Père de quatre enfants, Conseiller municipal, Conseiller régional puis Conseiller communautaire depuis plus de 25 ans et Député européen depuis 2014, membre actif de plusieurs associations, Dominique Martin a acquis la certitude qu’il fallait sauver notre civilisation millénaire et ses valeurs fondamentales.

Les cinquante dernières années ont connu de prodigieuses avancées techniques et scientifiques et, dans le même temps, le niveau de vie du plus grand nombre s’est fortement amélioré.

Mais ces immenses progrès matériels ont-ils été accompagnés d’un progrès moral ? Certainement pas : dans la confrontation entre la barbarie et la civilisation, nous sommes allés vers davantage de barbarie et moins de civilisation. La criminalité a décuplé ; nous vivons dans un monde d’alarmes et de vigiles, où la dépouille se pratique à la sortie des collèges et des lycées, où la consommation de drogue a explosé, où l’insécurité règne, où le sida et autres pandémies progressent inexorablement.

La civilisation, c’est le respect du droit.
Or les principes généraux du droit sont bafoués : des lois d’amnistie protégent certains citoyens ; la séparation des pouvoirs est bafouée par les ingérences des médias et des autorités gouvernementales dans l’exercice de la Justice.

La civilisation, c’est le droit à la différence.
Or depuis des décennies, on nie cette évidence en prétendant faire 80 % de bacheliers dont on sait qu’ils iront gonfler les chiffres de Pôle Emploi tandis qu’on sabote l’apprentissage et qu’on galvaude la formation aux métiers.

La civilisation, c’est donner à chacun la possibilité de progresser dans la société par l’effort, le mérite et le travail.
Or nos gouvernants ont tué cette chance en taxant le travail et l’outil de travail, favorisant dans le même temps les placements financiers et les jeux de hasard. D’où les riches qui continuent de s’enrichir et les pauvres qui ne cessent pas de s’appauvrir.

Saint-Exupéry disait: « on n’hérite pas de la terre de ses aïeux, on l’emprunte à ses enfants ».
Malheureusement, il semble bien qu’aujourd’hui, nous ne pouvons plus donner à nos enfants autant que nous avons reçu de nos parents.

Pour combattre cette barbarie grandissante, il faut retrouver nos racines dont nous devons être fiers. Il faut respecter et transmettre notre patrimoine national, géographique, moral, culturel et historique. Il faut rendre la parole au Peuple. Il faut retrouver le sens des valeurs qui ont fait la grandeur des civilisations : l’honneur et le courage. Il faut briser net l’échec des socialo-écolo-marxistes tout en refusant notre confiance à la droite courbe UMP-Nouveau Centre qui, par son silence complice, a permis à la barbarie de s’installer.