Scenario de sortie des emprunts toxiques de Cluses : la déception

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Après le lourd prêt dit « HELVETIX », le Maire de Cluses souhaite aujourd’hui sortir d’un autre emprunt potentiellement toxique, dit cette fois-ci « LIBOR USD ».

Le Maire annonce officiellement que « le contrat de prêt est entaché de certaines irrégularités susceptibles d’en affecter la validité ». En bon français, cela signifie que le contrat de prêt est invalide. Devant les tribunaux, la commune aurait donc toutes les chances de gagner contre les banques.

Malheureusement, sans doute mal informé par les banquiers et cabinets de conseil auxquels il s’adresse, le Maire a refusé la possibilité de faire perdre moins d’argent à notre commune. Il soutient, à tort, que la loi votée en juillet 2014 pour sauver les banksters interdit toute action en justice.

Les élus Front National regrettent une nouvelle fois que notre collectivité ait choisi de courber l’échine et de se soumettre aux exigences de la finance internationale. Ils se réservent toute suite à donner à ces dossiers qui pèseront lourdement sur les finances de Cluses et des Clusiens pendant de très longues décennies.

2016.07.01 emptunts toxiques la deceptions

« Le parti pris de Dominique Martin » n°04

La démocratie au Parlement européen : on se moque de vous !

Au Parlement européen, chaque parti peut, en théorie, donner son avis sur les rapports en cours de rédaction. Ces avis sont importants dans la construction législative car ils représentent votre avis : celui des électeurs. Dominique Martin dénonce ici l’exclusion des débats de certains groupes politiques.

Y a-t-il un moyen de dénoncer ce comportement totalitaire ? Oui ! Mais l’exécutif s’en fiche…

« Notre colère devrait être votre colère : votre opinion n’est pas respectée ! »

Aveuglement de la commission

Intervention de Dominique Martin en Commission emploi et affaires sociales :

Dominique Martin dénonce l’habitude qu’a la Commission de s’attaquer aux effets et non aux causes. Il déplore qu’elle ne préconise aucune mesure de protection face à la production des pays low cost.

« Vous créez votre propre dumping social », poursuit-il. En effet, avec la flexisécurité, la mobilité des travailleurs, la concurrence libre et non faussée, ou encore la libre circulation des personnes et des biens, il y a désormais une compétition Est-Ouest au sein de l’UE, génératrice de chômage.

Dominique Martin adresse 2 questions à la Commission :

  • Pourquoi, dans ces conditions, continuez-vous les négociations avec les Etats-Unis concernant le TTIP ?
  • Pourquoi, dans ces conditions, continuez-vous à solliciter l’accueil des migrants, en soutenant que cela générera des richesses ?

Le « revenu minimum » en débat

Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales : EMPL

Dominique Martin n’est pas encore déterminé sur cette notion de « revenu minimum » car il ne comprend pas si la Commission parle d’un « revenu minimum » comme il existe déjà en France (RMI puis RSA) ou d’un « salaire universel » comme en débattent déjà certains pays du nord de l’Europe.

S’il s’agit de constituer le même genre de mécanisme qu’en France pour l’ensemble des Etats membres, Dominique Martin ne s’y opposerait pas, mais souhaiterait avant de se prononcer obtenir les réponses à plusieurs questions :

  • Est-ce la seule ressource envisagée ?
  • Les autres aides sociales seront-elles supprimées ?
  • Quel sera le montant de ce revenu unique ? 60% d’un revenu médian ?
  • Est-ce un revenu par personne ou par foyer ?
  • Sera-t-il cumulable ou pas avec un salaire ?

 

 

Énergie : encore un risque d’ingérence européenne !

Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales : EMPL

Dominique Martin conteste le terme « d’union énergétique », qui sous-entend des solutions globales impliquant une gouvernance globale et donc une ingérence et une perte de souveraineté. Il préfèrerait que l’on parle de rationalisation des consommations énergétiques.

Il explique qu’il faut une « carotte », quels que soient les acteurs : c’est-à-dire des subventions ou des prêts. Les acteurs pourront alors engager des chantiers et créer des emplois dans tous les secteurs.

Dominique Martin soutient l’idée de la coopération Industrie-Chercheurs, élément moteur et souhaite mettre plus de moyens à la disposition de nos chercheurs pour éviter la fuite des cerveaux.
Il se pose la question de l’énergie nucléaire : quel sort réserve la Commission à cette énergie ?

Emprunts toxiques à Cluses : le grand mensonge

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

En 2007 et 2008, le Maire de Cluses a souscrit des emprunts toxiques. Du principal, d’un montant de 2,5 millions d’euro, il reste à rembourser environ 2 millions. Le « scenario du pire », dressé par la banque pour effrayer la ville, menace d’annuités s’élevant à presque 500 000 € l’an prochain, pour un coût total possible du crédit de 9,609 M€.

Dans un projet de sortie des emprunts toxiques, la ville veut s’engager à des remboursements de 17,9 M€. Nous serions endettés jusqu’en 2042, c’est -à-dire qu’on aurait emprunté sur plus d’une génération ! Il faut dire que le Maire, sans le dire, veut en profiter pour emprunter 6,4 M€ supplémentaires.

Les élus Front National ne peuvent cautionner ni le fait d’emprunter plus sans le dire, ni le racket que tentent les banques. Face à la finance internationale sans scrupule, le courage consiste à dénoncer ces abus à la justice.

Emploi : Bruxelles veut plus d’immigration

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

La Commission européenne a proposé cette semaine une réforme de la directive « carte bleue », sur l’immigration hautement qualifiée. L’objectif avoué est un recours accru à cette main d’œuvre étrangère. Les gains économiques escomptés oscilleraient entre 1.4 et 6.2 milliards d’euros par an.

Les travailleurs étrangers combleraient les pénuries de main d’œuvre constatées dans les secteurs technologiques et des soins de santé notamment, où 800.000 et 1 millions d’emplois seraient vacants d’ici à 2020. Le déclin de la population active européenne (perte de 20 millions d’actifs d’ici 2036) et l’inadéquation entre la formation et les besoins des entreprises sont pointés du doigt.

Cette proposition intervient alors que des analyses économiques récentes soulignent l’exode massif des Européens hautement qualifiés. Le Front National appelle les États européens à privilégier leurs propres forces vives, notamment par une politique éducative ambitieuse axée sur la formation professionnelle aux emplois d’avenir.

 

« Le parti pris de Dominique Martin » n°03

Loi Travail : on vous ment !

La loi travail, El Khomeri, ne touche pas que la France comme on veut vous le faire croire. En Belgique, elle se nomme loi Peeters et en Italie, Jobs Act. Elles provoquent les mêmes mouvements sociaux et grèves, comment en serait-il autrement ?

Il ne s’agit pas d’une initiative du gouvernement Valls mais de l’application d’une directive de l’Union européenne simultanément imposée dans tous les pays membres, avec des mots enjôleurs qui laissent penser que ces réformes sont la solution : « flexisécurité, libre circulation des biens et des personnes, directives des travailleurs détachés, etc. »

Dans les faits, les salariés subissent exactement le contraire : plus de chômage et perte de pouvoir d’achat. Du côté des PME, aucune suppression des effets de seuils, aucun soutien des banques, de l’État et des collectivités, aucun rééquilibrage du taux d’imposition, etc.

L’État de Bruxelles est au service de la mondialisation, des multinationales et du grand capital.