L’échec de la politique de sécurité du Maire de Cluses

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller municipal de Cluses

La violente agression dont a été victime un Clusien hier au soir en pleine rue est la preuve de l’inefficacité de la politique du Maire de Cluses.

En effet, la présence de nombreuses caméras de vidéo-surveillance, seule mesure prônée par M. Mivel, n’a pas empêché le passage à l’acte.

Dominique MARTIN dénonce cette agression et l’insécurité qui règne en ville. Il rappelle que les caméras de vidéo-surveillance ne servent qu’à tranquilliser la population sans lui apporter de sécurité, tant elles ne permettent, dans le meilleur des cas, qu’une action a posteriori. Il demande le renforcement des patrouilles et de l’ilotage par les forces de police et de gendarmerie, dont les effectifs doivent être renforcés et les pouvoirs, étendus.

Quand les LR rejoignent le FN

Communiqué de Dominique MARTIN, Membre du Bureau politique

Virginie Duby-Muller et Martial Saddier, seuls rescapés LR des dernières élections, demandent la préférence locale dans les marchés publics.
Pendant 40 ans, les libéraux euro-fédéralistes n’ont pourtant eu de cesse de critiquer le Front National, et d’expliquer qu’on ne pouvait décider la préférence nationale, ni inclure des clauses de préférence locale dans les marchés publics.

Une nouvelle fois, sentant le vent tourner, ils finissent par se rallier aux mesures du Front National.

En conséquence, Dominique MARTIN, membre du Bureau politique du Front National, offre leur carte d’adhérent à Virginie Duby-Muller et Martial Saddier.
Il les invite à venir les retirer dès ce dimanche à la grande fête patriotique qui se tiendra à Chanay (Ain), où ils seront félicités de leur conversion aux idées nationales par Nicolas BAY, Vice-président du FN.

 

Non au tourisme du clandestin à Annecy !

Communiqué de Dominique MARTIN, Député européen, Conseiller régional honoraire

L’Essor de ce jour s’étonne de la présence au grand jour de tant de clandestins soudanais et tchadiens à Annecy, principalement de jeunes hommes seuls, venus prétendre au statut de réfugié.

Pourtant, cet afflux ne devrait pas surprendre : notre pays souffre de ses frontières supprimées, d’associations complices des passeurs, et, fait inouï, d’un Président ayant été jusqu’à annoncer que nous irions sur place recueillir les candidats à la traversée !

Combien de ces « réfugiés » seront-ils admis à rester sur notre territoire ?

Combien, déboutés, seront-ils réellement expulsés ?

Les passeurs, complices et collaborateurs de ces filières seront-ils recherchés et poursuivis ?

De combien d’agressions, viols, vols et autres attentats supplémentaires la France et les Français auront-ils à subir du fait de l’organisation et de la complaisance à l’égard de ces trafics ?

Malheureusement, toutes les prédictions du Front National se réalisent les unes après les autres.

Malheureusement, la propagande du Système retarde encore la mise en place des mesures de sauvegarde de notre pays et de nos concitoyens : rétablissement des frontières, réforme de la Justice, expulsion des clandestins, priorité aux Français.

Dominique MARTIN, Député européen, Conseiller régional honoraire, exige que les forces de l’ordre s’assurent de la sécurité des Annéciens face à cet afflux, et mettent en détention tous les clandestins qui envahissent les rues de la cité.

 

Les Shadoks, l’ANRU et les Ewües

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller municipal FN de Cluses, Conseiller communautaire FN 2CCAM

Le 19 septembre, Dominique MARTIN et les élus FN de Cluses ont dénoncé en conseil municipal l’inutilité de nouvelles études concernant les Ewües.

Pour faire suite à ce conseil, la 2CCAM va approuver ce 28 septembre un nouvel avenant au « Protocole de préfiguration des projets de renouvellement urbain 2016-2020 » signé avec l’ANRU1. Cela va permettre de cofinancer des études portant sur les Ewües, à Cluses. Le montant total concerné par ce simple avenant s’élève à la somme modique de 287 330,60€ TTC, auxquels s’ajoutent, pour mémoire, 107 388€ d’étude de 2015.

