La Grande braderie de la France continue : tout doit disparaître.

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

La perte de notre identité nationale ne se reflète malheureusement pas que dans les mentalités, mais également dans la destruction progressive et programmée de notre patrimoine national.

Ce lundi 15 juin 2015, le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, fait dans l’écologie et a proposé, le plus sérieusement du monde, de recycler les églises vides en Mosquée.

Il faut dire que ce qui reste de notre civilisation chrétienne est petit à petit envoyé par notre gouvernement et par ses grands prêtres à la décharge : statue de Jean-Paul II sommée d’être retirée à Ploërmel, interdiction d’affichage public pour aider les chrétiens d’Orient dans le métro parisien – les pubs pour le Ramadan sont tellement plus politiquement correctes – sans parler de l’effacement progressif de notre récit national dans les programmes scolaires ; finalement, la proposition de M. Boubakeur a été patiemment préparée par nos élites déracinées.

Ces élites qui préfèrent McDonalds et les kebabs à la poule au pot de nos ancêtres. Ces élites qui vendent nos intérêts stratégiques, bradent nos entreprises, abandonnent nos territoires au profit de l’autre ; l’autre meilleur, plus beau, plus moral, plus victime, parce que autre.

Quand les chrétiens seront définitivement devenus une minorité en France, peut-être auront-ils alors le droit au respect – on en arrive presque à souhaiter que le communautarisme soit acté.

Mais ce que la déclaration de M. Boubakeur a de dangereux, c’est qu’elle ne suscite aucun commentaire de la classe politique qui – à l’exception des responsables du Front National – s’est depuis longtemps désintéressée de la grande braderie qui solde les derniers articles français dans la passivité générale.

 

Adjugé, vendue.

Maintien de l’emploi dans le monde rural et concurrence déloyale

Question avec demande de réponse écrite à la Commission
Article 130 du règlement

Dominique Martin (ENF) , Marine Le Pen (ENF) , Joëlle Mélin (ENF) , Edouard Ferrand (ENF) , Philippe Loiseau (ENF) , Aymeric Chauprade (ENF)

La PAC a abandonné son premier objectif d’assurer l’indépendance alimentaire de la France et cherche à accompagner la mutation du secteur agricole en cours. L’Union voudrait diversifier les sources de revenus pour les agriculteurs et encourager un meilleur respect de l’environnement, mais ces objectifs seront difficiles à tenir alors que se succèdent les crises sur le marché des matières premières.

– Comment la Commission entend-elle protéger les revenus de l’ensemble des agriculteurs français dans un contexte de dumping intracommunautaire?

– Comment envisage-t-elle de s’attaquer à la précarité de l’emploi et au recours massif à la main d’œuvre clandestine dans ce secteur?

Réponse donnée par M. Hogan au nom de la Commission (21.8.2015)

L’un des objectifs fondamentaux de la politique agricole commune (PAC) a toujours été de garantir la sécurité des approvisionnements (1), non pas pour chaque pays individuellement, mais pour l’Union européenne dans son ensemble, au bénéfice de tous les citoyens de l’Union.

Au fil de réformes successives, la PAC a accentué l’orientation vers le marché de l’agriculture de l’Union tout en offrant un filet de sécurité suffisant aux producteurs, sous la forme d’une aide directe au revenu et d’un soutien du marché en cas de crise.

Certaines mesures de développement rural, telles que les paiements en faveur des zones soumises à des contraintes naturelles et les mesures de gestion des risques, viennent compléter le dispositif de sécurité mis en place en vertu du premier pilier. Par ailleurs, les mesures de développement rural en faveur des jeunes agriculteurs et du développement des entreprises non agricoles contribuent à la création d’emplois dans les zones rurales. D’autres mesures, comme les investissements et les services de conseil et de formation, participent au développement d’entreprises viables.

En outre, le soutien octroyé à la création de groupements et d’organisations de producteurs aide les agriculteurs à relever ensemble les défis posés par l’intensification de la concurrence et la consolidation des marchés en aval.

De manière plus générale, le développement rural peut contribuer à réduire les fluctuations saisonnières de l’emploi, à promouvoir l’inclusion sociale et à réduire la pauvreté.

