« Le parti pris de Dominique Martin » n°29

Session plénière du Parlement européen : absence des sujets cruciaux !

A mi-février, en séance plénière à Strasbourg, il n’y a eu aucun débat sur les questions qui vous concernent en priorité : votre pouvoir d’achat, votre emploi, vos impôts, ou encore votre sécurité et la lutte contre le terrorisme. En revanche, les droits des personnes intersexuées, et la pêche non règlementée dans l’océan arctique central sont à l’agenda. La Commission ne travaille pas pour vous !

Bassin clusien : les petits engagements font les grosses dettes

Analyse des Conseils municipaux et communautaires par Dominique Martin

 

Les dernières réunions des Conseils municipaux et communautaires ont été l’illustration parfaite de la façon dont nos dirigeants creusent les dépenses que devront payer les contribuables, leurs enfants et leurs petits-enfants. Ce que je dénonce évidemment sans cesse.

 

Ainsi, la Ville de Cluses a été sommée de se porter garante d’emprunts réalisés par HALPADES, constructeur et bailleur social, pour un montant de 6,9 millions d’euro (M€) pour le seul mois de février, et de telles garanties sont accordées très régulièrement, plusieurs fois par an. En clair, si HALPADES (ou un autre de ces bailleurs sociaux) ne règle pas ses mensualités, Cluses s’engage à rembourser immédiatement l’intégralité du prêt. Pourtant, HALPADES a réalisé, en 2017, un chiffre d’affaires de 104 M€ et un bénéfice de 15 M€[1]. De son côté, Cluses a voté un budget 2019 de 31,7 M€, trois fois moins que le chiffre d’affaires d’HALPADES. Pour construire des logements sociaux, on garantit donc bien plus riche que nous ! Je suis le seul, avec notre groupe d’élus, à m’y opposer.

 

À la Communauté de communes Cluses, Arve et Montagnes (2CCAM), la situation est encore pire. La 2CCAM, cette collectivité supplémentaire s’ajoutant au mille-feuille administratif, a été imposée de force par l’État aux communes qui n’en voulaient pas. Mal gérée, elle a risqué la faillite l’an dernier. Le nouveau Président s’est donc engagé à réduire les dépenses pour redresser la situation, et a augmenté les impôts. Vous pouvez vérifier en colonne “Intercommunalité” sur votre Taxe foncière et votre Taxe d’habitation. Conséquence, le résultat 2018 (appelé Compte administratif) montre 5,85 % de hausse des charges, 754,60 % de hausse de la calamiteuse politique de la Ville, ou encore 38,5 % de hausse des indemnités du Président et des adjoints (les autres membres siégeant gratuitement). Qui paie ? Vous puisque les taxes ont augmenté de 12 %. J’ai été le seul à dénoncer cette réalité.

 

Côté dette, Gilbert Catala, Président de la 2CCAM, a emprunté 2 M€, pour rembourser 500 000 €, sans compter l’inflation des budgets annexes (assainissement, eau potable, transport, tourisme…). Au total, la 2CCAM a une dette de 16,8 M€, et des remboursements de 1,5 M€ par an. Qui paiera ? Vous, et vos enfants ou petits-enfants jusqu’à au moins 2042. Mais faites-leur confiance, ils vont continuer sur leur lancée, puisque pour cette année, ils ont prévu près de 500 000 € d’études, sans parler des animations et autres participations. Les dents ont grincé quand j’ai relevé ces chiffres.

 

Certes, parfois, tel ou tel élu va râler, par exemple contre le coût des aires d’accueil pour gens du voyage[2], mais ils voteront quand même, “parce que c’est la loi“, ou dans le pire des cas s’abstiendront, et laissant aux autres la décision. Mais, avec les élus Rassemblement National, je suis le seul à dénoncer avec constance et régulièrement ces dérives, et à m’opposer clairement par mon vote.

 

[1]    https://www.societe.com/societe/halpades-s-a-d-hlm-325720258.html

[2]    La gestion, l’entretien, les dégradations, les vols, les consommables représentent plus de 460 000 € pour 2018. Les rentrées (subvention CAF, refacturations, droits de place) s’élèvent juste à 64 000 €, soit un coût net de près de 400 000 € pour la collectivité, c¢est-à-dire nous autres contribuables.

 

Présent au conseil communautaire le 21 février 2019

Présent au conseil municipal le 19 février 2019

Conseil communautaire 2CCAM : débat d’orientation budgétaire 2019

“Débat d’orientation budgétaire 2019 : le torchon brûle toujours”

Dominique Martin concluait dans un autre registre : “Depuis tout à l’heure nous assistons à une bataille entre la gestion municipale de Cluses et celle de la communauté de communes. On a l’impression d’être retourné à l’école primaire pour savoir celui qui fait pipi le plus loin”. Selon lui : “2018 a été consacré à rétablir la situation financière de la 2CCAM (certes c’est bien même si vous avez dit pas mal de mal du précédent), par des hausses de taxes d’emprunt et des reports de dépenses mais les orientations budgétaires pour 2019 sont peu ambitieuses et ne sont pas pour rassurer”.

 

Conseil municipal de Cluses : revue de presse

Transfert de la compétence eau potable : “Enfin Dominique Martin du Rassemblement National, très en forme lors de ce conseil, abondait dans le sens de la majorité “puisque là nous défendons les intérêts clusiens, et c’est ce pourquoi nous avons été élus”.

