À Rumilly comme à Bonneville, des concitoyens patriotes et attentifs aux propositions de Vincent Lecaillon

À Rumilly, ce sont Vincent Lecaillon, Marie Favre et Olivier de Sainte Mareville qui animent les débats…

rumilly1

rumilly2

…devant une salle attentive.

rumilly3

Tandis qu’à Bonneville, on retrouve Vincent Lecaillon (évidemment) accompagné de Anne-Françoise Abadi Parisi et de Dominique Martin…

bonneville1

…face à des électeurs tout aussi captivés.

bonneville2

Explications de vote du mardi 27 octobre

Politique agricole commune (PAC) : abrogation des actes obsolètes

Dominique Martin a voté contre ce texte. Ce texte, qui concerne en particuliers la betterave à sucre, est l’écho d’un autre texte sur la fin des quotas laitiers. Les conséquences seront les mêmes : effondrement des cours, ruines des petits producteurs, fins des quotas, ouvertures des marchés dans le cadre des accords de libre-échanges. Nous nous opposons fermement à cette politique menée par l’UE.

Fiscalité des revenus de l’épargne sous forme de paiements d’intérêts : abrogation de la directive sur la fiscalité de l’épargne

J’ai voté pour l’abrogation de cette directive. Cette directive sur la fiscalité de l’épargne, 2003/48/CE, est devenue redondante depuis la mise en place d’une autre directive, la 2014/107. Cette directive met en place l’échange automatique d’informations sur les revenus de l’épargne entre les pays de l’Union européenne. Pour éviter le doublement des compétences, nous reconnaissons la nécessité d’abroger l’ancienne directive. Lire la suite

Réunion publique à Bonneville ce vendredi

La réunion publique du Front National Haute-Savoie à invitation de Vincent Lecaillon se déroulera le vendredi 30 octobre 2015 à 19h30 Centre Technique Municipal au 121, rue du Brévent à BONNEVILLE (74130).

En présence de Dominique MARTIN, Député Européen

Cette réunion sera suivie d’un buffet campagnard, et nous boirons le verre de l’amitié. Pour une bonne organisation de la soirée, merci de confirmer votre présence au 06.22.95.19.83

Télécharger l’invitation ici.

Réunion publique à Rumilly ce jeudi

La réunion publique du Front National Haute-Savoie à invitation de Vincent Lecaillon se déroulera le jeudi 29 octobre 2015 à 19h30 Salle Edmond Grillon, Maison de l’Albanais, rue de l’Annexion à RUMILLY (74130).

En présence de Dominique MARTIN, Député Européen

Cette réunion sera suivie d’un buffet campagnard, et nous boirons le verre de l’amitié. Pour une bonne organisation de la soirée, merci de confirmer votre présence au 06.22.95.19.83

Télécharger l’invitation ici.

Réunion publique à Taninges : un réel succès.

Présentation à la presse de Vincent Lecaillon et Anne-Françoise Abadie Parisi, les têtes de liste départementale du Front National pour les élections régionales.

taninges1

taninges2

suivie de la réunion publique devant plus de cinquante personnes, avec Cédric Grevaz en ouverture,

taninges3

puis l’intervention de Vincent Lecaillon

taninges4

taninges5

Semestre européen pour la coordination des politiques économiques

Question avec demande de réponse écrite à la Commission
Article 130 du règlement

Dominique Martin (ENL), Joelle Melin (ENL)

Dans le cadre de la Gouvernance économique l’Union propose tous les six mois des recommandations aux Etats-membres. Ce semestre européen prétend donner des recommandations spécifiques, et donc soi-disant adaptées, aux Etats.

Toutes les institutions semblent aujoud’hui s’accorder sur le fait que ce semestre européen est inutile et ne fonctionne pas. Or, plutôt que d’admettre ses fautes et abandonner, l’UE s’obstine dans cette voie en promouvant toujours plus de recommandations.

La Commission est-elle consciente de l’inutilité de ce semestre européen ?

La Commission envisage-t-elle de purement et simplement le supprimer ?

Réponse donnée par le vice-président Dombrovskis au nom de la Commission

(7.12.2015)

Le semestre européen a été créé en 2010 dans le contexte de la crise pour répondre à la nécessité de renforcer la gouvernance économique de l’UE et la coordination des politiques économiques. Son introduction a été officiellement avalisée par les chefs d’État et de gouvernement lors du Conseil européen du 17 juin 2010. Les gouvernements nationaux conservent la responsabilité de la mise en œuvre de leurs propres budgets et de leurs réformes économiques, mais ils se sont engagés à mieux coordonner ces politiques dans le cadre du semestre européen. Le législateur européen a, en particulier, adopté des règles communes, juridiquement contraignantes, pour les finances publiques et les déséquilibres macroéconomiques. Les gouvernements se sont également engagés à maintes reprises à œuvrer à la réalisation des objectifs fixés dans la stratégie Europe 2020.

