« Le parti pris de Dominique Martin » n°34

Mandat 2014-2019 au Parlement européen : les alliés de Macron votent contre vous !

 

5 ans de mandat, plus de 200 dossiers en commission emploi et je suis encore surpris par le toupet des alliés de M. Macron au Parlement européen qui démontrent à chaque vote, ou presque, qu’ils ne travaillent pas pour vous mais pour les intérêts des migrants, des multinationales et de la Commission de Juncker.

Je développe dans cette vidéo quelques exemples très concrets en emploi, sur la migration ou encore sur le terrorisme. Exemple, à la question pourtant évidente « faut-il mettre un terme au financement étranger accordé aux communautés religieuses connues pour leurs liens avec le terrorisme ? ». Nous votons oui ! Les alliés de Macron votent non ! Quel décalage entre les discours que l’on peut entendre en France.

« Le parti pris de Dominique Martin » n°33

Préférence à l’emploi européen, la trahison des LR

« L’Europe, l’Europe, l’Europe » !!! Ils n’ont que ça à la bouche les LR de la droite molle. Regardez leurs votes : ils vous trahissent et pire ils trahissent tous les européens, ils se couchent devant la mondialisation et son bras armé, la grande finance internationale. Parmi plusieurs exemples, ils votent contre mon amendement pourtant favorable aux Français et aux européens : « les autorisations de travail ne devraient être délivrées aux citoyens non européens que si aucun citoyen européen n’est disponible pour remplir le poste ».

Ces partis politiques sont anti-Français, anti-européens et antisocial.

 

« Le parti pris de Dominique Martin » n°32

Mandat 2014-2019 au Parlement européen : les alliés de M. Mélenchon incohérents sur l’emploi et le terrorisme !

En France, M. Mélenchon aime se positionner sur les sujets sociaux. À en croire La France Insoumise, il aurait presque l’exclusivité sur ce thème. Et pourtant ! Il suffit d’aller voir d’un peu plus près ses votes au Parlement européen pour très vite déchanter : il est comme les autres ! Je développe dans cette vidéo quelques exemples très concrets concernant l’emploi ou encore le terrorisme : abstention sur la protection sociale égale entre les travailleurs, vote pour toujours plus de réfugiés, et vote contre un texte qui lutte contre le terrorisme ! Un scandale !

« Le parti pris de Dominique Martin » n°31

Rappel au règlement contre M. Tarabella

Le 26 février dernier, pendant une session plénière au Parlement européen de Strasbourg, j’ai fait un rappel au règlement contre M. Tarabella, Député socialiste belge qui vote pour et contre sur le même rapport, car il faut, écoutez-le : « un peu d’humour ».

C’était pourtant un dossier sur les comptes de la Commission financés en partie par vos impôts !

 

 

Dogme du changement climatique : 575 milliards pour peu d’emplois sous-qualifiés

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Dogme du changement climatique : 575 milliards pour peu d’emplois sous-qualifiés

Pour achever la transition nécessaire aux accords de Paris sur le climat, l’Europe devrait investir des sommes considérables : « pour contribuer à une économie à zéro émission nette de gaz à effet de serre, ce taux devrait passer de 2 à 2,8 % du PIB, soit environ 520 à 575 milliards d’euros[1],[2] par an, hors investissements liés au parc automobile ».

 

Bruxelles « consacre actuellement environ 20 % (soit plus de 206 milliards d’euros) de son budget global pour la période 2014-2020 au climat. La Commission a proposé d’augmenter ce pourcentage à 25 % pour la période 2021-2027 » et affirme que sa « stratégie » pour le climat d’ici à 2050 permettra de créer des emplois.

 

Or ,d’après Eurofound, une Agence européenne de l’amélioration des conditions de travail, le nombre d’emplois augmenterait de 0,1% par an en Europe, soit 97 000[3], pour ce scenario à 575 milliards d’investissements. Pire, « Ces emplois seront occupés par des employés à faible qualification et impliquent la performance de tâches moins avancées ».

 

 

  1. Un coût proche de 6 million d’euros par emploi créé est-il raisonnable ?
  2. Quel est le coût estimé par la Commission  de chaque création d’emploi lié à ce dogme?

