« Le parti pris de Dominique Martin » n°13

Les subventions de l’Union Européenne : de votre poche à celles des migrants

Votre argent est semé aux 4 vents ! Dominique Martin dresse la liste des subventions dilapidées, pour le seul mois de mai, par l’Union européenne :

2 millions d’euros de cours de cuisine ethnique pour migrants désœuvrés ;

2 millions d’euros  de subventions « migrants » ;

3 millions d’euros de subventions à des lobbys sociaux ;

1 millions de « divers bonus » ;

Soit 8 millions d’euros pour le mois de mai !! Sans compter le fait que la France verse 21 milliards à Bruxelles alors qu’elle n’en reçoit que 13, perdant ainsi 8 milliards…

Ci-dessous : vous trouverez le détail de cette « triste » comptabilité :

Migrants

  1. 638 840 euros
  2. 371 000 euros
  3. 522 000 euros
  4. 252 000 euros
  5. 515 000 euros

Lobbys sociaux

  1. 905 000 euros
  2. 414 000 euros
  3. 678 000 euros
  4. 309 000 euros
  5. 103 000 euros

Divers

  1. 417 000 euros
  2. 48 000 euros

Dominique MARTIN sur France 3 pour le Débat Législatives 2017 : une révolution est-elle en marche ?

Quels sont les enjeux dans les 20 circonscriptions en Isère, Savoie et Haute-Savoie ?
Va-t-on assister au bouleversement annoncé par la victoire d’Emmanuel Macron ?
Les invités de notre débat :

  • Hervé Gaymard, député et président du conseil départemental LR de Savoie,
  • Élisa Martin, 1ère adjointe au Mairie de Grenoble Parti de Gauche,
  • Didier Rambaud, référent La République En Marche Isère,
  • Dominique Martin, député européen Front National de Haute-Savoie,
  • Florent Gougou, politologue et enseignant à Sciences Po Grenoble,
  • Thierry Ménissier, professeur de philosophie Université Grenoble Alpes et
  • Georges Bourquard, grand reporter au Dauphiné Libéré.

 

Stop aux budgets « perfusions » qui dilapident vos millions !

Intervention de Dominique Martin en commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Dominique Martin déplore que cette présentation du budget soit un simple et triste constat d’évidences : le chômage augmente, les PME sont étouffées, les emplois ne suffisent plus pour vivre décemment, etc.

Au lieu de s’attaquer aux causes, l’UE gère les effets à coup de millions « balancés » via les budgets « perfusions » : le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEAM), le Programme pour l’emploi et l’innovation sociale, ou encore le Fonds pour l’aide européenne aux personnes les plus privées.

Dominique Martin se désole qu’en lieu et place de vraies solutions, il y ait l’habituel paragraphe de caution morale demandant que le soutien financier soit prévu pour ceux qui ont de multiples inconvénients sur le marché du travail, notamment « les personnes issues de minorités »…

Quand Bruxelles conditionne l’obtention de fonds à l’application de mesures d’austérité

Dominique Martin partage l’idée originelle du Fond Européen pour les Investissements Stratégique (FEIS), idée pleine de bons sentiments : créer des emplois, assurer la transition vers l’économie durable, stimuler la croissance, augmenter la compétitivité ou encore soutenir les PMI-PME.

Mais le véritable objectif est de renforcer le « cadre vertueux des réformes structurelles ». Autrement dit, ces fonds sont liés à l’application par les États membres des mesures d’austérité !

Ainsi, les États membres auront des fonds que s’ils appliquent ces mesures d’austérité, alors même que ces réformes ont démontré leurs échecs.

Européens ou migrants : qui bénéficiera d’une garantie européenne de compétences ?

Intervention de Dominique Martin en commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

La Commission européenne propose de créer une garantie de compétences pour répondre au défi de l’intégration sur le marché du travail des adultes illettrés ou manquant de compétences de base.

Dominique Martin rappelle qu’une telle aide aux jeunes européens qui quittent l’éducation trop tôt et sans diplôme est plus que nécessaire.

En revanche, il reste méfiant quant aux intentions de la Commission et du Parlement européen, craignant que « les gens les plus vulnérables qui ont quitté l’éducation et ne peuvent accéder à des formations », cibles de cette initiative, ne soient pas seulement les européens, mais également – et surtout ! – les migrants et certaines communautés minoritaires.

 

Le piège des aides financières, tendu par la Commission

Intervention de Dominique Martin en commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Dominique Martin explique en quoi l’assistance technique fournie par la Commission dans le cadre du programme d’appui à la réforme structurelle, est un leurre sympathique, un moyen pour l’UE d’intervenir dans des domaines qui relèvent des compétences exclusives des État-membres.

Sans s’octroyer des prérogatives supplémentaires, la Commission saisit l’opportunité de formuler des recommandations que les États-membre devront appliquer en contrepartie du versement des aides financières spécifiques à ce type de programme.

L’enveloppe financière représente plus de 142 millions d’euros pour 4 ans, somme colossale  quand on sait que ce programme est défini par ses propres auteurs comme « un modèle actuel de financement qui manque de clarté, et qui est complexe (…) ».

« Le parti pris de Dominique Martin » n°05

Directive travailleurs détachés : le double mensonge de l’Union européenne

La directive des travailleurs détachés, devrait être, selon l’UE, enfin modifiée ! Encore de la gesticulation selon Dominique Martin qui dénonce un double mensonge :

  1. Premier mensonge : l’idée selon laquelle il faut se rassembler contre la mondialisation. Faux, puisque L’UE organise en son sein même le dumping social avec la libre circulation des biens, des personnes et des services mais aussi avec la concurrence libre et non faussée, la mobilité des travailleurs et la directive des travailleurs détachés !
  2. Deuxième mensonge : cette directive ne sera pas révisée, elle sera « re-maquillée » !
  • Pourquoi ? Car les 12 pays de l’Est, qui ont chacun posé un carton jaune, ont tout intérêt à détacher des travailleurs pour récupérer des devises.
  • Pourquoi ? Car les multinationales, qui augmentent leurs profits en employant à moindre coût ces travailleurs, exerceront une pression telle sur les institutions que ces dernières ne prendront pas leurs responsabilités !

L’équivalence des diplômes ? Un prétexte pour l’accueil des migrants

Intervention de Dominique Martin en commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Dominique Martin admet qu’une meilleure équivalence des diplômes et des formations, proposée par la Commission européen via le « cadre européen des certifications » (CEC) est souhaitable. En effet, au sein de l’Union européenne, si le Master est plus ou moins commun à tous (Bac +5), les conditions pour le reste des diplômes sont beaucoup plus vagues, entrainant de grandes disparités.

En revanche, il déplore deux problèmes au sein de ce texte : celui de l’augmentation de la mobilité des travailleurs (paupérisation, nivellement vers le bas) et celui de l’intégration des migrants sur le marché du travail des pays européens.

Laissez Erasmus aux Européens !

Intervention de Dominique Martin en commission emploi et affaires sociales du Parlement européen.

Dominique Martin soutient le programme Erasmus mais condamne l’objectif unioniste d’Erasmus +, qui développe toujours plus de mobilité des citoyens, quelques soient les niveaux de formation. Erasmus + s’éloigne de l’objectif de son prédécesseur.

Par ailleurs, ce programme souhaite accélérer le processus de reconnaissance des diplômes au sein de l’Union, parfois au détriment de nos formations nationales.

Enfin, Dominique Martin condamne fermement la « nécessité d’intégrer les migrants au programme Erasmus + ».