Les prêts avec Halpades : “il n’en fallait pas plus pour tendre la perche à l’opposition que s’empressait de prendre Dominique Martin, avec plaisir, taclant l’adjoint (ancien conseiller municipal de l’opposition avant le décès de Jean-Louis Mivel) qui s’était toujours abstenu sur ce genre de vote jadis : “ça s’appelle manger son chapeau, si vous voulez, je vous prête le mien !”

Cluses au carrefour des laissés pour compte

Tribune des élus RN dans le bulletin municipal de Cluses

L’été dernier, nous apprenions la disparition de la clinique. Puis il y eut les interminables atermoiements autour du projet de cinéma, à grands coups d’annonces, de recours, et de rabotage du projet. En ce début d’année, c’est l’annonce officielle du déménagement de Carrefour, le plus grand supermarché de la ville.

Certes, c’est la conséquence de la politique de la Ville et de la réputation des Ewües, dont nous parlions ici en fin d’année dernière. Même les élus de la majorité (c’est dire !) reconnaissent désormais que le vrai problème de ces quartiers « prioritaires » n’est pas dans le bâtiment, mais dans certains habitants, et que déverser infiniment des sommes énormes sans s’attaquer aux causes, n’est qu’un gaspillage contribuant à enfermer des habitants victimes dans un quartier stigmatisé « DSQ ». Toutefois, reconnaissons que si le plan consiste à s’éloigner des Ewües pour se rapprocher du Crozet, on a connu des investisseurs plus avisés !

Notre Maire pourra s’activer, il annonce simplement vouloir soutenir des projets privés. Ainsi, un complexe immobilier avec une moyenne surface et des commerces remplacerait-il, à terme, le supermarché parti. Mais c’est un projet purement privé, sur lequel la Mairie n’a aucune prise. Comme nous disons souvent, celui qui commande, c’est celui qui paie, pas celui qui s’agite autour. Et quand bien même, comment peut-on croire que les nouveaux appartements ne finiront pas de dévaloriser complètement ceux qui sont invendables en face, et que les nouveaux emplacements commerciaux seront plus animés que toutes les friches commerciales qui pullulent déjà ?

En fait, Cluses souffre dans ses commerces, de décennies pendant lesquelles les Maires successifs ne pensaient qu’à la taxe professionnelle de l’industrie. Le résultat, ce sont ces vitrines mortes et la concurrence des zones commerciales des alentours. Dominique Martin porte pourtant depuis longtemps un projet de redynamisation de notre ville, dont le retour du marché au pied de la Mairie n’est qu’une copie très partielle. En attendant, pour faire vos courses, vous prendrez plus votre voiture, ce qui augmentera la circulation, la consommation de carburant et la pollution.

Proposition de résolution du Parlement européen sur la suppression des allocations familiales en cas de liens avec le terrorisme

Le Parlement européen

– Vu l’article 133 du règlement ;

A – Considérant que, selon le journal français Le Figaro[1], deux sœurs roubaisiennes envoyaient des allocations familiales à leur frère djihadiste ;

B – Considérant que ce cas n’est pas isolé et qu’Europol a déjà alerté à plusieurs reprises les États membres ;

C – Considérant qu’Europol, dans son rapport de 2018, précise qu’« en plus des revenus d’emplois licites, les subventions de l’État et les prestations sociales (…) sont les principales sources de revenu [du terrorisme]»[2];

D – Considérant que selon les recommandations spéciales de lutte contre le terrorisme, « le financement de l’EIIL/Daech (…) a été rendu possible par la complicité active ou passive de certains États (…) »[3];

E – Considérant qu’une absence de mesure pourrait être considérée comme une complicité passive ;

F – Considérant par ailleurs le budget phénoménal que représentent ces allocations familiales, revues à la baisse pour les honnêtes citoyens ;

G –  Considérant que ces allocations sont de la compétence exclusive des États membres ;

 

  1. Demande à la Commission de proposer aux États membres de supprimer les allocations familiales lorsqu’un lien avec le terrorisme est avéré.

 

[1] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/17/97001-20190117FILWWW00176-leur-famille-entiere-en-syrie-2-surs-jugees-a-paris.php

 

[2] TESAT, 2018, Europol page 12.

 

[3] Considérant EQ des recommandations de la Commission spéciale de lutte contre le terrorisme (TERR).

Explications de votes de la session plénière des 11-14 février 2019

Mardi (PB)

PECH : Accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre la Côte d’Ivoire et l’UE (2018-2024)

Rapporteur : João Ferreira (GUE, Portugal)

A8-0030/2019

Lire la suite

« Le parti pris de Dominique Martin » n°28

Les créations d’emploi divisées par 3, en France, en 2018 !

« Seulement 100.000 nouveaux postes ont été créés l’an dernier en France », contre 300 000 en 2017… M. Macron aurait-il menti ? Avec 9.1% de chômage, Macron est un cancre, loin derrière les moyennes européennes (6.6%). Et la direction de Pôle emploi ose dire : « c’est un sentiment de fierté qui nous anime tous ! ». Quel scandale !

 

Libre expression des élus Cluses Bleu Marine : Départ de Carrefour de Cluses