Une forte concentration de demandeurs d’asile en un seul emplacement peut ralentir le processus d’intégration

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

35,1 millions de personnes nées hors de l’Union Européenne vivaient dans un État membre de l’UE au 1er janvier 2016. Le 24 janvier 2018, la Commission européenne a publié en langue anglaise un guide sur l’utilisation des fonds de l’Union européenne pour l’intégration des personnes issues de l’immigration.

La Commission considère qu’une forte concentration de demandeurs d’asile en une seule localisation ralentit le processus d’intégration (p17 et 23)[1].

A parti de quel seuil la Commission considère-t-elle que le mot « forte concentration» est d’application ? Comment ces seuils sont calculés en terme de taux de chômage, d’élèves par classe et de logement ?

 

 

 

[1]http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/policy/themes/social-inclusion/integration-of-migrants/toolkit-integration-of-migrants.pdf