Dominique Martin assiste aux Cérémonies du 11 novembre à Cluses

Moment de recueillement devant le monument aux Morts

 

Dépôt de gerbe avec le Maire de Cluses

 

Honneur aux drapeaux et au 27ème BCA

 

Invitation : colloque international sur l’économie collaborative : dangers ou solutions ?

Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen, a le plaisir de vous inviter au colloque international sur l’économie collaborative : dangers ou solutions ? Ni entrepreneur, ni salarié : un défi social et fiscal.

Informations et inscriptions sur economiecollaborative2017.com

 

 

Ce dimanche à Chanay, rencontre champêtre au sommet !

Très belle fête champêtre à Chanay dans l’Ain ce dimanche 8 octobre réunissant les Fédérations de l’Ain, de Savoie, de Haute-Savoie avec en invités d’honneur Nicolas Bay, Vice-président du FN et Député européen, aux côtés de Dominique Martin également Député européen, en présence de près de 200 électeurs, sympathisants, adhérents et militants.

 

 

Cérémonie du Bicentenaire des Pompiers de Cluses

Dominique Martin était présent, ce samedi 23 septembre, avec les élus FN de Cluses afin d’assister au Bicentenaire des Pompiers de Cluses.

 

Dominique Martin assiste aux cérémonies du 14 juillet à Cluses

REVUE DES SAPEURS POMPIERS

REMISE DE MÉDAILLE

HONNEUR AUX DRAPEAUX

Commémoration de la victoire du 8 mai 1945 à Cluses

Comme à l’habitude depuis 1989, année de son premier mandat, Dominique Martin, Député européen et Conseiller municipal, était présent à la cérémonie du 8 mai, à Cluses.

Une belle cérémonie pour rendre hommage et se souvenir.

 

Présent à l’inauguration du marché des producteurs à Cluses

Dominique Martin était présent, mercredi 19 avril, à l’inauguration du marché des producteurs à Cluses.

Il y avait une chaleureuse ambiance avec les danseuses de zumba !

Présent à l’inauguration de la première borne électrique à Cluses

Dominique Martin était présent à Cluses, mardi 18 avril, pour l’inauguration de la première borne électrique SYANE.

 

Photo du Dauphiné Libéré (A.M.) :

Au bénéfice du doute face à un dossier particulièrement peu détaillé, les élus FN ont approuvé l’installation de 2 bornes de recharge pour véhicules électriques à Cluses

À présent que les bornes sont installées, et que l’on peut en lire les modalités d’utilisation, quelques éléments devraient concentrer l’attention des élus et déterminer leur position à venir.

En premier lieu, ces bornes sont intégrées aux autres places de stationnement, de sorte qu’elles ne sont pas suffisamment différenciés pour les possesseurs de véhicules thermiques ; cela engendrera une plus forte mobilisation des agents du stationnement à cet endroit, et génèrera de l’incompréhension voire un rejet de la part des “thermiques” face à une verbalisation.

En second lieu, nulle part n’est précisée la puissance électrique disponible. On ne sait donc pas de combien espérer recharger son véhicule électrique (VE) pendant un temps donné.
Cette remarque doit être liée au fait que de nouveaux VE vont faire leur apparition ces prochains mois, dotés d’une autonomie plus importante, et donc, de batteries de plus grandes capacité devant être reliées à un fort courant pour une recharge efficace.

Sans parler des Tesla emblématiques, qui disposent d’un réseau propriétaire de recharge ultra-rapide, le passage de VE actuels, d’une autonomie de 100-200 km, aux VE débarquant sur le marché avec une autonomie de 400 km ou plus, montre l’ampleur du changement en cours.

Masquer aux utilisateurs la puissance disponible, voire (à vérifier) la puissance effectivement consommée pendant la charge, est contre-productif au niveau de la “transition énergétique”. En effet, la logique voudrait que l’on tende à diminuer la consommation globale d’énergie, y compris électrique. Pour ce faire, il faut également encourager les conducteurs de VE à une conduite économe. L’une des façons de le faire est de mettre l’accent sur la consommation, donc la facture, énergétiques.

Ensuite, les bornes incitent à prendre un abonnement (via une tarification moindre). Or l’évolution vers des véhicules autres que thermiques devrait être transparente pour l’utilisateur. Jamais un pétrolier n’a institué un système d’abonnement pour avoir droit à se servir de ses pompes à carburant.
Cette logique d’abonnement est une logique de fermage, identique au compteur EDF, visant à encaisser une redevance indépendamment de la consommation énergétique. C’est une pratique digne du XIX° siècle, enfermant le consommateur dans une suite d’abonnements.

Si l’on pouvait à la rigueur comprendre l’existence de cartes d’accès à des bornes privatives au XX° siècle, avec les VE appartenant à des flottes captives (flotte d’entreprise, auto-partage…), ce système est contre- productif pour un réseau ouvert.

Enfin, et surtout, l’utilisateur de ces bornes est facturé à la durée de connexion. C’est un système absurde, qui mélange droit de stationnement et recharge, pour masquer les coûts réels à l’utilisateur. C’est un peu comme si un pétrolier faisait payer la durée pendant laquelle le véhicule thermique est stationné devant la pompe, sans prendre en compte la quantité de carburant injectée dans le réservoir.

Or, toute la publicité faite autour du VE tourne autour du coût du “plein”. Pour les VE actuels (Zoé 1ère génération, Smart…), le coût estimé d’un plein tourne autour de 2€ pour une dizaine d’heures de connexion. Ce coût est très largement dépassé si on se connecte à une borne SYANE.
L’argument est que ce ne sont pas des bornes de recharge régulière, mais des bornes d’appoint. Or, d’une part, le développement du VE nécessite la mise en place d’infrastructures pour ceux qui désireraient en acquérir un mais ne disposent pas d’un garage avec puissance électrique suffisante, mais, de plus, le public peu informé risque de se trouver face à des factures importantes et non anticipées.

Le public informé, lui, est habitué à établir son parcours en autonomie entre deux recharges (il a d’ailleurs dû se livrer à des études d’usage avant achat d’un VE), et n’est donc que peu concerné par ces bornes.
Enfin, si l’argument ultime réside dans le fait que les utilisateurs de VE doivent payer leur stationnement comme les autres, alors, ces bornes ne tiennent pas compte des deux 1/2h de stationnement gratuit quotidien autorisé pour tous à Cluses.

Pour toutes ces raisons, les élus FN seront plus vigilant quant à l’installation de nouvelles bornes.