Les réfugiés touchent L’APL, le gouvernement l’abaisse pour l’ensemble des Français : où est la logique ?

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Samedi 22 juillet, le gouvernement Macron confirme vouloir baisser les Aides Personnalisées au Logement (APL). Cette réforme touchera malheureusement plus de 2 millions de personnes et plus de 800 000 étudiants. Encore une fois, la finance demande aux plus démunis de se serrer la ceinture.

Comme son nom l’indique, ces aides sont « personnalisées »… et ne sont reversées qu’aux personnes qui en ont réellement besoin. L’argument avancé par Jean-Louis Barrot, Député LREM, est une escroquerie : il soutient que lorsque l’Etat « donne un euro d’APL à un foyer, c’est 50 à 70 centimes qui partent dans des hausses de loyer », et qu’ainsi l’État enrichit les plus riches. Il « oublie » de préciser que les hausses de loyer ne vont pas s’arrêter miraculeusement, et que ce sera donc aux moins pourvus d’en payer les frais…, et « oublie » de mentionner que la vague des réfugiés a fait augmenter l’enveloppe des APL…

Pourtant une solution existe, une solution qui permettrait de réduire la dette publique. Une réforme intelligente de l’APL. Une réforme en deux parties qui ne toucherait ni les plus pauvres, ni les étudiants.

En premier lieu, une réforme proportionnelle aux besoins, axée sur plus de contrôles pour éviter les abus et fraudes. Aujourd’hui certains bénéficiaires trichent en ne s’inscrivant, par exemple, que sur le foyer fiscal d’un des parents divorcés, celui avec le moins de revenus, tout en touchant des subsides de l’autre conjoint, parfois fortuné.

En deuxième lieu, les migrants touchant l’Allocation Temporaires d’Attente (ATA) ou le logement d’urgence… et les réfugiés touchant l’APL : il suffirait de réduire ces budgets plutôt que de toujours ponctionner les Français !

Leurs profits aux dépens de nos montagnes

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller communautaire Cluses Arve et Montagnes (2CCAM)

La 2CCAM (Communauté de Communes Cluses, Arve et Montagnes) a dû, ce 28 juin au soir, adopter un dossier très technique et incompréhensible relatif aux pénalités de retard dues par les aménageurs de la station de Flaine. Il n’y était question que d’UTN, SIF, SAG, PRE, PFAC ou SHON.

Mais la vérité était ailleurs, et n’a été exposée qu’oralement. Elle est fort simple. Grâce aux règles européennes imposant des appels d’offre internationaux, la construction de nos stations a été confiée à un entrepreneur canadien !
Avec la crise des subprimes, des fonds de pensions vautours états-uniens ont voulu se refaire sur cette entreprise et l’ont rachetée. Puis, ils ont décidé de la dépecer en fermant ses activités européennes.

Ainsi donc, les règles européennes mettent en péril le développement de nos stations de ski au seul profit des financiers et des intérêts étrangers.

Il est plus que temps de repenser l’Union Européenne qui, loin de protéger les Peuples, les mettent en coupe réglée pour les intérêts financiers. Un vrai patriotisme économique est indispensable !

Payez plus, c’est pour la planète !!!

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Lors du conseil municipal de Cluses, hier au soir, M. Mivel a fait approuver deux dossiers qui coûteront cher, mais « c’est pour la planète »…

En premier lieu, il signé une charte « zéro phyto » pour l’entretien des espaces verts.

Fort bien. Mais cette charte permettra de financer la FRAPNA, à qui même M. Wauquiez a décidé de couper les vivres, après des décennies d’alerte par les élus FN. Il faudra en effet financer quantité de logos, panneaux, diagnostics, animations, animateurs, journées de communication et autres plaquettes.

Les élus FN ont, seuls, refusé ces subventions déguisées, alors qu’il est si simple d’entretenir la nature sainement sans avoir besoin de toute cette débauche de communication.

En second lieu, M. Mivel a proposé l’installation de nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques par le SYANE.

Or ces bornes coûtent chaque année à la Ville une « subvention d’équilibre ». Les utilisateurs sont facturés à la durée, et non à l’énergie récupérée, ce qui est contraire au bon sens. En plus, ils sont incités à prendre un abonnement, comme s’il fallait une carte pour se servir chez Total ou Shell ! Enfin, une seule heure de recharge coûte plus qu’une nuit de charge à domicile !

Les élus FN ont dénoncé cette opacité et ces coûts, qui ne peuvent que freiner le développement de la mobilité électrique. En effet, il faut que le changement soit transparent pour l’utilisateur.

Ces mesures sont-elles vraiment bonnes pour la planète, ou pour la communication du maire ?
Bien loin des effets d’annonce et du battage publicitaire, les élus FN défendent, pour leur part, des mesures simples, efficaces, bonnes à la fois pour l’environnement et pour les finances tant publiques que privées.

Stationnement payant : ce qu’on vous cache

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Le maire de Cluses, M. Mivel, a décidé de sous-traiter les PV de stationnement. D’ailleurs, on ne dira plus « procès-verbal », mais « forfait post-stationnement ». Voilà qui devrait soulager les porte-feuilles !

Malheureusement, ce traitement sera sous-traité à une société privée, ATOS, spécialisée dans le Big data, c’est-à-dire la collecte, le recoupement, le traitement et la revente d’informations. En mars 2014, l’Inspection Générale de l’Administration dénonçait les prix élevés de cette entreprise, grâce à une rente de situation, et craignait corruption, concussion et prévarication. Il faut dire que le PDG d’ATOS, depuis sa sortie du Ministère de l’Économie, s’appelle Thierry Breton. On reste entre amis !

