À partir de 2019, 258 terroristes auront purgé leur peine et se retrouveront dans nos rues

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député français FN / ENL au Parlement européen, Commission Emploi et Affaires Sociales, Commission de lutte contre le terrorisme :

258 djihadistes partis en Syrie et en Irak afin de s’entraîner sont revenus en France depuis 2012. 70% ont été arrêtés et emprisonnés à 7 ans de prison (en moyenne). Il y en a donc 30% qui sont toujours dans la nature… et 70% qui auront bientôt purgé leur peine et qui se retrouveront dans nos rues. Un constat alarmant quand on sait que la France est le pays le plus touché en Europe, continent qui a subi un évènement terroriste tous les 6 jours en 2017[1]

Les services de renseignements ont fait un travail formidable en pistant ces radicalisés. La police a fait un travail formidable en les arrêtant et la justice en appliquant la loi… Alors quel est le problème ? L’absence de volonté politique de changer nos lois laxistes et inadaptées à la menace terroriste. Impossible de les expulser au motif que ce serait une double peine. Refus de légiférer sur la déchéance de nationalité : un non-sens.

Il est urgent de prendre les mesures adéquates. Sur 50 000 à 70 000 radicalisés en Europe, 20 000 sont en France[2] ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre les prochains attentats et de rallumer des bougies, ou de changer à nouveau notre « statut » sur les réseaux sociaux. La loi Macron du 30 octobre 2017 « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme » n’est qu’un pâle reflet de l’état d’urgence : il faut des mesures plus sévères comme la fermeture des mosquées radicalisées, l’expulsion des imams prêchant le djihad armé, l’augmentation du budget du renseignement, la formation d’acteurs locaux pour prévenir la radicalisation, la mise en place de cellule de déradicalisation dans les écoles, dans les clubs de sport, etc… Il reste beaucoup à faire et c’est urgent.

 

[1] Centre d’analyse du terrorisme (CAT), http://cat-int.org/wp-content/uploads/2018/01/BILAN-2017.pdf
[2] Idem