Hébergement des clandestins : quand la Haute-Savoie se réveille !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen, Conseiller régional honoraire

Lors du vote du budget 2018, le Conseil départemental a découvert l’énormité du coût de l’accueil des « mineurs étrangers », et en tient l’État pour responsable.
Pourtant, la Gazette des Communes s’en inquiète sans cesse depuis 2013.*
Pourtant, les conditions ont été fixées par une loi de mars 2007 (Président : Chirac, Premier ministre : Villepin), et les décrets pris en mai 2007 (Président : Sarkozy).
Pourtant, contrairement à ce que prétendent certains, il est très facile de vérifier médicalement la minorité.

Dominique Martin expose la complicité de ceux qui ont hier laissé leurs amis au pouvoir mettre en place des mesures qui asphyxient aujourd’hui nos collectivités. Il relève des statistiques officielles dénombrant 85 % d’africains chez ceux qui sont volontiers présentés comme réfugiés syriens. Il salue toutefois l’éclair de lucidité de Christian Monteil, qui ose appeler « politique migratoire« , donc comme voulu et organisé, ce qui n’était jusqu’à présent reconnu que comme un fait subi.

C’est depuis 1974 que le Front National réclame l’arrêt réel de l’immigration incontrôlée, dont la droit haut-savoyarde voit les conséquences aujourd’hui et se plaint sans agir. Cela passe, comme Marine Le Pen l’a encore proposé aux Français l’an dernier, par la maîtrise de nos frontières et la reconquête de notre liberté législative confisquée par l’Union européenne.

En somme, ceux qui ont choisi l’abstention ou le vote Macron l’an passé ont créé et conforté la situation actuelle. Quel dommage pour nos concitoyens clairvoyants et pour notre pays !

* 02/09/2013 : http://www.lagazettedescommunes.com/191726/mineurs-isoles-etrangers-une-reforme-efficace-mais-deja-rediscutee/
02/09/2014 : http://www.lagazettedescommunes.com/256388/mineurs-isoles-etrangers-lurgence-dune-rallonge-financiere-pour-laccueil-2/

L’Union européenne contre le service public

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Passy vient d’inaugurer son agence postale, remplaçant à grands frais pour le contribuable le bureau de poste qui a été fermé.

C’est l’aboutissement de la lutte des eurocrates de Bruxelles contre le service public. Au nom du grand capital, tout doit appartenir au secteur marchand : eau, énergie, santé, autoroutes, PV, stationnement, poste, télécommunications.

Le corollaire de ce parti-pris idéologique est que ne sont conservés que les services rentables. Malheur donc à ceux qui n’ont pas les moyens ou vivent trop à l’écart pour justifier les coûts : ils sont sacrifiés sur l’autel des dividendes.

Pour conserver un semblant de service, comme aux pires heures de l’Ancien régime, il faut donc suppléer, et mettre la main au portefeuille.

Le Front National s’élève depuis toujours contre cette marchandisation de tous les aspects de la vie et des besoins les plus élémentaires. Que ce soit en Haute-Savoie ou au Parlement européen, Dominique Martin défend les services publics, seuls garants de la réelle égalité de tous les citoyens et de leur possibilité d’accès aux services fondamentaux.

Cluses : Le lifting de l’immobilisme

Tribune du Groupe des Élus.

L’exécutif de notre ville a changé par la force des choses, mais avec les mêmes défauts. Qu’on en juge.

La carpe et le lapin

Une fusion de listes improbable avait en 2014 empêché de justesse la victoire de la liste conduite par Dominique Martin. Cette alliance a éclaté, les amis d’hier se prétendent désormais opposants. Pour trouver une majorité, il a fallu séduire parmi l’opposition la moins solide des condamnés à jouer les faire-valoir. Au moins, les choses sont claires, les Clusiens sauront sur qui compter pour vraiment changer la ville !

Le poids de l’héritage

Malgré ce lifting, Cluses reste plombée par les choix des prédécesseurs-héritiers. Parmi de nombreux exemples, la réfection du parvis de la Mairie, pour plusieurs millions en détruisant l’arbre de la paix planté avec les Maires de Trossingen et Beaverton. Résultat ? Toujours autant de béton et des pédiluves qui n’ont pas beaucoup fonctionné.

Cluses devait être fière de projets menés par d’autres et devant nous apporter un cinéma multiplex et des divertissements. Qu’en sera-t-il ? Quand on ne dirige pas un projet, on est condamné à en subir les affres.