Au niveau de l’Union européenne, plusieurs directives fixent des normes minimales dans le domaine du droit du travail. Leur mise en œuvre relève essentiellement de la compétence des États membres. En cas de non-respect des droits des travailleurs en vertu du droit national et/ou de l’Union, des moyens de recours devraient être disponibles au niveau national.

La Commission soutiendra également les efforts des États membres dans la lutte contre le travail non déclaré par la création d’une plateforme visant à prévenir et à décourager ce type de travail irrégulier. (2)

(1) Article 39 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.
(2) Proposition de décision du Parlement européen et du Conseil établissant une plateforme européenne dans l’objectif de renforcer la coopération visant à prévenir et à décourager le travail non déclaré, COM(2014) 221 final.

Création du groupe ENL au Parlement européen : une force de frappe européenne

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

L’annonce par Marine Le Pen de la création d’un groupe au Parlement européen vient récompenser une année de travail, d’efforts, d’abnégation de la délégation FN/RBM et de la coordination Europe des Nations et des Libertés formée avec nos partenaires néerlandais, belges, italiens et autrichiens. L’arrivée à nos côtés d’élus britannique et polonais montre que notre action est perçue comme positive et efficace par un nombre croissant de représentants des peuples européens. Cette plus grande visibilité nous permettra de peser davantage au sein des instances européennes. Elle n’est pas pour nous un aboutissement, mais le point de départ d’une nouvelle impulsion.

Centre européen pour le développement de la formation professionnelle et Fondation européenne pour la formation

Question avec demande de réponse écrite à la Commission
Article 130 du règlement

Dominique Bilde (ENF) , Sophie Montel (ENF) , Dominique Martin (ENF)

Le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop) a été créé en 1975, son siège est situé à Thessalonique en Grèce, et il dispose d’un budget de 17,9 millions d’euros. Il a pour mission d’apporter «son concours à la Commission en vue de favoriser, au niveau communautaire, la promotion et le développement de la formation professionnelle et de la formation continue».

La Fondation européenne pour la formation (ETF) a été créée en 1990, son siège se situe à Turin en Italie, et elle dispose d’un budget de 20,1 millions d’euros. Elle a pour mission de «contribuer au développement des systèmes de formation professionnelle en renforçant la coopération dans ce domaine».

– Étant donné que les deux agences ont pour mission commune le développement de la formation professionnelle, la Commission peut-elle nous expliquer pourquoi elle dispose de deux agences pour le même objectif?

– La Commission envisage-t-elle de supprimer ou de fusionner ces agences et de les regrouper sur un seul site en vue de réaliser des économies nécessaires?

Proposition de résolution du Parlement européen sur la mise en place de garanties et de suivis pour l’utilisation des Fonds européens pour préfinancer l’Initiative pour l’Emploi Jeunes

Proposition de résolution déposée conformément à l’article 133 du règlement sur la mise en place de garanties et de suivis pour l’utilisation des Fonds européens pour préfinancer l’Initiative pour l’Emploi Jeunes.

[Dominique Martin, Louis Aliot, Marine le Pen, Joelle Melin, Gilles Lebreton, Sylvie Goddyn, Marie-Christine Boutonnet, Steeve Briois, Dominique Bilde, Mylène Troszczynski, Bernard Monot, Sophie Montel, Aymeric Chauprade, Bruno Gollnisch, Edouard Ferrand, Philippe Loiseau, Nicolas Bay, Marie-Christine Arnautu, Jean-François Jalkh, Florian Philippot, Mara Bizzotto, Mario Borghezio, Gianluca Buonanno, Lorenzo Fontana, Gerolf Annemans]

Le Parlement européen,

(–   vu la proposition de la Commission au Parlement européen et au Conseil (COM(2015)0046),)

–    vu le rapport de la commission de l’emploi et des affaires sociales et les avis de la commission des budgets ainsi que de la commission de la culture et de l’éducation (A8-0000/2015),

–    vu l’article 133 de son règlement,

A. [considérant que le Fonds Social européen est déjà utilisé pour financer de nombreux programme et qu’il n’est pas illimité];

B. [rappelant qu’une transparence totale des conditions des programmes est nécessaire pour s’assurer qu’ils ne bénéficient pas déjà du soutien d’autres fonds européens ou nationaux et pour s’assurer de leur véritable valeur ajoutée et de leur potentiel de création d’emploi ;]

  1. [demande qu’un système de suivi soit mis en place pour superviser la façon dont sont utilisés les fonds alloués et en garantir une bonne utilisation];
  1. [dans ce cadre, demande qu’un détail des dépenses soit préparé à intervalles réguliers, soit remis à l’autorité de décharge et que les commissions parlementaires Emploi et Affaires sociales et Control Budgétaire soient associées au suivi].