Les élus FN ont bien évidemment été les seuls à s’opposer à la participation de la commune à une telle opération de financement d’une entreprise douteuse. Nous préférons défendre le service public, plutôt que de confier l’intégralité de nos vies à des entreprises privées.

Cluses : Ne pas faire, et le faire savoir

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

L’ordre du jour du conseil municipal du 20 juin comprend un point sur « l’objectif zéro phyto » pour l’entretien des espaces publics.
Bien entendu, le FN en tête, chacun se félicitera du fait que l’on renonce enfin à déverser quantité de produits chimiques dans la nature.

Mais une fois de plus, M. Mivel montre qu’il se contente de laisser prospérer des initiatives privées, ou d’aller dans le sens de la mode du moment. Selon l’adage, ces événements le dépassant, il feint d’en être organisateur.
Par ailleurs, en signant une charte, il va contraindre la commune, en la liant avec des associations en perdition.

Je déplore le manque d’ambition pour notre ville de cette politique consistant systématiquement à se mettre à la remorque du temps. Cluses et les Clusiens méritent une vraie ambition pour un renouveau de notre ville.

Cluses, après nous le déluge !

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Peu après le triste examen du compte administratif, ce 13 juin, M. Mivel a soumis au Conseil municipal un budget supplémentaire.
Rappelons que, en décembre, lors du vote du budget primitif, il déclarait « malgré la baisse importante des recettes de dotations, la nouvelle (?) municipalité reconduit cette année le maintien des taux de fiscalité, la priorité étant mise sur l’effort de rationalisation des dépenses pour contenir la baisse de l’autofinancement.1 »
En conséquence, les dépenses d’investissement ne s’élevaient qu’à 7,6M€2, pour un budget total de 33,6M€.

Ce 13 juin, M. Mivel a tout simplement demandé d’ajouter 7,3 M€ de dépenses d’investissement3.
La tactique est donc claire : présenter un budget « resserré » en fin d’année, afin de montrer sa volonté d’économie, puis, 6 mois après, rapidement et sans publicité, pour ne pas dire en catimini, doubler les dépenses.

Seuls les élus du groupe FN ont voté contre cette augmentation faramineuse des dépenses qui pèseront sur l’ensemble des Clusiens.

Cluses la Grecque !

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Ce 13 juin, les élus clusiens examinaient le Compte administratif 2016 de la commune. Le compte administratif est l’équivalent du bilan certifié dans une entreprise. C’est donc un instantané de la santé de la collectivité et de sa gestion. Celui-ci était particulièrement important, puisqu’il s’agissait du bilan à mi-mandat de l’équipe actuelle ; il est donc pertinent de comparer avec le bilan de l’équipe précédente, qui n’était déjà pas brillant.

La dette représente aujourd’hui 106,68% des dépenses de fonctionnement (+53,43%).
Par habitant, elle est de 1529€ (+50%).
L’emprunt a augmenté de 300%, et les ressources propres ont baissé de -72,41%, tandis que l’épargne brute a chuté de -34,26%.
La capacité de désendettement est passée de 4,57 ans à 10,71 ans (9,10 ans sans la désastreuse renégociation des emprunts toxiques).
Ce ne sont que les chiffres officiels, bruts.

Cluses est donc une ville en situation de crise que seuls les élus FN ont dénoncée. Les Clusiens devront, au final, payer l’addition, qui sera évidemment laissée à la prochaine équipe municipale.

Les opportunes convocations du Maire de Cluses

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

M. Mivel a soumis le budget de la commune au Conseil en décembre 2016.

Et comme il ne se passe rien à Cluses, semblerait-il, il n’a réuni le conseil qu’une seule fois cette année, le 21 mars.
Ce 13 juin, l’essentiel sera consacré au compte administratif. Toutefois, l’urgence est subitement telle qu’un nouveau conseil est convoqué pour la semaine prochaine : comprenne qui pourra !

En revanche, le choix des dates semble toujours ne rien devoir au hasard. En effet, cette convocation du 13 juin, pour la première fois en 3 mois, tombe à nouveau étrangement pendant la session plénière du Parlement européen, à Strasbourg, empêchant Dominique MARTIN d’être présent. Comme s’il s’agissait pour M. Mivel de faire examiner son compte administratif de mi-mandat en catimini : étonnant, non ?

À cela s’ajoutent des réunions de commissions convoquées pour le lendemain, sans qu’aucun document ne soit communiqué ni remis aux élus. Les commissions, organes de travail, ne sont donc plus que d’aimables réunions d’information : que craint-on ?

Décidément, la Ville de Cluses semble être régie par la peur de l’opposition et de l’information légitime des élus et de nos concitoyens. La situation réelle de notre commune est-elle pire que ce que laissent paraître des chiffres pourtant déjà « optimisés » ?

Dominique MARTIN sur France 3 pour le Débat Législatives 2017 : une révolution est-elle en marche ?

Quels sont les enjeux dans les 20 circonscriptions en Isère, Savoie et Haute-Savoie ?
Va-t-on assister au bouleversement annoncé par la victoire d’Emmanuel Macron ?
Les invités de notre débat :

  • Hervé Gaymard, député et président du conseil départemental LR de Savoie,
  • Élisa Martin, 1ère adjointe au Mairie de Grenoble Parti de Gauche,
  • Didier Rambaud, référent La République En Marche Isère,
  • Dominique Martin, député européen Front National de Haute-Savoie,
  • Florent Gougou, politologue et enseignant à Sciences Po Grenoble,
  • Thierry Ménissier, professeur de philosophie Université Grenoble Alpes et
  • Georges Bourquard, grand reporter au Dauphiné Libéré.