 

[1] http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-18-6545_fr.htm?locale=FR

[2] D’après Eurostat, le PIB de l’Union européenne en 2018 est de 15 869 milliards d’euros. 2,8% de ce chiffre correspond à 444 milliards d’euros. Il est difficile de retrouver le chiffre calculé par la Commission.

http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=namq_10_gdp&lang=fr

[3] Eurofound Energy scenario : employment implications of the Paris climate agreement (2030)
p15 : +0,5%/an vs 0,4%/an  (13,338 millions d’emplois créés en 2030/2018 contre 12,176 millions sans ce scenario de changement de stratégique énergétique soit 96 800 emplois par an) ; p17 scenario de salaires

Interview de Dominique Martin sur le Brexit, pour RTL Info

Retrouvez mon interview sur le Brexit, pour RTL Info :

 

 

Les victimes du terrorisme passent après les porcs

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

Le 11 mars est le jour européen de commémoration des victimes du terrorisme depuis 2005[1].

D’après Europol, le nombre de djihadistes radicalisés présents dans l’Union était d’environ 30 000 en 2018[2].

De 2000 à 2018, 753 personnes ont été tuées en Europe par des terroristes, sans oublier les 1 115 citoyens européens tués hors d’Europe. Sur ces 1 868 décès, 1 703 sont le fait d’actions terroristes djihadistes[3]. De plus 8 700 victimes ont survécu, blessées dans leur chair et dans leur âme.

Le 23 avril 2018, j’avais proposé un projet pilote doté de 1 million d’euros pour tester de nouvelles solutions d’aide au retour à l’emploi pour 30 victimes du terrorisme, sachant que 1,142 milliard était budgétairement disponible[4]. La Commission de Bruxelles avait retoqué cette demande le 2 juillet 2018 au motif que «la question des handicapés [était] déjà traitée par d’autres instruments». A contrario, elle approuvait des stages de journalisme pour migrants à l’étranger dans leur langue d’origine[5] (turc, arabe, ourdou…) pour un budget équivalent de 1 million d’euros, et un projet pour diminuer la taxation des artistes quand ils se produisent à l’étranger (1,5 millions). Un projet sur les alternatives de castration des porcs est également en cours[6].

Après 15 années de commémoration, la Commission va-t-elle enfin porter en 2019 un projet pilote pour tester de nouvelles solutions d’aide au retour à l’emploi pour les victimes du terrorisme?

 

 

[1]     http://www.eprs.sso.ep.parl.union.eu/filerep/09-Briefings/2019/EPRS-AaG-635546-Victims-of-terrorism-FINAL.pdf

[2]     Europol (2018); http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P8-TA-2018-0512+0+DOC+XML+V0//FR

[3]     https://twitter.com/JcBrisard; http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-livre-noir-fait-bilan-de-deux-decennies-de-terrorisme-en-europe-04-03-2019-8024640.php

[4]     Estimations de la Commission européenne pour 2019: SEC(2018) 250, mai 2018

[5]     https://ec.europa.eu/digital-single-market/en/news/pilot-project-internship-opportunities-minority-language-media; p. 943: https://eur-lex.europa.eu/budget/data/General/2019/fr/SEC03.pdf

[6]     https://ec.europa.eu/food/sites/food/files/animals/docs/comm_ahac_20181203_pres-04.pdf; https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/about_the_european_commission/eu_budget/draft-budget-2019-pilot-projects-preparatory-actions-com-2018-600_2018_en.pdfActivités 2011; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32011D0820%2802%29,Activités en 2018; https://ec.europa.eu/food/sites/food/files/animals/docs/aw_prac_farm_pigs_cast-alt_establishing-best-practices.pdfActivités en cours (page 1266); https://eur-lex.europa.eu/budget/data/General/2019/fr/SEC03.pdf

 

 

Réponse donnée par Mme Jourová au nom de la Commission européenne

La Commission attache une grande importance au respect des droits de toutes les victimes de toutes les formes de criminalité, y compris des victimes du terrorisme, dans tous les États membres.

