, est-il en froid avec la démocratie, est-il un militant politique ou est-il simplement incompétent ?

Allez savoir, mais je regrette les proviseurs responsables d’antan qui faisaient feu de tout bois pour apporter connaissance et savoir à leurs élèves, au détriment de toute considération politique.

Marnaz : la Justice fera-t-elle son travail ?

Malgré les nombreux renforts de Gendarmerie que l’on nous annonce régulièrement sur la Brigade de Cluses-Scionzier, les commerçants indépendants continuent d’être cambriolés. Le Dauphiné nous apprend ainsi dans son édition du 12 octobre que le tabac-presse des Deux Ponts à Marnaz a une nouvelle fois fait l’objet d’un cambriolage cette fin de semaine.

Ce commerçant est régulièrement pris pour cible par les cambrioleurs, qui emportent à chaque fois un butin conséquent. À chaque fois il doit s’acquitter de formalités sans nombre pour espérer être remboursé de son préjudice matériel. Son préjudice moral, lui, conséquence directe de l’incurie des forces de l’ordre et de la justice, n’est jamais pris en compte.

Quant au butin, nul doute qu’il alimente déjà les trafics contre lesquels il n’est guère fait d’effort.

Le Front National demande que des instructions fermes, accompagnées des moyens nécessaires, soient données aux forces de l’ordre pour empêcher de tels actes et pourchasser ceux qui les perpètrent. À l’évidence, une simple vidéo-surveillance, insuffisante à dissuader, n’est que de la poudre aux yeux destinée à donner un « sentiment de sécurité ».

Des instructions similaires doivent être données à la justice pour condamner sévèrement les récidivistes et arrêter les libérations conditionnelles et autres promenades à vélo favorables aux évasions !

Comme a déclaré ce commerçant courageux aux journalistes : « Il est temps que la peur change de camp ! »