Ceci, noyé dans un PLU, où une accumulation de sigles abscons doit transformer Cluses en « Cœur de territoire ». Pour trouver quoi ? De moins en moins de commerces, qui se meurent, des HLM délabrés à retaper pour être de nouveau dégradés, et des logements nouveaux qui diminueront la valeur du foncier existant. Maigre PLU, dont la principale nouveauté est la hausse du nombre de logements sociaux !

Des marges de manœuvre inexistantes

Suite à la hausse du Franc suisse en 2015, les emprunts toxiques souscrits en notre nom nous menaçaient d’une catastrophe. Malgré les avertissements des élus FN, les 2 emprunts de 2,5 et 2,8 millions signés en 2007 et 2008 (en ajoutant 5,8 M€ au passage) coûteront au final 24 millions à payer jusqu’en 2041, suite à une renégociation soumise au diktat des banksters. Notons que le Franc suisse est revenu à son niveau antérieur…

Moralité, en 2017, sur 33,5 M€ de budget, l’investissement n’est plus que de 1,5M€. Et il y a visiblement des difficultés pour présenter un budget pour 2018.

Nous souhaitons bon courage aux Clusiens pour l’évolution de la Ville dans ces conditions. Comme toujours, pour notre part, nous veillerons à contrer les projets néfastes, et à soutenir ceux qui sont bons pour notre commune.

Nota : Cette tribune a été rédigée en janvier, pour le journal municipal prévu début février, et finalement paru en ce début avril.

Pas de barrage au privé !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

L’Union européenne, se mêlant encore une fois de nos affaires, veut privatiser les barrages français. Il s’agirait, évidemment, de lutter contre les monopoles et d’assurer une concurrence “libre et non faussée”.

Or nos barrages sont entretenus depuis des décennies, voire ont été construits, sur fonds publics. Ce sont donc les Français qui seraient dépouillés de ce que leurs efforts et leurs contributions ont réussi à bâtir.
Or la plupart des barrages français sont âgés de plusieurs décennies, réclamant ainsi un entretien des plus scrupuleux pour assurer la sécurité des installations et des populations.

Aurait-on oublié que l’absence d’entretien a causé l’évacuation de toute la vallée en aval du barrage d’Oroville, en Californie, l’an passé ?
Qui peut vivre sereinement en aval d’un barrage géré par des entreprises privées ne recherchant que le profit ?

Face à l’insécurité de nos approvisionnements énergétiques, Dominique Martin et le Front National soutiennent l’énergie hydraulique, non délocalisable et ne dépendant pas d’importations d’énergie fossile.
Face à la pression sur la rentabilité des énergies renouvelables, Dominique Martin et le Front National défendent la protection que représente le monopole public.
Face à la braderie organisée du patrimoine construit par tous les Français, Dominique Martin et le Front National défendent le respect de notre propriété collective.

Cluses : le centralisme démocratique visible

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

La démission surprise, en fin d’assemblée générale, de la Présidente et d’une partie du bureau du Comité de jumelage Cluses – Trossingen n’est que le dernier exemple en date du dirigisme sans état d’âme de l’équipe municipale clusienne.

Décuplement des tarifs des terrasses des commerçants, parution erratique du journal municipal, cloisonnement des décisions, diminution de la fréquence des conseils municipaux, ne sont que des épiphénomènes. On aurait pu les croire liés à l’ancien Maire ; force est de constater que, malgré les annonces et un changement à la tête, l’équipe municipale reste fidèle à elle-même.

Dominique Martin rappelle que cette situation dommageable pour notre commune est le fruit des arrangements politiques et des alliances de circonstance improvisés pour empêcher une équipe Front National d’arriver aux affaires.
Ces compromis bancals pour sauvegarder les prébendes ne peuvent aboutir à la confiance nécessaire à une gestion saine et ouverte des affaires. Le résultat regrettable en est l’abandon dégoutté de nombreuses personnes, y compris celles qui se sont le plus investies, bénévolement, pour notre Ville comme Mme Raguin, à qui Dominique Martin rend hommage et qu’il remercie de ses longues années de dévouement pour les Clusiens et l’amitié entre les peuples.

Soutien de Dominique Martin aux surveillants pénitentiaires

Dominique Martin, Député européen, s’est rendu ce matin, en compagnie d’élus régionaux, à la maison d’arrêt de Bonneville. Les manques et besoins exprimés sont clairs et portent sur les salaires, les moyens, la formation, le respect et la sécurité.

Ces revendications sont parfaitement en phase avec ce que propose le Front National de longue date, et notamment l’amélioration des conditions de travail des gardiens, et la création de 40000 places dans les prisons afin d’isoler les détenus radicalisés[1] et de rétablir des conditions dignes pour les détenus. Si la prison n’est pas une villégiature, elle ne doit pas non plus humilier les détenus et les pousser à la révolte.