Pourtant, le Maire de Cluses n’a de cesse de s’écrier qu’il n’a plus d’argent !

Pourtant, il rappelle à qui veut l’entendre que Cluses paie aujourd’hui 500 000€ de plus au titre du FPIC2 que ce qu’elle perçoit en DGF3 !

Pourtant, le Président de la 2CCAM tient le même discours, annonçant à chaque budget qu’il risque de ne pouvoir finir l’année !

Leur argument ultime est de « récupérer des subventions ». Comme si ces subventions ne sortaient aussi pas des impôts payés par les contribuables !

Tout cela n’empêche pas de pomper toujours plus pour financer des études qui ne règlent rien. On dirait que, en bonne logique de Shadok socialiste, le seul indicateur de leur politique soit le budget englouti, et que, si la politique échoue, cela signifie juste qu’ils n’ont pas assez « budgeté ».

Il faut arrêter ces ruineuses études qui ne servent qu’à rémunérer ceux qui les réalisent. Les élus FN dénonceront cet avenant entre la 2CCAM et l’ANRU.

Les seules solutions réalistes pour nos « quartiers sensibles » sont connues, ce sont celles prônées par le FN depuis 40 ans : rétablir l’ordre, punir les délinquants, protéger les honnêtes citoyens.

1Agence Nationale de Renouvellement Urbain

2Fond de Péréquation Inter-Communale, mis en place par le président Sarkozy

3Dotation Globale de Fonctionnement, dont la baisse progressive a été programmée par le président Sarkozy

Ewües, études, sparadrap et mercurochrome

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

La ville de Cluses va payer une énième étude concernant les Ewües. Cette fois-ci, le but sera de requalifier et restructurer l’offre commerciale dans et à proximité du quartier.

Depuis une trentaine d’années, les études se succèdent pour rénover, requalifier, restructurer un quartier qui, dans le même temps, est devenu une zone de non-droit dans laquelle le commerce légal a de moins en moins de raison d’être, faute de clients.

Pourtant, à sa construction, on citait les Ewües en exemple de quartier moderne, confortable et réussi.

Qu’est-ce qui a changé ?

Les bâtiments, l’urbanisme sont-ils en cause ?

Poser la question, c’est déjà y répondre.

Les élus FN ont refusé d’approuver cette nouvelle étude. Toutes les opérations cosmétiques menées depuis 30 ans se sont soldées par des échecs. En effet, elles s’attaquent aux conséquences, sans jamais oser examiner les causes du problème.

Il faut en priorité rétablir l’état de droit dans ce quartier. Les enquêtes doivent aboutir. Les bandes de vidéo-surveillance ne doivent pas mystérieusement disparaître après les incidents et autres incivilités de sauvageons. Les trafics doivent cesser.

Ce n’est que lorsque le quartier aura retrouvé son calme et son caractère plaisant qu’il sera à nouveau attractif. Alors qui se souciera encore d’études ?

Mais cela suppose du courage politique, l’appui de l’État et l’application de la Justice.

Le Biot : ça cloche pour le tourisme

Communiqué de Dominique MARTIN, conseiller régional honoraire, membre du Bureau Politique du Front National

L’amour vache des résidents secondaires du Biot pour les animaux révèle l’ampleur de la fracture de notre société, les citadins n’acceptant les ruraux que comme des aménageurs d’espaces, s’ils sont invisibles et discrets. Encore manque-t-il le couplet sur les émissions de gaz à effet de serre de ces ruminants.

Ces rebellions régulières contre les cloches des églises ou des vaches, voire contre le chant du coq ou le bruit des hélicoptères de secours en montagne, augurent mal de l’accueil des 100 millions de touristes annoncés au Plan Quinquennal de Macron.

Finis les fromages savoyards, faute de vache, envolées les visites du préfet ou de ministres en hélicoptère, seule subsistera la revente de souvenirs « Made in China », nos dirigeants refusant de lutter contre l’invasion de nos routes par les camions du mondialisme.