Depuis sa création, le semestre européen est devenu l’un des piliers du cadre de la gouvernance économique de l’Union. Il a en particulier fait la preuve de son efficacité en identifiant les grands défis auxquels les États membres doivent faire face, en formulant des conseils stratégiques et en encourageant le processus de réforme dans les États membres. Tous les États membres ont progressé dans leurs efforts pour remédier aux problèmes recensés dans les recommandations par pays pour la période 2014-2015.

En outre, ces dernières années, le semestre européen a subi un certain nombre de changements afin de le rendre plus efficace, ce qui s’est traduit par une réduction du nombre de recommandations par pays, lesquelles mettent désormais l’accent sur certaines questions d’intérêt macroéconomique et social, ainsi que par une prolongation du délai pour les échanges à tous les niveaux.

Le semestre européen a également réussi à créer un dialogue étroit avec les États membres, le Parlement européen et les parlements nationaux, ainsi que d’autres parties prenantes. Le dialogue avec les acteurs nationaux (gouvernements, parlements, partenaires sociaux) et le Parlement européen aux moments clés du semestre sera encore renforcé, ainsi que cela est souligné dans le train de mesures pour l’approfondissement de l’Union économique et monétaire, adopté le 21 octobre 2015 [1].

[1] http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-5874_fr.htm

Impact des nouvelles formes d’emploi

Question avec demande de réponse écrite à la Commission
Article 130 du règlement

Dominique Martin (ENL), Joelle Melin (ENL)

L’un des objectifs de la Stratégie Europe 2020, qui oriente les politques européennes, est d’atteindre un taux d’emploi de 75%. Toutes les institutions européennes s’accordent aujourd’hui à dire que sans changement majeur, cet objectif est inatteignable.

Dans le même temps nous constatons une évolution du marché du travail et l’émergence de nouvelles formes d’emplois qui changent totalement la perspective du travail et les relations employeur-employé. A terme nous assisterons à une métamorphose du marché du travail.

Dans ces circonstances, la Commission a-t-elle fait, ou prévoit-elle de faire, une analyse d’impact afin de connaitre les effets réels sur l’emploi de ces nouvelles formes d’emplois ?

La Commission a-t-elle conscience que cet objectif d’un taux d’emploi de 75% est impossible à atteindre, et prévoit-elle de le supprimer de la Stratégie Europe 2020 ?

Réponse donnée par Mme Thyssen au nom de la Commission (10.12.2015)

1. La Commission est bien consciente que les changements structurels en cours, tels que les innovations technologiques, la mondialisation, l’écologisation de l’économie et l’évolution démographique, auront un impact important sur les futures possibilités d’emploi et sur la qualité des emplois.

Des évaluations quantitatives complètes qui rendent compte simultanément de l’impact de tous ces changements structurels ne sont pas aisément disponibles. Toutefois, dans le rapport annuel sur l’évolution de l’emploi et de la situation sociale en Europe , la Commission recense les répercussions possibles des changements structurels en cours sur les performances du marché du travail. En outre, dans le cadre du semestre européen, la Commission surveille l’évolution sur les marchés du travail des États membres, y compris la segmentation et les différentes formes d’emploi.

2. En 2014, le taux d’emploi dans le groupe d’âge des 20 à 64 ans atteignait 69,2 % globalement dans l’UE mais était inférieur à 60 % en Grèce, en Croatie, en Italie et en Espagne. Dans la situation actuelle, on s’attend à ce que seuls quelques États membres puissent atteindre leurs objectifs nationaux pour l’emploi d’ici à 2020.

La Commission continue de mettre en œuvre la stratégie Europe 2020 et de suivre les progrès accomplis dans la réalisation de ses grands objectifs dans le cadre du semestre européen.

Vendredi 16 octobre : une journée sur le terrain pour le Député européen

11h00 : passation de commandement de la brigade de Gendarmerie de Cluses-Scionzier devant le Monument aux Morts de la Ville de Cluses, en présence des Parlementaires hauts-savoyards.

vendredi1

12h30 : visite officielle du Forum de recrutement « Entreprises dynamiques, candidats motivés : rencontrez-vous ! » organisé par Pôle Emploi au Forum des Lacs à Thyez, en présence des élus locaux et du Sous-Préfet.

vendredi2

vendredi3

vendredi4

vendredi5

17h30 : remise des diplômes aux douze jeunes ayant titrés au Concours Régional de « Un des Meilleurs Apprentis de France 2015″ ;

vendredi6

puis remise officielle des diplômes aux lauréats « Un des Meilleurs Ouvriers de France », Promotion 2013-1015, dans les locaux de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Haute-Savoie, en présence des Présidents des Chambres Consulaires, des autorités et des parlementaires.

vendredi7

vendredi9

20h00 : réunion publique à Faverges avec Vincent Lecaillon, Marie Favre et Joëlle Regairaz dans le cadre de la campagne pour les élections régionales.

vendredi10

Interventions en commission Emploi et affaires sociales

Audition du Ministre grec de l’emploi et de la sécurité sociale

Inclusion des indicateurs sociaux dans le semestre européen

Droit du travail et droits sociaux en Europe



Pauvreté des ménages