Laissez Erasmus aux Européens !

Intervention de Dominique Martin en commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Dominique Martin soutient le programme Erasmus mais condamne l’objectif unioniste d’Erasmus +, qui développe toujours plus de mobilité des citoyens, quelques soient les niveaux de formation. Erasmus + s’éloigne de l’objectif de son prédécesseur.

Par ailleurs, ce programme souhaite accélérer le processus de reconnaissance des diplômes au sein de l’Union, parfois au détriment de nos formations nationales.

Enfin, Dominique Martin condamne fermement la « nécessité d’intégrer les migrants au programme Erasmus + ».

Écart des retraites : qui va payer ?

Dominique Martin soutient, bien évidemment, la lutte contre l’écart de rémunération moyenne (Gender Gap in Pension – GGP) entre hommes et femmes.

Le système de retraite représente déjà l’un des pôles de dépenses les plus importants et à ce titre, Dominique Martin se pose la question du financement envisagé par la Commission.

Il pointe du doigt les inégalités dans les États-membres. En 2012, cette variation oscille d’un État à l’autre entre 4 et 46% !

Pilier européen des droits sociaux : les aveux des europhiles !

Intervention de Dominique Martin en commission de l’emploi et des affaires sociales du Parlement européen :

Dominique Martin rappelle que selon les europhiles, l’UE devait être le moyen de partager la richesse. Or, c’est tout l’inverse qui se passe : l’Europe est devenue une machine à broyer les peuples.

Même Monsieur Balas, eurodéputé socialiste, le reconnait !

  • « L’UE ne répond pas au défi social, il y a un risque de nature à la faire exploser » ;
  • « Est-il concevable d’avoir un niveau social adéquat en Europe si nous restons dans une logique de libre échange absolu avec le reste de la planète » ?
  • « La Commission européenne ne devrait-elle pas revoir sa doctrine sur le libre échange » ?
  • « Il y a concurrence sur les systèmes sociaux et c’est ça qui nivelle vers le bas ».

Le handicap, instrumentalisé au profit du marché unique !

Intervention de Dominique Martin en commission de l’emploi et des affaires sociales du Parlement européen :

Dominique Martin déplore que cette proposition de directive contribue à améliorer le bon fonctionnement du marché intérieur.

L’acte législatif européen sur l’accessibilité (European Accessibility Act) vise à aider les États à respecter les obligations imposées par la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

Le besoin de légiférer provient donc directement de la mise en œuvre de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et des différences d’interprétations et d’applications dans les différents États membres qui en découlent.

Le handicap devient un prétexte pour mieux faire accepter l’harmonisation des législations et l’unification des marchés.

Dominique Martin à la commission : Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes

Intervention de Dominique Martin en commission de l’emploi et des affaires sociales du Parlement européen :

Dominique Martin rappelle que la Commission est au pouvoir depuis des décennies, et qu’elle est, par conséquent, responsable des turpitudes dont elle se plaint : chômage, analphabétisme, etc.

Il se félicite qu’enfin certains députés ouvrent les yeux, et soient pour un protectionnisme raisonné !

S’agissant du plan d’investissement, Dominique Martin déplore que la Commission ne veuille refinancer que les banques ! Et non les PME et PMI ou les ménages qui, eux, ont de véritables projets…

Concernant les droits sociaux, il dénonce la Commission qui ne fait rien pour que les entreprises subsistent, tout en renflouant à millions celles qui licencient : surement pour se soulager la conscience ! « Ce n’est pas d’une grande correction ! »

Non à l’ubérisation de la société !

Intervention de Dominique Martin en commission de l’emploi et des affaires sociales du Parlement européen le 21 juin 2016 :

Dominique Martin constate, au sujet des transports à la personne, de la messagerie et du cabotage, que ces petits métiers subissent une concurrence déloyale par « l’ubérisation » de la société d’une part, et de l’utilisation des travailleurs détachés d’autre part : les « nouveaux entrants » n’étant pas soumis aux mêmes règles sociales et fiscales.

Dominique Martin sera ainsi très heureux de travailler de concert avec Madame le rapporteur pour lutter contre cette inégalité.

Politique de l’emploi : un Parlement européen anti-démocratique

Intervention de Dominique Martin en Commission emploi et affaires sociales :

Dominique Martin se félicite que la Commission Emploi prenne conscience de son inexistence face à la toute-puissance du Conseil, qui décide ce qui est ou n’est pas recevable.

De plus, force est de constater que le Conseil n’a jamais fait évoluer les lignes directrices pour les politiques de l’emploi depuis leur création. Ce qui est nuisible à l’emploi (aide à l’immigration, intégration des réfugiés par le travail, mobilité des travailleurs, directive des travailleurs détachés) est laissé en place, au grand damne des États-membres !

Dominique Martin partage le constat d’échec fait par la Commission Emploi et se ravit que les parlementaires de tous bords ouvrent enfin les yeux !

 

« Le parti pris de Dominique Martin » n°02

Matière grise : le grand hold-up de l’Europe

Dominique Martin déplore que nos cerveaux fuient la France. Les chiffres ne souffrent aucune interprétation : le taux d’émigration a doublé de 1980 à 2010.

Selon le baromètre Deloitte 2015, 21% des jeunes diplômés souhaitent leur avenir professionnel hors de France et 65% des jeunes expatriés excluent tout retour.

Cette fuite des cerveaux est le résultat de la politique de l’Europe de Bruxelles, incapable de garder notre force vive car incapable de mettre en place des moyens de recherche et de développement et des salaires décents pour nos jeunes diplômés.

Elle veut compenser avec l’immigration des cerveaux des pays en voie de développement et commettre ainsi un double crime : d’une part faire fuir nos cerveaux et d’autre part appauvrir les pays en développement de leur matière grise !

 

Les priorités déplorables de la Commission EMPL pour 2016

Dominique Martin critique 4 des 6 priorités données par Madame Thyssen :

  1. Concernant la Charte des droits sociaux : la convergence sociale qu’elle appelle de ses vœux aboutira, du fait d’une Europe qui a grandi trop vite, à un nivellement par le bas : au lieu de partager la richesse, tous les peuples partagent maintenant la misère.
  2. Concernant la directive des travailleurs détachés : il s’étonne qu’elle veuille d’une part la réviser, conscient des ravages patents, et d’autre part garantir la libre circulation des biens et des services, ainsi que la mobilité des travailleurs, éléments qui fondent le dumping social.
  3. Concernant l’égalité homme/femme au travail : votre eurodéputé s’insurge que la commissaire soutienne ce projet « au détriment de l’éducation des enfants« , ce qui implique une baisse général du niveau éducatif !
  4. Enfin, concernant l’intégration des réfugiés par le travail, Dominique Martin s’interroge : une intégration au détriment de qui ? De nos 25 millions de chômeurs et de nos jeunes.

« Le parti pris de Dominique Martin » n°01

La « question » des réfugiés « politiques »

Dominique Martin expose toute l’incohérence de la question des réfugiés politiques : si la Commission expose sa volonté d’intégrer – au lieu d’assimiler – les réfugiés par le travail, de favoriser le regroupement familial et de lutter contre la xénophobie et le racisme ; elle est incapable de différencier réfugiés politiques et économiques, incapable de chiffrer leur nombre (entre 1.6 et 6 millions d’individus !) ni le coût envisagé.

Fin avril, le rapporteur général du budget nous apprend que l’ensemble des budgets nécessaires à l’accueil des réfugiés a été consommé : au détriment de qui, de quoi? On ne sait pas !