La Commission a lancé une procédure d’appel d’offres concernant un centre d’expertise de l’UE pour les victimes du terrorisme[1]. L’idée émane d’une demande du Parlement européen dans le cadre d’un projet pilote. Un montant de 1 million d’euros sera mis à disposition pour mener à bien ce projet pilote pendant deux ans. Le 31 janvier 2019, la Commission a adopté une décision relative au financement du projet pilote «Mise en place d’un centre d’expertise de l’UE pour les victimes du terrorisme», qui fera office de pôle d’expertise et proposera des actions concrètes et pratiques ayant une incidence positive sur les victimes du terrorisme. Plus particulièrement, il fournira des lignes directrices et des activités de formation sur la mise en œuvre des règles de l’UE et dressera des listes des experts en la matière disponibles au niveau national.

Dans son rapport[2], la conseillère spéciale Joëlle Milquet mentionne également le centre d’expertise de l’UE pour les victimes du terrorisme parmi les bonnes pratiques que la Commission met déjà en place (en tant que projet pilote). Plus particulièrement, Mme Milquet propose de développer ce centre à l’avenir pour en faire un véritable centre de coordination de l’UE pour les victimes de toutes les formes de criminalité (recommandation nº 6).

 

[1]     https://ec.europa.eu/newsroom/just/item-detail.cfm?item_id=646187 et https://ec.europa.eu/newsroom/just/item-detail.cfm?item_id=650684

[2]     «Renforcement des droits des victimes: de l’indemnisation à la réparation»: https://ec.europa.eu/info/policies/justice-and-fundamental-rights/criminal-justice/victims-rights_fr

Varsovie s’offre des trams coréens avec les impôts des Français

Question écrite de Dominique Martin à la Commission européenne

Alors que la préférence européenne devrait être obligatoire dans les marchés publics en Europe, c’est l’inverse qui a été décidé par la Commission de Bruxelles. Un fournisseur asiatique (Corée du Sud) a remporté le marché des trams de Varsovie en Pologne le 11 février 2019(1). Pourtant, l’achat sera financé partiellement par l’Union européenne, c’est-à-dire principalement par les impôts des contribuables allemands, français et italiens.

Quel est le montant versé par la Commission et la participation polonaise pour ce contrat?

Pourquoi la Commission refuse-t-elle la préférence européenne dans les marchés publics en Europe?

Ce sont autant d’emplois perdus pour les producteurs européens comme Alstom.

(1) https://www.metro-report.com/news/news-by-region/europe/single-view/view/hyundai-rotem-selected-for-warszawa-tram-contract.html

 

Réponse donnée par Mme Creţu au nom de la Commission européenne

L’achat auquel se réfère l’honorable parlementaire s’inscrit dans le cadre de trois projets de transport urbain différents à Varsovie, impliquant à la fois la construction des infrastructures et l’achat du matériel roulant. Le cofinancement total de l’UE en faveur des infrastructures et du matériel roulant pour ces projets s’élève à environ 167 millions d’EUR.

Conformément au principe de gestion partagée, qui régit la politique de cohésion, les autorités nationales sont responsables au premier chef de la mise en œuvre des Fonds structurels et d’investissement européens, par l’intermédiaire de leurs systèmes de gestion et de contrôle. La Commission ne participe pas à la sélection des différents projets soutenus par les Fonds structurels et d’investissement européens. Ceux-ci sont sélectionnés par les autorités de gestion nationales ou régionales chargées des programmes opérationnels, sur la base des objectifs du programme, des critères de sélection et des ressources financières disponibles.

En vertu du règlement (CE) n° 1303/2013, il incombe aux États membres de veiller à ce que toutes les dépenses couvertes par les Fonds structurels et d’investissement européens soient régulières et légales, et donc conformes à la législation applicable en matière de marchés publics.

L’immigration diminue les salaires européens

Les experts de l’ONU ont calculé que pour garder le taux actifs/retraités identique à 1995, la France devrait compter 187 millions de personnes en 2050, dont 128 millions d’immigrés. L’ONU conseille à la France de recevoir 2,4 millions d’immigrés/an à partir de 2025; elle préconise que l’Union européenne en accueille 13 millions/an pour un objectif total de 674 millions. L’alternative serait de reculer la retraite à 74 ans(1).

Comme les immigrés vieillissent aussi, une étude de l’administration néerlandaise rejette cette course à l’échalote d’une population grandissante à l’infini, et a étudié le postulat de l’ONU: le dogme d’un bénéfice économique de l’immigration. Ses conclusions sont claires: l’arrivée de 5 % d’immigrés abaisse les salaires de 10 % pour les résidents néerlandais les moins qualifiés. Même les salaires des résidents les plus qualifiés sont touchés. Seuls les propriétaires d’actions seraient gagnants à court terme(2).

