SCOT Arve et Giffre : quand le serviteur se veut prince

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller communautaire Cluses Arve et Montagnes (2CCAM)

Le Préfet de Haute-Savoie vient une nouvelle fois d’imposer sa volonté en créant un SCOT de l’Arve, du Giffre et du Mont-Blanc. Avec les fusions de communes, les fusions de communautés de communes, les programmes comme Interreg, les lois Montagne, NOTRe, les compétences imposées comme GEMAPI, c’est une nouvelle contrainte qui pèse sur les communes.

Le Préfet, simple fonctionnaire, montre ainsi son mépris des élus locaux et des électeurs. Il s’agit en réalité de la poursuite d’une politique menée depuis de longues années. Il faut éloigner les décisions du peuple, bon seulement à payer toujours plus d’impôts, de taxes et de contributions, et des élus locaux, contraints d’obéir. Les élus de droite critiquent les politiques initiées par la gauche, et inversement, mais tous vont dans le même sens quand ils sont au pouvoir. La décentralisation a vécu, la liberté des communes est morte, tous doivent plier aux ordres d’en haut.

Comment s’étonner du peu de participation aux élections, et du peu de candidats aux postes municipaux ?

Le Front National affirme la liberté pour chaque collectivité d’exercer librement ses compétences. Contre le jacobinisme de tous ses adversaires, le FN est le seul à combattre ce système de mise en coupe réglée de notre pays et de nos institutions, aboutissant à toujours plus de pression fiscale sur nos compatriotes.

cp-10-10-2016

L’UE et la préférence étrangère en action à Annecy

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Le Soudanais venant fêter son statut de réfugié politique en agressant, dévastant et incendiant le CCAS d’Annecy ce 18 mai est la conséquence des promesses délirantes de l’Union Européenne, soutenue dans son œuvre funeste par l’UMPS.

En effet, qui porte le plus de responsabilité ? L’immigré abreuvé de promesses qui finit par y croire, ou les irresponsables politiques qui ont répété ces mêmes promesses à l’envi ?

Les « réfugiés », sans distinction aucune, doivent, selon l’UE et l’UMPS, recevoir un logement, un emploi dans les 6 mois, sans cesser d’être choyés et accompagnés aux frais des contribuables.

Le Front National exige des réponses aux questions suivantes :

– ce « réfugié » ayant fait la preuve de ses compétences sera-t-il immédiatement expulsé ?

– ou bien sera-t-il soigné, entouré, choyé, défendu, et finalement prioritaire pour toutes les aides ?

– qui paiera les dégâts provoqués au CCAS ? Les contribuables annéciens et Français, ou l’UE et les hommes politiques à tout niveau qui soutiennent cette politique ?

– les employés traumatisés du CCAS seront-ils pris en charge ? Pourront-ils oublier ?

– les usagers du CCAS seront-ils dédommagés des désagréments de devoir aller dans un autre centre ?

À l’inverse de l’UE et de l’UMPS, qui font à nouveau la preuve de leur volonté de nuisance contre notre Patrie, le Front National soutient une politique de bon sens de défense de la France et des Français d’abord, ce qui n’interdit pas l’accueil raisonné et rationné de populations pouvant apporter une vraie plus-value à notre pays.

UE préference etrangere Annecy
sans logement il