Les Eurodéputés FN interpellent la Commission Européenne sur le maintien de l’emploi dans le monde rural et sur la concurrence déloyale

Communiqué de Marine Le Pen, Dominique Martin, Joëlle Melin, Edouard Ferrand, Philippe Loiseau et Aymeric Chauprade, Députés français au Parlement européen.

La Politique Agricole Commune, fer de lance de l’Union Européenne dont on vante sans cesse les mérites, a abandonné son premier objectif : assurer l’indépendance alimentaire des Etats-Membres et de la France en particulier.

L’Union cherche à accompagner la mutation du secteur agricole en encourageant les agriculteurs à diversifier leurs sources de revenus et en promouvant un meilleur respect de l’environnement. Une tentative certes louable, mais qui semble ignorer volontairement une réalité toute simple : la réalisation de tels objectifs est impossible tant que se succéderont les crises sur le marché des matières premières.

C’est pourquoi les eurodéputés FN ont décidé d’interpeller la Commission européenne pour lui demander comment elle entend protéger les revenus des agriculteurs français alors que le dumping intracommunautaire nous menace, et comment elle envisage de s’attaquer à la précarité de l’emploi et au recours massif à la main d’œuvre clandestine dans ce secteur.

L’on ne peut qu’espérer que la Commission ait une réponse satisfaisante à donner à nos agriculteurs.

Explications de vote du jeudi 11 juin

Position stratégique et militaire dans le bassin de la mer Noire à la suite de l’annexion illégale de la Crimée par la Russie

J’ai voté contre ce rapport qui prétend juger de la situation en Crimée. Rappelons que cette annexion, soi-disant illégale, est en fait le résultat d’une décision populaire de la Crimée qui s’est exprimée démocratiquement en faveur d’un rattachement à la Russie.

Ce texte regroupe à la fois des menaces contre la Russie (plus de sanctions), un asservissement à l’OTAN (qui seul peut nous protéger de la grande méchante Russie), et va même jusqu’à suggérer officiellement que l’UE devienne un marchand d’arme alimentant Kiev (comme si cela n’était pas déjà le cas…).

La conclusion de ce rapport, comme toujours, est que la Russie souhaite déclencher une nouvelle guerre froide et que seul un renforcement de Politique de Sécurité et de Défense Commune, plus d’Europe donc, peut nous en sauver. Nous nous opposons à cet exposé biaisé de la situation.

Dernières révélations sur les cas de corruption au plus haut niveau de la FIFA

J’ai voté pour cette proposition de résolution. Bien que quelques amendements nous tenants à cœur ne soient pas passés, le résultat final est acceptable : la résolution condamne la corruption dans le sport dans son ensemble, et au sein de la FIFA en particuliers, et appelle à une réforme de l’organisation. Nous apprécions également que le texte final indique clairement que les candidats à l’organisation d’une compétition internationale doivent respecter les droits fondamentaux pour toutes les activités liées à l’événement sportif en question. L’on ne peut qu’espérer que cela sera respecté dans le futur. Lire la suite

Belle et grande journée politique à Strasbourg où la majorité RPS a senti le vent du boulet des eurosceptiques

8h30 : non au renvoi des débats sur le TTIP (Traité Transatlantique ou TAFTA) à 182 voix contre 180.

nonautafta

10h00 : manifestation à l’extérieur du Parlement européen contre le TTIP organisée par le Collectif Nouvelle Écologie avec le soutien du FNJ Alsace.

20150610_104039

11h00 : conférence de presse de Marine contre l’immigration massive.

20150610_110333

17h00 : conférence de presse d’Édouard Ferrand pour la défense de nos agriculteurs et contre l’embargo Russe.

confrussie

Les 23 eurodéputés du FN sur tous les Fronts !