En 10 ans (2008 à 2017), 25 millions de nouveaux permis de résidence ont été délivrés dans l’Union européenne à des étrangers non-européens(3). 22 millions de ressortissants de pays tiers vivent dans l’Union(4). Il y a 16 millions de chômeurs dans l’Union(5).

1. La Commission a-t-elle évalué l’effet des flux d’immigration extra-européenne sur les salaires des Européens?

2. Pourquoi 400 000 personnes ont disparu(6) des statistiques officielles de permis délivrés pour 2016?

(1) Plus précisément pour conserver un rapport actifs/retraités de 4,4 personnes de 15-64 ans pour une personne de 65 ans et +: scénario VI, p. 36; https://www.un.org/en/development/desa/population/publications/pdf/ageing/replacement-chap4-fr.pdf https://www.un.org/en/development/desa/population/publications/pdf/ageing/replacement-es-fr.pdf
(2) Office central néerlandais de la planification, p. 48; https://www.researchgate.net/publication/5007996_Immigration_and_the_Dutch_Economy/download
(3) http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/submitViewTableAction.do
(4) Eurostat, 1er janvier 2017 https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Migration_and_migrant_population_statistics/fr#Population_migrante:_pr.C3.A8s_de_22.C2.A0millions_de_ressortissants_de_pays_tiers_vivent_dans_l.E2.80.99Union
(5) 1er janvier 2019; https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/9628015/3-01032019-BP-FR.pdf/2cf5a353-ae88-4bf1-94a2-e7acca44590b
(6) 3,4 millions: https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/8456391/3-16112017-BP-FR.pdf/3662c2ca-d340-478a-b392-cf411fc10f6f contre 3 millions http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/submitViewTableAction.do

 

Réponse donnée par M. Avramopoulos au nom de la Commission européenne

  1. L’impact de l’immigration sur la situation des travailleurs locaux sur le marché du travail a fait l’objet de nombreuses études au cours des dernières décennies. La plupart de ces études ont montré que les arrivées de migrants n’ont pas d’effets délétères sur les salaires (ou l’emploi) dans les pays d’accueil, en particulier à long terme[1].

Le volume d’admission de ressortissants de pays tiers aux fins d’un emploi reste une compétence nationale et, en vertu de l’acquis de l’UE en matière de migration légale, les États membres sont généralement autorisés à vérifier, avant de délivrer des permis ou des visas aux fins d’emplois, si les postes vacants pourraient être occupés par des citoyens de l’Union et de l’Espace économique européen, ainsi que par des ressortissants de pays tiers résidant déjà légalement dans l’État membre en question[2].

Enfin, l’acquis de l’UE en matière de migration légale garantit également aux ressortissants de pays tiers travaillant dans l’Union un traitement égal à celui des ressortissants des États membres de l’Union en termes de rémunération, d’accès aux systèmes de sécurité sociale et d’autres conditions d’emploi applicables, contribuant ainsi à éviter un dumping social et l’exploitation des travailleurs migrants.

  1. Le nombre plus faible figurant actuellement dans la base de données d’Eurostat de premiers permis de séjour délivrés pour la première fois dans l’UE en 2016 (3 019 276 permis)[3], par rapport au nombre figurant dans le communiqué de presse 174/2017 d’Eurostat du 16 novembre 2017 (3 355 506 permis)[4], résulte principalement de la correction des données fournies par le Royaume-Uni (de 865 894 à 529 876 premiers permis) en octobre 2018, en ce qui concerne les premiers permis délivrés aux fins d’études et à d’autres fins. Selon le ministère britannique de l’intérieur, les statistiques relatives à l’année 2016 incluaient de manière erronée les permis délivrés à des visiteurs qui ne doivent pas être classés dans la catégorie des premiers permis de séjour.