Le Front National réclame également le rétablissement de la République dans les prisons, en empêchant le règne des gangs et des caïds ; le Garde des Sceaux doit revenir sur les mesures ineptes de ses prédécesseurs, en premier lieu Mmes Dati et Taubira.

Enfin, l’administration pénitentiaire doit être transférée de la Justice à l’Intérieur, afin d’optimiser le renseignement.

L’ensemble de la délégation remercie le Directeur et le personnel rencontrés de leur accueil et de ces échanges.

 

==

[1] Cf. proposition de résolution de l’Assemblée nationale n° 553 enregistrée le 16 janvier 2018 tendant à la création d’une commission d’enquête relative aux modalités de détention des détenus radicalisés, présentée par Mme Le Pen et MM. Bilde, Pajot, Chenu,Collard et Aliot, députés – document joint

Dominique Martin : mon soutien aux surveillants pénitentiaires

Alors que se multiplient les agressions contre les surveillants dont les conditions de travail se dégradent, Dominique Martin et le Front National de Haute-Savoie tiennent à réaffirmer leur total soutien aux personnels pénitentiaires qui poursuivent, à juste titre, leur mouvement de protestation et de revendications.

Vendredi 26 janvier, votre Député européen, entouré d’élus régionaux et de cadres de la Fédération Front National de Haute-Savoie seront aux côtés du personnel de la Maison d’arrêt de Bonneville pour l’écouter et le soutenir.

Dominique Martin tiendra ensuite un point presse devant les portes de la Maison d’arrêt à 11 heures.

Agression d’un collégien à Sallanches : banalisation de la violence

Communiqué de Dominique Martin, membre du Bureau politique du Front National, Conseiller régional honoraire

La presse nous apprend ce jour la lâche agression de trois « jeunes » contre un collégien jeudi dernier à Sallanches. Cette attaque, filmée par les agresseurs, serait « aux allures banales », si ce n’était l’usage, non confirmé officiellement, d’armes.

Ainsi donc, il est normal, banal, qu’un collégien soit agressé par 3 « jeunes » dans nos rues. Il n’y aurait qu’à s’habituer, faire avec la fatalité. Il n’y aurait qu’à partager les vidéos sur les réseaux sociaux.

Dominique Martin et le Front National dénoncent l’augmentation des violences et de l’insécurité. Ils condamnent la prolifération des bandes que les forces de l’ordre et la justice laissent pour « acheter la paix sociale ». Ils soulignent que, une fois de plus, la soit-disant vidéo-protection ne protège en rien nos concitoyens.

Ils adressent enfin tout leur soutien à la victime et à sa famille.

La MSA doit assumer seule ses erreurs

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen, membre de la Commission emploi et affaires sociales.

La MSA, Sécurité sociale des agriculteurs, ayant commis une erreur, souhaite récupérer en moyenne 346€ de 250 000 pensionnés, au besoin sur plusieurs mois.

Or la retraite moyenne d’un agriculteur s’élève à 736€ par mois[1] selon la MSA. Avec 500 suicides par an (chiffres 2013) et 1700 appels au secours par an[2], les agriculteurs sont les Français les plus désespérés. 30% d’entre eux, alors qu’ils travaillent, ont un revenu moyen de 354€ par mois[3].

On voit très bien que l’erreur commise par la MSA a été une bouffée d’air frais pour ceux qui ont consacré leur vie, dans des conditions difficiles, à nous nourrir. Vouloir récupérer ces sommes conduira à plus de désespoir chez des compatriotes en situation difficile.

Dominique MARTIN, au nom du Front National, demande à ce que la MSA prenne ses responsabilités et assume ses erreurs sans chercher à recouvrer ces trop-perçus d’un faible montant. La solidarité nationale doit jouer auprès des oubliés de la République qui assurent notre subsistance.

[1]   http://blog.seniorenforme.com/retraite-moyenne-des-agriculteurs-736e-honteux/

[2]   https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/le-suicide-des-agriculteurs-multiplie-par-trois-en-2016_1870489.html

[3]   https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/le-suicide-des-agriculteurs-multiplie-par-trois-en-2016_1870489.html

Décès du Maire de Cluses, des questions à jamais sans réponse

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal de Cluses

Jean-Louis Mivel est décédé, suite au malaise qui l’a saisi avant son audition au tribunal d’Annecy.

J’adresse mes condoléances à sa famille, et m’associe aux regrets de tous ceux qui attendaient une réponse à toutes leurs questions.