Le Front National soutient l’éleveur et le maire dans leur fermeté pour défendre nos traditions. Nous réaffirmons notre attachement à nos terroirs, nos traditions et nos métiers traditionnels. Le développement du tourisme doit être subordonné à la sauvegarde de nos racines.

Payez plus, c’est pour la planète !!!

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Lors du conseil municipal de Cluses, hier au soir, M. Mivel a fait approuver deux dossiers qui coûteront cher, mais « c’est pour la planète »…

En premier lieu, il signé une charte « zéro phyto » pour l’entretien des espaces verts.

Fort bien. Mais cette charte permettra de financer la FRAPNA, à qui même M. Wauquiez a décidé de couper les vivres, après des décennies d’alerte par les élus FN. Il faudra en effet financer quantité de logos, panneaux, diagnostics, animations, animateurs, journées de communication et autres plaquettes.

Les élus FN ont, seuls, refusé ces subventions déguisées, alors qu’il est si simple d’entretenir la nature sainement sans avoir besoin de toute cette débauche de communication.

En second lieu, M. Mivel a proposé l’installation de nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques par le SYANE.

Or ces bornes coûtent chaque année à la Ville une « subvention d’équilibre ». Les utilisateurs sont facturés à la durée, et non à l’énergie récupérée, ce qui est contraire au bon sens. En plus, ils sont incités à prendre un abonnement, comme s’il fallait une carte pour se servir chez Total ou Shell ! Enfin, une seule heure de recharge coûte plus qu’une nuit de charge à domicile !

Les élus FN ont dénoncé cette opacité et ces coûts, qui ne peuvent que freiner le développement de la mobilité électrique. En effet, il faut que le changement soit transparent pour l’utilisateur.

Ces mesures sont-elles vraiment bonnes pour la planète, ou pour la communication du maire ?
Bien loin des effets d’annonce et du battage publicitaire, les élus FN défendent, pour leur part, des mesures simples, efficaces, bonnes à la fois pour l’environnement et pour les finances tant publiques que privées.

Stationnement payant : ce qu’on vous cache

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Le maire de Cluses, M. Mivel, a décidé de sous-traiter les PV de stationnement. D’ailleurs, on ne dira plus « procès-verbal », mais « forfait post-stationnement ». Voilà qui devrait soulager les porte-feuilles !

Malheureusement, ce traitement sera sous-traité à une société privée, ATOS, spécialisée dans le Big data, c’est-à-dire la collecte, le recoupement, le traitement et la revente d’informations. En mars 2014, l’Inspection Générale de l’Administration dénonçait les prix élevés de cette entreprise, grâce à une rente de situation, et craignait corruption, concussion et prévarication. Il faut dire que le PDG d’ATOS, depuis sa sortie du Ministère de l’Économie, s’appelle Thierry Breton. On reste entre amis !

Les élus FN ont bien évidemment été les seuls à s’opposer à la participation de la commune à une telle opération de financement d’une entreprise douteuse. Nous préférons défendre le service public, plutôt que de confier l’intégralité de nos vies à des entreprises privées.

Cluses la Grecque !

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Ce 13 juin, les élus clusiens examinaient le Compte administratif 2016 de la commune. Le compte administratif est l’équivalent du bilan certifié dans une entreprise. C’est donc un instantané de la santé de la collectivité et de sa gestion. Celui-ci était particulièrement important, puisqu’il s’agissait du bilan à mi-mandat de l’équipe actuelle ; il est donc pertinent de comparer avec le bilan de l’équipe précédente, qui n’était déjà pas brillant.

La dette représente aujourd’hui 106,68% des dépenses de fonctionnement (+53,43%).
Par habitant, elle est de 1529€ (+50%).
L’emprunt a augmenté de 300%, et les ressources propres ont baissé de -72,41%, tandis que l’épargne brute a chuté de -34,26%.
La capacité de désendettement est passée de 4,57 ans à 10,71 ans (9,10 ans sans la désastreuse renégociation des emprunts toxiques).
Ce ne sont que les chiffres officiels, bruts.

Cluses est donc une ville en situation de crise que seuls les élus FN ont dénoncée. Les Clusiens devront, au final, payer l’addition, qui sera évidemment laissée à la prochaine équipe municipale.