 

[1]     Voir, par exemple, l’analyse d’études publiée dans IZA (Institute of Labor Economics) (2014) «Do immigrant workers depress the wages of native

workers?», disponible à l’adresse suivante: https://wol.iza.org/uploads/articles/42/pdfs/do-immigrant-workers-depress-the-wages-of-native-workers.pdf . Et l’analyse de la Commission européenne (2015), «Employment and Social Developments in Europe 2015, Chapter II.2 – Mobility and migration in the EU: Opportunities and challenges».

[2]     Par exemple, l’article 8, paragraphe 2, de la directive 2009/50/CE du Conseil du 25 mai 2009 établissant les conditions d’entrée et de séjour des ressortissants de pays tiers aux fins d’un emploi hautement qualifié (JO L 155 du 18.6.2009, p. 17) ou l’article 8, paragraphe 3, de la directive 2014/36/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 février 2014 établissant les conditions d’entrée et de séjour des ressortissants de pays tiers aux fins d’un emploi en tant que travailleur saisonnier (JO L 94 du 28.3.2014, p. 375).

[3]     Eurostat table [migr_resfirst]: https://ec.europa.eu/eurostat/web/asylum-and-managed-migration/data/database

[4]     https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/8456381/3-16112017-BP-EN.pdf/e690a572-02d2-4530-a416-ab84a7fcbf22

Médecins sans frontières offre un salaire annuel de 140 000 dollars à son responsable de la communication en Australie

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Médecins sans frontières (MSF) est une organisation œuvrant pour la santé publique. On ne réalise pas que MSF a déclaré auprès de la Commission un budget annuel de 1,5 milliard d’euros(1). On ne peut croire qu’avec l’Aquarius, son bateau-taxi, MSF ait transporté 77 642 migrants illégaux depuis l’Afrique vers l’Europe jusqu’à ce que le gouvernement italien de M. Salvini intervienne en décembre 2018(2). On ne peut admettre que des agents de MSF aient profité de la prostitution sur leur lieu de travail humanitaire en Afrique(3). On est sidéré d’apprendre que MSF offre un salaire de 140 000 dollars(4) annuel à son responsable de la communication en Australie, sans compter les primes(5).

Curieusement, MSF déclare avoir reçu 5 millions d’euros de la Commission et 27 millions d’euros d’autres sources publiques en 2016(6).

  1. Combien des 77 642 migrants sont aujourd’hui chômeurs en Europe?
  2. Quel est le montant réel des subventions versées par la Commission à MSF en 2016, 2017 et 2018?
  3. La Commission va-t-elle continuer de financer cette organisation en 2019 au vu de ces scandales terrifiants?

(1) http://ec.europa.eu/transparencyregister/public/consultation/displaylobbyist.do?id=928308827208-10
(2) https://www.independent.co.uk/news/world/europe/msf-rescue-boat-aquarius-mediterranean-sea-migrants-refugees-italy-salvini-libya-a8671571.html; http://searchandrescue.msf.org/
(3) https://www.lalibre.be/actu/international/apres-oxfam-l-ong-medecins-sans-frontieres-plongee-dans-un-scandale-sexuel-5b2b951b5532a2968895b44d
(4) 140 000 dollars australiens, soit environ 90 000 euros par an et 7 200 euros par mois.
(5) https://www.seek.com.au/job/38451171?searchrequesttoken=127f7830-2ac8-4128-8748-6113b3c44b0b&type=standard
(6) http://ec.europa.eu/transparencyregister/public/consultation/displaylobbyist.do?id=928308827208-10

 

Réponse donnée par M. Stylianides au nom de la Commission européenne

  1. La Commission ne dispose d’aucune information permettant de savoir combien de personnes, parmi les 77 642 migrants qui auraient rejoint l’Europe avec l’assistance de Médecins sans frontières (MSF), se trouvent aujourd’hui sans emploi.
  2. La Commission a soutenu 20 projets d’aide humanitaire gérés par cinq organisations de MSF (Belgique, France, Pays-Bas, Espagne et Suisse) dans plusieurs pays (notamment le Soudan du Sud et la République centrafricaine), pour un montant total de 7 603 104,67 euros en 2016 et de 1 002 934,25 euros en 2017. Les accords liés à ces projets ont tous été signés avant 2017. Depuis 2018, MSF n’a plus soumis de demande de financement d’activités d’aide humanitaire au titre du budget de l’UE.
  3. La Commission ne prévoit pas de financement pour MSF en 2019.